Ouvrir le menu principal

Jean-Louis Sanchez[1]
Illustration.
Portrait de Jean-Louis Sanchez, en 2013
Fonctions
Délégué général de l'Observatoire national de l'action sociale
Président du Collectif Appel à la Fraternité
Directeur de publication du journal de l'action sociale et du développement social
Biographie
Date de naissance (74 ans)
Lieu de naissance Boghari, Algérie
Nationalité Français
Profession Spécialiste en sciences politiques

Jean-Louis Sanchez

Jean-Louis Sanchez est fondateur et délégué général de l’Observatoire national de l'action sociale décentralisée, politologue, auteur de nombreux ouvrages sur le développement économique et social, la décentralisation et la crise, il s’est engagé depuis de nombreuses années dans la défense du lien social et du Vivre-Ensemble. À ce titre, il lance notamment en 1999 un appel à la fraternité pour inviter, à la veille d’un nouveau millénaire, à une mobilisation générale contre l’effacement des repères et le délitement du lien social.

Cet appel, largement soutenu[2] alors que bien peu médiatisé, est à l’origine de la promotion de la Fraternité comme Grande Cause nationale en 2004, par décret de Jean-Pierre Raffarin[3]'[4]'[5], donnant lieu à une forte implication des maires des grandes villes de France (Paris, Marseille, Bordeaux) dont les deux tiers signeront une charte de la Fraternité.

Ce souci de contribuer à la consolidation du Vivre-Ensemble par la pédagogie et la démonstration des faits, tout particulièrement en période de crise, l’a en outre conduit à créer le journal de l’Action sociale et du développement social[6] ainsi que l’Institut national du développement social[7].

BiographieModifier

Né le 16 décembre 1944, à Boghari en Algérie[8], Jean-Louis Sanchez y vit durant une vingtaine d’années avant de rejoindre l’Hexagone[Quoi ?] en 1965. Ses premiers pas dans la vie sont influencés par l’expérience de ses parents ayant dû quitter l’Espagne à la suite du coup d'État qui conduira le général Francisco Franco au pouvoir. Marchant sur les traces de son père, il commence alors ses études universitaires de droit à Alger tout en collaborant à la rédaction de la rubrique cinéma du journal Alger républicain[9]'[8].

Son premier métier est consacré à l’enseignement primaire puis secondaire dans des écoles catholiques en Algérie. Et lorsqu’il quitte l'Algérie pour s’établir en France[Quoi ?], il termine ses études pour enseigner à la Faculté de droit de Limoges entre 1968 et 1975[8]. Soucieux de diversifier son expérience, il quitte l’enseignement pour se consacrer à des fonctions d’encadrement dans des collectivités locales avec comme dernière responsabilité celle de la direction de la solidarité du Conseil général de la Haute-Vienne[8]. C’est cette double filiation professionnelle qui l’amène à fonder en 1990 l’Observatoire de l’action sociale avec pour objectif de décloisonner la recherche et l’action afin d’optimiser les ressources publiques et privées affectées à la solidarité[10].

Du cheminement individuel à la création de l’Observatoire (ODAS)Modifier

En effet, ses diverses expériences professionnelles et sa vision de la fragilité de notre société[11] ont persuadé Jean-Louis Sanchez de la nécessité d’un lieu d’expertise, qui par sa neutralité et son attachement aux valeurs fondamentales de notre pays, apporte une dimension plus opérationnelle à la nécessaire adaptation de la réponse publique.

L’ODAS se fixe ainsi, dès sa création en 1990, la mission de préconiser des évolutions importantes pour répondre aux caractères de plus en plus étendues et polymorphes de la crise[12]. Avec le souci de veiller à ce que tous les courants institutionnels et les différentes sensibilités politiques participent activement à cette réflexion pour en garantir l’impartialité et favoriser la coopération de tous autour d’un diagnostic commun[13]'[14].

Cet intérêt manifesté par les édiles locaux[11] le conduit à rédiger un ouvrage intitulé La République des maires[15] pour les inciter à la mise en œuvre d’ateliers du Vivre-Ensemble. Une démarche très vite expérimentée dans une dizaine de villes afin de multiplier, avec le concours du mouvement associatif, toutes les initiatives aptes à favoriser le dialogue entre les âges, les origines, les territoires.

Les constats de ce lieu d’expertise qui regroupe aujourd’hui la plupart des départements de France[16], deux tiers des grandes villes, les organismes de protection sociale, les grandes fédérations associatives (dont l’UNIOPPS), ont permis de démontrer les effets extrêmement pathogènes de la déliquescence des liens et des repères à tous les âges de la vie[17]'[18].

