JBoss (entreprise)

entreprise

JBoss
logo de JBoss (entreprise)

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Disparition Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social AtlantaVoir et modifier les données sur Wikidata
Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité Industrie du logicielVoir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.jboss.orgVoir et modifier les données sur Wikidata

JBoss, Inc. est une division de Red Hat qui édite le serveur d'applications J2EE JBoss.

HistoireModifier

Les développeurs du cœur de JBoss ont tous été employés par une société de services appelée « JBoss Inc. ». Celle-ci a été créée initialement par Marc Fleury, le concepteur de la première version de JBoss. Le projet est sponsorisé par un réseau mondial de partenaires et utilise un modèle d'entreprise fondé sur le service (la maintenance, le conseil, la formation et les certifications).

Le , Jboss obtient la certification J2EE (Java 2 Enterprise Edition) en version 1.4[1].

En France, la Direction générale des Impôts choisit Jboss en pour la compatibilité de ses serveurs avec les nouvelles normes J2EE[2].

En , JBoss application server passe en version 4.0 et rejoint la fondation Eclipse. Le , JBoss Application Server avait été téléchargé plus de 5 millions de fois ; la compagnie annonce son nouveau modèle d'entreprise : JBoss Enterprise Middleware System (JEMS), une plateforme Open Source pour SOA [3].

En 2005, Marc Fleury revendique la place de no 1 mondial du Middleware, Hibernate sort dans sa version 3 le 1er mars et Jboss voit sa première conférence utilisateurs annuelle (le Jboss World) à Atlanta aux États-Unis.

Le , c'est l'occasion d'annoncer le Jboss Network, une série de services de support[4] et la création d'une fédération d'entreprises ayant des projets open source professionnels en commun : la JBoss Open Source Federation[5].

Le , Novell et Jboss annoncent une évolution significative de leur partenariat : Novell s'engage à empaqueter JBoss Application Server avec son SuSE Linux Enterprise Server et son Novell exteNd[6].

Jboss annonce le son positionnement sur le marché européen et asiatique des intergiciels avec la création à Londres et à Bangalore de nouveaux bureau[7].

Le , Capgemini Nederland B.V. , le professionnel de l'infogérance, devient intégrateur système certifié Jboss[8].

Le consultant indien expert en informatique, Satyam, devient intégrateur Système Certifié Jboss courant afin entre autres de fournir des solutions robustes tout en diminuant le coût total de possession (TCO) grâce à des solutions ouvertes (un exemple : le coût des licences)[9].

Le Nomura Research Institute (NRI) intègre Jboss dans sa solution « OpenStandia » fin .

Le Jboss World Barcelona s'est tenu le 10- à Barcelone en Espagne. Cela a été l'occasion pour Alfresco, le leader dans la gestion de contenu de la sortie imminente de son Alfresco Enterprise Network dans sa version Release Candidate utilisant un modèle Aspect-Oriented Programming (AOP) avec Hibernate et Jboss Cache[10].

En , Red Hat rachète JBoss Inc pour $350 millions de dollars[11]. En mai, JBoss rejoint le W3C (World Wide Web Consortium), l'OASIS (Organization for the Advancement of Structured Information Standards) et le WS-I (Web Services Interoperability).

En , Marc Fleury quitte le groupe Red Hat.

Vitria, un intégrateur de solutions, s'associe à Red Hat pour fournir une solution d'architecture orientée services (SOA) comprenant son logiciel Business Accelerator et le JBoss Enterprise Application Platform pour « donner aux clients la liberté de choisir des composants SOA et de les combiner pour créer la meilleure solution à leurs besoins particuliers »[12]. ()

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier