Ouvrir le menu principal

BiographieModifier

Jean-François Simon est le fils d'un chirurgien parisien[1].

En 1684, il rejoint le service de Michel Le Peletier de Souzy à l'intendance des finances du roi. En 1691, il devient contrôleur de la direction générale des fortifications. En collaboration avec le Cabinet des médailles et l'Académie des inscriptions, il s'occupe alors des devises et inscriptions surmontant les portes des nouvelles citadelles. En 1701, il est nommé commis à la garde du Cabinet des médailles assistant Marc-Antoine Oudinet.

Il est élu membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres en 1705.

De 1712 à 1718, il est le principal commis à la garde de la Bibliothèque et du Cabinet des médailles du roi.

Il meurt le 10 décembre 1719 d'une infection provoquée par une blessure faite par une sonde utilisée pour savoir s'il avait la maladie de la pierre[1].

PublicationsModifier

  • Estat de recette et de dépense faittes pour le Cabinet des médailles du roy pendant l’année 1712

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Jean-François Simon, commis à la garde du Cabinet des médailles du roi, 1712-1718 », sur Bnf.fr (consulté le 25 juin 2017) citant Thierry Sarmant, Le Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale, 1661-1848, Paris, École nationale de Chartes, p.74-78

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Jean-Pierre Niceron, Mémoires pour servir à l'histoire des hommes illustres dans la république des lettres avec un catalogue raisonné, 1730
  • Claude Gros de Boze, Éloge de M. Simon, dans Histoire de l'Académie royale des inscriptions et belles-lettres depuis son établissement, avec les éloges des académiciens morts depuis son renouvellement, chez Hippolyte-Louis Guerin, Paris, 1740, tome 2, p. 159-171 (lire en ligne)
  • Thierry Sarmant, Le Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale, 1661-1848, École des chartes, Paris, 1994, p. 74 (ISBN 978-2-900791-09-7) (lire en ligne)

Article connexeModifier

Liens externesModifier