Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Labelle.


Jérémy Labelle
Surnom Labelle, Thraces, Kaang.
Naissance
Activité principale Compositeur, Musicien
Genre musical Maloya, Musique électronique
Années actives 2009 -
Labels InFiné, Eumolpe
Site officiel www.labelle.re

Labelle, de son vrai nom Jérémy Labelle, est un compositeur réunionnais de Maloya électronique[1]. Il est un des chefs de file des musiques électroniques de La Réunion[2],[3].

BiographieModifier

Né d'un père réunionnais et d'une mère métropolitaine[4], Labelle commence à l'adolescence comme DJ[1]. Il se forme ensuite à la composition musicale, la musicologie et la recherche musicale à l'Université Paris-VIII sous la direction d'Anne Sedes et Horacio Vaggione[5].

Ses inspirations mélangent la Techno de Detroit et le Maloya en passant par les musiques contemporaines, les musiques du monde mais aussi la littérature[4].

Sa carrière commence en 2010 à Rennes lors de son passage aux Rencontres Trans Musicales[1].

Son premier album Ensemble, auto-produit, a été remarqué par la critique spécialisée francophone à sa sortie en 2013[1],[6]. Labelle sera programmé à nouveau aux Rencontres Trans Musicales de Rennes cette même année[7].

En 2017, il sort son deuxième album univers-île signé sur la maison de disque InFiné. Il reçoit un bon accueil de la presse musique nationale (Télérama[8], Le Monde[9], Libération[10]) ainsi que de la presse étrangère spécialisée[11],[12]. Dans cet album, sont invités des chanteurs réunionnais, Zanmari Baré, Nathalie Natiembé, Maya Kamati, le guitariste indien Prakash Sontakke, le joueur de kora Ballaké Sissoko... La pochette est dessinée par le duo d'artistes réunionnais Kid Kréol & Boogie.

Labelle crée Orchestre univers, sa première pièce pour orchestre, percussions réunionnaises et électronique en mars 2018[13], jouée avec l'Orchestre régional de La Réunion.

DistinctionsModifier

  • Lauréat du Prix Musiques de l'Océan Indien 2015-2016[2],[14].

DiscographieModifier

AlbumsModifier

  • 2013, Ensemble
  • 2017, univers-île

EPsModifier

  • 2018, Post-maloya

Sous d'autres pseudonymesModifier

  • 2012, Thraces A, Thraces[15]
  • 2015, Kaang, Kaang[16]

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d « Labelle : psychédélique et onirique », sur Les Inrocks (consulté le 6 décembre 2018)
  2. a et b « L’électro fait vibrer les îles », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 6 décembre 2018)
  3. « L’imaginaire maloya de Labelle », sur RFI Musique, (consulté le 6 décembre 2018)
  4. a et b Kino Sousa, « Labelle ou l'afro-futurisme de La Réunion », sur Pan African Music, (consulté le 6 décembre 2018)
  5. Jérémy Labelle, Anne Sédès et Horacio Vaggione, Vers une redéfinition de la pratique du mix du DJ: notation, analyse de performance et nouveaux dispositifs, (lire en ligne)
  6. « Meilleurs albums de 2013 : les classements de la rédaction », sur Les Inrocks (consulté le 6 décembre 2018)
  7. « Les Trans se font Labelle », sur Libération.fr, (consulté le 6 décembre 2018)
  8. Univers-Ile, Labelle (lire en ligne)
  9. « Sélection albums : Quatuor Psophos, Aldo Romano, Brian Wilson… », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 6 décembre 2018)
  10. « Musique, le mea culpa 2017 », sur Libération.fr, (consulté le 6 décembre 2018)
  11. (en-US) « The Quietus | Reviews | Labelle », sur The Quietus (consulté le 6 décembre 2018)
  12. « Univers-Île », sur Le Canal Auditif (consulté le 6 décembre 2018)
  13. « ORCHESTRE UNIVERS : UNE CREATION INEDITE DE LABELLE », sur Conservatoire à Rayonnement Régional de La Réunion - Musique Danse Théâtre (consulté le 6 décembre 2018)
  14. « Prix Musiques de l'Océan Indien », sur prixmusiquesoceanindien.com (consulté le 6 décembre 2018)
  15. (de) Gilles Peterson Worldwide, « radio x - Frankfurts unabhängiges, werbefreies Stadtradio », sur radio x Frankfurt FM 91,8 (consulté le 19 décembre 2018)
  16. (en) « Kaang, A New Experimental Production Duo From South Africa's Hlasko & Réunion Island's Labelle », sur OkayAfrica, (consulté le 19 décembre 2018)

Liens externesModifier