Inno e Marcia Pontificale

hymne national et pontifical du Vatican

Inno e Marcia Pontificale (it)
Hymne et Marche Pontificale
Image illustrative de l’article Inno e Marcia Pontificale

Hymne national du Drapeau du Vatican Vatican
Musique Charles Gounod
1869
Adopté en 1949
Fichier audio
Inno e Marcia Pontificale (Instrumental)

Inno e Marcia Pontificale (Hymne et Marche Pontificale) est l'hymne national et pontifical (on trouve aussi hymne papal) du Vatican[1].

Il s'agit du seul hymne national du monde à être chanté dans une langue ancienne, le latin (langue officielle de l'Église catholique romaine)[note 1].

HistoriqueModifier

Composée par Charles Gounod (1818-1893) pour le jubilé sacerdotal du pape Pie IX, la Marche pontificale[note 2] fut exécutée pour la première fois le , sur le parvis de la basilique Saint-Pierre, par 7 fanfares militaires, en présence du souverain pontife[1].

À l'occasion de l'année sainte 1950, le pape Pie XII décida que cette marche deviendrait l'hymne officiel de l'État de la Cité du Vatican (le Saint-Siège), en remplacement de la Gran Marcia Trionfale. Sa première exécution comme hymne pontifical eut lieu le [2].

ParolesModifier

Version de Raffaello LavagnaModifier

O Roma felix - O Roma nobilis.
Sedes es Petri, qui Romae effudit sanguinem,
Petri, cui claves datae sunt regni caelorum.

Pontifex, Tu successor es Petri;
Pontifex, Tu magister es tuos confirmas fratres;
Pontifex, Tu qui Servus servorum Dei,
hominumque piscator, pastor es gregis,
ligans caelum et terram.

Pontifex, Tu Christi es vicarius super terram,
rupes inter fluctus, Tu es pharus in tenebris;
Tu pacis es vindex, Tu es unitatis custos,
vigil libertatis defensor; in Te potestas.

Tu Pontifex, firma es petra, et super petram hanc aedificata est Ecclesia Dei.

O felix Roma - O Roma nobilis.

Version d'Evaristo D'AnversaModifier

Roma, alma parens, Sanctorum Martyrumque,
Nobile carmen, te decete, sonorumque,
Gloria in excelsis, paternae maiestati
Pax et in terra fraternae caritati

Ad te clamamus, Angelicum pastorem:
Quam vere refers, Tu mitem Redemptorem!
Magister Sanctum, custodis dogma Christi,
Quod unun vitae, solamen datur isti.

Non praevalebunt horrendae portae infernae,
Sed vis amoris veritatisque aeternae.

Salve, Roma!
In te aeterna stat historia,
Inclyta, fulgent gloria
Monumenta tot et arae.

Roma Petri et Pauli,
Cunctis mater tu redemptis,
Lumen cunctae in facie gentis
Mundique sola spes!

Salve, Roma!
Cuius lux occasum nescit,
Splendet, incandescit,
Et iniquo oppilat os.

Pater Beatissime,
Annos Petri attinge, excede
Unum, quaesumus, concede:
Tu nobis benedic.

RéférencesModifier

  1. a et b Xavier Maugendre, L’Europe des hymnes dans leur contexte historique et musical, Paris, Mardaga,
  2. « Inno », sur www.vaticanstate.va (consulté le 18 juin 2020)

NotesModifier

  1. L'hymne national de l'État d'Israël est en hébreu, qui est également une langue ancienne.
  2. C'est le titre original de la partition de Gounod.

Liens externesModifier