Incendie de Moscou

incendie de Moscou lors de la prise de la ville par l'armée de Napoléon Ier

L'incendie de Moscou est un événement de la campagne de Russie. L'incendie, de cause incertaine, éclate le lors de la prise de Moscou, lorsque les troupes russes et la plupart des habitants restants abandonnent la ville de Moscou juste devant l'avance de l'empereur français Napoléon dans la ville après la bataille de Borodino. L'incendie a pratiquement détruit la ville, qui avait été en grande partie abandonnée par ses habitants le mois précédent.

Napoléon regardant l'incendie de Moscou depuis les murs du Kremlin

CausesModifier

Avant de quitter Moscou, le comte Rostopchine donne l'ordre de faire exploser ou d'incendier le Kremlin et les principaux édifices publics (y compris les églises et les monastères). Mais ce n'était pas la principale cause de l'incendie qui détruit la ville. Alors que la majeure partie de l'armée française s'installe dans la ville, de multiples départs d'incendies se déclarent. Leur cause n'a jamais été déterminée et la négligence ainsi que les ordres de Rostopchine peuvent être parmi les raisons possibles. Aujourd'hui, la majorité des historiens attribuent les incendies initiaux au sabotage russe.

DégâtsModifier

 
Carte de 1817, la zone ravagée par l'incendie est marquée en rouge.

Ivan Kataïev (1911) a estimé que les destructions ont affecté les 3/4 des bâtiments de la ville:

  • 6496 des 9 151 maisons privées (ce total comprenait 6 584 bâtiments en bois et 2 567 bâtiments en briques).
  • 8 251 magasins de détail et entrepôts (dont la plupart des quartiers d'affaires de Kitai-gorod et Zamoskvoretche ).
  • 122 des 329 églises.

Quelque 12 000 corps ont été retrouvés dont environ 2 000 étaient ceux de soldats russes blessés. L'université d'État de Moscou, la bibliothèque de Buturline, les théâtres Petrovsky et Arbatsky ont été complètement détruits; de nombreuses œuvres d'art, notamment le manuscrit du poème épique du Dit de la campagne d'Igor, ont été perdus à jamais. L' orphelinat de Moscou près de Kitai-gorod, converti en hôpital, a été épargné grâce à la police locale. La population de Moscou en 1811 est estimée à 270 000 habitants; après la guerre, lorsque les résidents sont revenus dans la ville, elle est tombée à 215 000; en 1840, elle a atteint le chiffre de 349 000 habitants [1].

Les cartes établies par les autorités russes après la guerre (notamment des cartes militaires de 1817 réimprimées pour le public en 1831) montrent que la majorité du territoire de Moscou a été détruit dans l'incendie, à l'exception notable du Kremlin de Moscou, l'orphelinat, le quartier nord de Bely Gorod (de la rue Tverskaya à la rue Pokrovka), les étangs du Patriarche à l'ouest, ainsi que des établissements de la banlieue.

Ces cartes qui exagèrent probablement le désastre montrent certains quartiers comme s'ils étaient détruits. Par exemple, la rue Bolshaya Nikitskaya à l'ouest du boulevard périphérique conserve nombre de ses demeures intactes ; les troupes occupantes défendent leurs propres logements ainsi que le théâtre français et la colonie française de Kouznetsky Most. Les Français tentèrent même de sauver le palais Batachov[2], occupé par Murat, mais après deux jours de lutte acharnée, celui-ci a été détruit dans l'incendie de l'arrondissement de Taganka.

Contrairement aux déclarations du général Marbot qui prétendait que l'incendie de Moscou était la principale cause de l'échec de la campagne de 1812, la destruction de Moscou n'était pas si totale, pour qu'il ne reste pas suffisamment de maisons, de palais, d'églises ou de casernes pour héberger l'ensemble de l'armée. De plus, de nombreuses unités étaient stationnées en dehors de la ville, par exemple à Ostankino (cavalerie légère) ou Khimki (corps italien) ; d'autres ont été envoyées au sud pour faire barrage aux mouvements des Russes.

Reconstruction de la villeModifier

 
Certains bâtiments du XVIIIe siècle ont été reconstruits selon les plans d'origine

Une pénurie de fonds, publics et privés, a retardé la reconstruction de Moscou d'au moins cinq ans. Au cours de ces années, de nombreuses propriétés ont été vendues par des propriétaires en ruine et des quartiers entiers ont changé de composition sociale; par exemple, toutes les propriétés de la rue Maroseika autrefois diversifiée ont été achetées par la classe marchande[3].

