Ouvrir le menu principal

Janine van Wyk

footballeuse sud-africaine

Janine van Wyk
Image illustrative de l’article Janine van Wyk
Situation actuelle
Équipe Drapeau : Afrique du Sud JVW FC
Numéro 5
Biographie
Nationalité Drapeau : Afrique du Sud Sud-Africaine
Naissance (32 ans)
Lieu Alberton (Afrique du Sud)
Taille 1,64 m (5 5)[1]
Poste Défenseur central
Parcours junior
Saisons Club
Drapeau : Afrique du Sud Springs Home Sweepers
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
Drapeau : Afrique du Sud Moroka Swallows FC
Drapeau : Afrique du Sud Palace Super Falcons
2013-2016Drapeau : Afrique du Sud JVW FC
2016-2018Drapeau : États-Unis Houston Dash037 0(0)
2018-Drapeau : Afrique du Sud JVW FC
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
2005-Drapeau : Afrique du Sud Afrique du Sud 159 (11)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Janine van Wyk, née le à Alberton en Afrique du Sud, est une footballeuse internationale sud-africaine, capitaine de l'équipe nationale. Elle évolue au poste de défenseur. Elle a récemment joué pour Houston Dash au sein de la Ligue nationale de football féminin aux États-Unis, devenant ainsi la première joueuse sud-africaine à avoir rejoint cette ligue. Le , Van Wyk décroche sa 150e cape de sélection en équipe nationale. Elle détient le record de la footballeuse sud-africaine la plus selectionnée.

Sommaire

BiographieModifier

JeunesseModifier

Van Wyk est née à Alberton, dans le Gauteng[2]. Elle grandit à Germiston et commence à jouer au football à l'âge de 6 ans. Elle fréquente l'école Hoërskool Alberton, une école de langue afrikaans qui ne propose pas de football : le rugby est plus populaire au sein de la communauté blanche, le football au sein de la communauté nore. Elle joue pour la première fois en équipe avec les Springs Home Sweepers à KwaThema près de Springs[3]. Devenue une curiosité dans ce canton, la joueuse découvre, par ce choix, un autre monde[4]. Un an plus tard, à 15 ans, elle fait aussi son coming out, au sujet de son homosexualité. Si cette situation met du temps à être acceptée par sa famille, elle se souvient par contre de la prise en compte bienveillante au sein de son club de cette annonce[4]. Après le meurtre en 2008 d'une coéquipière, Eudy Simelane, homosexuelle et militante pour les droits des personnes LGBT, qui est violée et assassinée, Janine van Wyk s'engage publiquement en faveur des droits des personnes de la communauté LGBT[4].

Carrière en clubModifier

Quelques années plus tard, Van Wyk rejoint les Moroka Swallows puis les Palace Super Falcons de Tembisa. Avec cette équipe, elle remporte trois titres de champion consécutifs. Van Wyk qualifie son temps avec les Super Falcons de « mémorable » et déclare que lors des trois victoires en championnat, ils étaient "intouchables". Par la suite, elle fonde son propre club, le JVW FC[3]. Elle est entraîneuse pour ce club[5]. Certains fans de football la surnomme «Booth»[3].

Le , elle signe avec le Houston Dash en Ligue nationale de football féminin aux États-Unis[6]. En 2017, elle joue 17 match pour le Houston Dash[7]. L'année suivante, elle dispute 20 matchs lors de la saison 2018 de la NWSL[7]. Le , le Houston Dash renonce à van Wyk et lui impose une dispense de réinscription, mais ses droits ne sont pas revendiqués par une autre équipe[8]. Elle fait le choix de revenir en Afrique du Sud dans le club qu’elle a créé, le JVW FC, pouvant ainsi s’entraîner au plus près de sa sélection nationale[4].

Carrière internationaleModifier

Van Wyk fait ses débuts en équipe nationale en 2005 contre le Nigeria en Coupe d'Afrique des nations. Lors de cette rencontre, Van Wyk inscrit un coup franc et l'équipe d'Afrique du Sud enregistre sa première victoire contre le Nigeria depuis la formation de l'équipe nationale féminine en 1993. En 2012, lors de la Coupe d'Afrique des nations, Van Wyk marque l'unique but du match contre le Nigeria[9]. Elle est membre de l'équipe sud-africaine qui participe aux Jeux olympiques d'été de 2012 à Londres, au Royaume-Uni. Elle déclare être fière de représenter son pays aux Jeux olympiques, malgré le fait que son équipe ait été éliminée au premier tour[10].

En août 2014, Van Wyk joue sa centième rencontre pour l'Afrique du Sud contre la Namibie. À l'issue de ce match, l'Afrique du Sud l'emporte sur le score de 2-0[11]. À l'époque, elle n'est pas encore la joueuse sud-africaine la plus capée puisque sa coéquipière Portia Modise reçoit sa 110e sélection lors de ce même match[12].

Le , elle devient la joueuse la plus capée de cette équipe d'Afrique du Sud, lorsqu'elle dispute son 125e match contre le Cameroun[13]. Le , elle joue son 150e match pour l'Afrique du Sud[14],[15].

RéférencesModifier

  1. (en) Liste complète des équipes à la Coupe du monde 2019, sur www.fifadata.com
  2. (en) « All eyes on Rio for Janine », Alberton Record,‎ (lire en ligne)
  3. a b et c (en) « Banyana Banyana defender aims high », The Tembisan,‎ (lire en ligne)
  4. a b c et d Lætitia Béraud, « Coupe du monde féminine : la Sud-Africaine Janine van Wyk, capitaine engagée », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. (en) « Banyana captain gives back to football », Southafrica.info,‎ (lire en ligne)
  6. (en) « Houston Dash sign South African defender Janine Van Wyk », Houston Dynamo,‎ (lire en ligne)
  7. a et b (en) « J. Van Wyk », sur us.soccerway.com (consulté le 20 mars 2019)
  8. (en) « NWSL players available on the Re-Entry Wire », (consulté le 20 mars 2019)
  9. (en) « Van Wyk set for Banyana Banyana century – News – Kick Off », KickOff,
  10. (en) van Wyk, « Janine Van Wyk "I am so proud to be a part of London 2012 Olympics" – Exclusive player blog for Women’s Soccer United », Goal.com, (consulté le 17 novembre 2016)
  11. (en) « Banyana down Namibia in Van Wyk's 100th », SouthAfrica.info,
  12. (en) van Wyk, « Reaching milestones as South Africa (Banyana Banyana) continue on the road to the 2014 African Women’s Championship », Goal.com, (consulté le 17 novembre 2016)
  13. (en) « Banyana Banyana captain breaks SA record » [archive du ], South African Football Association, (consulté le 9 avril 2016)
  14. (en) « Janine van Wyk celebrates her 150th Banyana Banyana cap », Times Live,‎ (lire en ligne)
  15. Lisa Durel-Wilcox, « Janine Van Wyk, héroïne africaine », sur footdelles.com, (consulté le 18 mai 2019)

Liens externesModifier