L’ODAS a ainsi su montrer que les enfants en danger[19], nécessitant une protection des services de l’aide sociale à l’enfance[20] étaient principalement victimes, non pas d’un déficit de biens, mais de liens[21]. L’ODAS a aussi pu démontrer que les personnes âgées avaient plutôt besoin d’aider que d’être aidées[22]. De façon plus générale, l’ODAS s’efforce de convaincre que la vulnérabilité n’épargnant plus aucune catégorie de la population, les réponses ne peuvent plus être seulement l’affaire de spécialistes mais de toute la société.

Une vision anthropologique des besoins sociaux qui convaincra Jean-Louis Sanchez de s’engager dans la réhabilitation du triptyque républicain dans ses trois dimensions afin d’éviter que la liberté et l’égalité génèrent un excès d’individualisme, de consumérisme au détriment du lien social[23].

De l'expertise collective à la promotion du concept de fraternitéModifier

En 1999, le lancement d’un premier appel à la Fraternité sensibilisent des personnalités aussi diverses que Jean-Paul Delevoye,Patrick Braouezec ou l'Abbé Pierre[24], ouvrant ainsi la voie à plusieurs centaines de signataires. Et lorsque la Fraternité devient Grande Cause nationale en 2004, c’est tout naturellement qu’une grande majorité de maires s’impliquent dans cette démarche avec comme perspective le lancement des ateliers du Vivre-Ensemble dans toute la France.

DécorationsModifier

PublicationsModifier

  • La promesse de l'autre, Les liens Qui Libèrent, 2013 (ISBN 1020900652)
  • Pour une République des maires, L'Harmattan, 2008 (ISBN 978-2296074385)
  • Se former au développement social local, préface, Dunod, 2008 (ISBN 978-2100516711)
  • Réussir l'observation gérontologique', Vieillissement et cohésion sociale, Dunod, 2003 (ISBN 2-10-007337-0)
  • Décentralisation : de l’action sociale au développement social, état des lieux et perspectives, L'Harmattan, 2001 (ISBN 2-7475-0979-6)
  • L'observation de l'enfance en danger : guide méthodologique, Odas Éditeur, 2001 (ISBN 2-910101-39-8)
  • L'action sociale décentralisée, bilan et perspectives, Odas Éditeur, 1993 (ISBN 2-910101-01-0)

Notes et référencesModifier

  1. http://www.whoswho.fr/bio/jean-louis-sanchez_63947
  2. Viltaïs - Vivre et agir
  3. « La fraternité, grande cause nationale 2004 » - Lagazette.fr
  4. Grande cause nationale : des moyens pour sensibiliser le public aux grands enjeux de société | Portail du Gouvernement
  5. Décision du 18 février 2004 portant attribution du label « Grande cause nationale » et des labels « Campagne d'intérêt général » pour l'année 2004 | Legifrance
  6. le Journal de l'Action Sociale
  7. Qui sommes nous ?
  8. a b c et d Biographie Jean-Louis Sanchez Expert social
  9. ODAS
  10. ODAS - Observatoire national de l'Action Sociale décentralisée
  11. a et b Jean-Louis Sanchez, délégué général de l'Odas. «Nous sommes entrés dans une société d'incertitude» - Libération
  12. ODAS :: Nos missions
  13. [PDF] http://www.senat.fr/fileadmin/Fichiers/Images/egdt/EGDT_cahiers_acteurs_ODAS.pdf
  14. Insee - Publications et services - Action sociale départementale
  15. Pour une République des maires
  16. ODAS :: Les adhérents
  17. Vers une solidarité plus fraternelle
  18. N° 3256 - Rapport de Mme Valérie Pecresse sur le projet de loi , adopté par le Sénat, réformant la protection de l'enfance (no 3184)
  19. Les droits de l'enfant
  20. Le dispositif de protection de l'enfance en danger semble saturé - LeMonde.fr
  21. ODAS :: Cahier de l'Odas - « Décentralisation et cohésion sociale - Contribution de l’Odas au débat sur la réforme de la décentralisation » - Janvier 2013
  22. ODAS :: Les cahiers de l'ODAS : « Du soutien à la dépendance au soutien à l'autonomie » - Juillet 2011
  23. Une société plus fraternelle
  24. L'Appel à la Fraternité
  25. Décret du 14 novembre 2003 portant promotion et nomination | Legifrance
  26. Décret du 13 juillet 1999 portant promotion et nomination

Liens externesModifier