Ouvrir le menu principal

Institut national de la statistique et des études économiques (Luxembourg)

office statistique du Luxembourg
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Institut national de la statistique.
Institut national de la statistique et des études économiques
upright=Article à illustrer Organisation
Histoire
Fondation
1962
Cadre
Sigle
STATECVoir et modifier les données sur Wikidata
Zone d'activité
Type
Domaine d'activité
Siège social
Pays
Organisation
Effectif
177
Direction
Serge Allegrezza
Affiliation
Site web

Au Grand-Duché de Luxembourg, le STATEC[N 1] est l'acronyme désignant l’Institut national de la statistique et des études économiques est une administration placée sous l’autorité du ministère de l'Économie.

Il jouit cependant de l'indépendance scientifique et professionnelle c'est-à-dire que le STATEC fixe son programme de travail en accord avec la législation statistique nationale et européenne, il produit et diffuse ses données en toute neutralité.

Ses missions consistent à fournir aux décideurs publics et privés ainsi qu’aux citoyens un service public d’information statistique de haute qualité.

Le STATEC s’engage à produire des statistiques, des analyses et des études qui représentent une image détaillée, fiable et objective de la société luxembourgeoise.

Enfin, il coordonne le système statistique luxembourgeois, organisé selon le principe de la centralisation statistique.

HistoriqueModifier

Le STATEC est issu en 1962 de la fusion de l’Office de la statistique générale et du Service d'études et de documentation économique et reformé par la loi du 10 juillet 2011[1],[2].

OrganisationModifier

Le STATEC est organisé en six divisions :

  • Services généraux ;
  • Statistiques sociales ;
  • Statistiques d'entreprises ;
  • Statistiques macroéconomiques ;
  • Conjoncture et prévisions ;
  • Recherche appliquée.

Missions et attributionsModifier

MissionsModifier

AttributionsModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Georges Als, « Les 50 ans du Statec - Commémoration du 22 juin 2012 : Allocutions de M. Georges Als sous forme écrite », sur http://www.statistiques.public.lu, (consulté le 6 mai 2018) : « Le premier grand problème auquel je dus m'attaquer, c'était le nom de la nouvelle entité : Service central de la statistique et des études économiques – 9 mots ! Si on doit souvent prononcer un tel nom, on ne fait plus rien d'autre, il faut une abréviation. J'ai lancé un concours doté d'une bouteille de Veuve Clicquot, qui m'a valu 28 propositions. Les deux meilleures provenaient de l'Eurostat et de l'Université de Bruxelles. Le professeur Jean Waelbrook de l'ULB était audacieux, il disait : prenez simplement les initiales du nom du service : SECSEE et vous le prononcez à l'anglaise : Sexy – vous serez vite connu. Les 2 statistiques ont la réputation d'être ennuyeuses, de là à les rendre sexy me semblait trop ambitieux – aussi mon ministre n'en voulut rien savoir : « Je ne peux quand même pas parler du Sexy à la Chambre des députés », disait-il.
    La 2e proposition venait de M. Paretti, qui était directeur à l'Eurostat : Stat-ec, contraction de statistique et économie. Elle fut unanimement approuvée, et Vittorio a eu son champagne. Il a même reçu une décoration luxembourgeoise, vingt ans après, des mains de Madame Colette Flesch – nous n'oublions pas ! »
    , p. 5

RéférencesModifier

Voir aussiModifier