Institut d'histoire des sciences

musée américain

L'Institut d'histoire des sciences est une institution américaine qui promeut la compréhension de l'histoire des sciences. Situé à Philadelphie, en Pennsylvanie, l'organisme regroupe une bibliothèque, un musée, des archives, un centre de recherche et un centre de conférences.

Institut d'histoire des sciences
Image dans Infobox.
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Domaine d'activité
Pays
Coordonnées
Organisation
Fondateur
Arnold Thackray (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Direction
David Allen Cole (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Affiliation
Digital Library Federation (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

HistoireModifier

L'Institut d'histoire des sciences a été fondé en 1982 par le biais d'une coentreprise formée de l'American Chemical Society et de l'Université de Pennsylvanie en tant que Centre d'histoire de la chimie. L'American Institute of Chemical Engineers en est devenu membre cofondateur en 1984. Le Centre a été rebaptisé Chemical Heritage Foundation en 1992 et a déménagé deux ans plus tard à l'emplacement actuel de l'institution, sis au 315 Chestnut Street dans la vieille ville de Philadelphie (en)[1].

Le , la Chemical Heritage Foundation a fusionné avec la Fondation des sciences de la vie (en), créant une organisation qui couvre "l'histoire des sciences de la vie et de la biotechnologie ainsi que l'histoire des sciences de la chimie et de l'ingénierie"[2],[3]. À compter du , l'organisme a été rebaptisé "Institut d'histoire des sciences", afin de refléter ses intérêts historiques plus vastes, allant de la chimie et du génie aux sciences de la vie et à la biotechnologie[4].

ActivitésModifier

L'Institut se concentre non seulement sur l'histoire de la chimie, mais aussi sur l'histoire des sciences, l'histoire de la technologie, les tendances de la recherche et du développement, l'impact de la science sur la société et les relations entre la science et l'art, entre autres sujets. Il soutient une communauté de chercheurs et un programme d'histoire orale. En 2012, c'était le plus grand donateur américain de bourses de recherche pour l'histoire de la science[5],[6].

L'Institut décerne depuis 2006 le prix Roy G. Neville (en).

RéférencesModifier

  1. « The History of CHF », Chemical Heritage: Newsmagazine of the Chemical Heritage Foundation, vol. 18, no 1,‎ , p. 16–22
  2. « History », sur Science History Institute (consulté le )
  3. « CHF and LSF Announce Merger », PR Newswire,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. Stephan Salisbury, « Chemical Heritage Foundation is morphing into the Science History Institute », Philadelphia Inquirer,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. Neil Gussman, « A philanthropic career: Arnold Beckman and chemical heritage », Chemistry in Australia, vol. October,‎ , p. 32–33 (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  6. « Honoring the Othmers: Generosity, Vision, and a Transformative Gift » [archive du ], sur Chemical Heritage Foundation (consulté le )

Articles connexesModifier