La catastrophe a donné aux autorités une occasion unique de replanifier la ville à partir de zéro, comme ce fut le cas à Kiev après l'Incendie de Podil de 1811. En février 1813, Alexandre Ier de Russie crée une Commission à la construction à Moscou, avec pour instruction de produire un plan directeur viable pour la ville. Le plan de 1813 de William Hastie est cependant jugé infaisable, et la Commission se tourne alors vers de nombreux architectes et topographes locaux qui produisent le plan directeur final de 1817 (incorporant les idées de Hastie de nettoyer les places centrales de Moscou). En 1816-1830, les urbanistes installèrent la ceinture de jardins, une route circulaire à la place d'un ancien rempart de fortification, et élargirent de nombreuses autres rues.

La reconstruction de la Place Rouge et de Kitai-gorod a été confiée à Joseph Bové, qui a conçu les façades néoclassiques des bâtiments marchands (actuels GOUM) en miroir de ceux du Sénat du Kremlin de Matveï Kazakov . En février 1818, Ivan Martos acheva le monument à Kouzma Minine et Dmitri Pojarski le premier monument public de Moscou, placé au centre de la place Rouge. Bove a également conçu la place du théâtre symétrique et achevé les théâtres du Bolchoï et de Maly en 1825. L'université de Moscou et d'autres bâtiments publics ont été reconstruits par Domenico Giliardi et Afanasy Grigoriev .

Utilisation dans la cultureModifier

Léon Tolstoï utilise l'incendie dans l'intrigue de Guerre et paix[4] :523 Ces scènes ont été adaptées dans le film soviétique 1965-1967, Guerre et paix ; l'équipe de tournage a planifié les scènes pendant 10 mois et a filmé l'incendie avec six caméras au sol tout en filmant depuis des hélicoptères[5].

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir égalementModifier

BibliographieModifier

  • Fedor Rostoptchine, La vérité sur l'incendie de Moscou et d'autres textes, dossier historique de Natalia Griffon de Pleineville, Editions L'Esprit du Temps, mars 2021.
  • Carl von Clausewitz, "Campagne de Russie de 1812", partie 1.
  • Mémoires du général baron de Marbot, chapitre 21
  • L'Incendie de Moscou raconté par Rostopchine et par Mme Narichkine sa fille, Éditions historiques Teissèdre, 14 rue Séguier 75006 Paris, réédition de . La fille de l'auteur dont il s'agit est Nathalie, mariée en 1819 au gouverneur de Crimée Dimitri Narichkine.
  • François-René de Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, tome I, pages 802-807, bibliothèque de la Pléiade.
  • Fédor Rostopchine, La Vérité sur l'incendie de Moscou, édité en 1823 par Ponthieu, libraire au 252 de la Galerie de Bois au Palais-Royal.
  • Louise Fusil, L'Incendie de Moscou, la petite orpheline de Wilna, passage de la Berezina et retraite de Napoléon jusqu'à Wilna, imprimé en 1817 par Pillet, imprimeur au 5 de la rue Christine, Paris.
  • Abbé Adrien Surrugues, curé de Saint-Louis des Français à Moscou, Lettres sur l'incendie de Moscou, éditées en 1823 par Plancher, libraire au 15 quai Saint-Michel à Paris.
  • Mémoires du sergent Bourgogne, sortis le , éditions Arléa.
  • G. Lecointe de Laveau, Gide fils, Moscou avant et après l'incendie, notice contenant une description de cette capitale, des mœurs de ses habitants, des événements qui se passèrent pendant l'incendie.
  • Le blog « L'Estafette », outre des extraits illustrés très intéressants fournit des références de livres concernant cette page :
    • Baron Guillaume Peyrusse, En suivant Napoléon, mémoires de 1809-1815, édités en 2009 aux éditions Cléa à Dijon avec une présentation, des compléments et des annotations rédigés par Christophe Bourachot.
    • Louis Gardier, Un journal de la campagne de Russie, en 1812, imprimé en 1912 par Protat frères, imprimeurs à Mâcon.
    • Arthur Chuquet, Lettres de 1812. La première série a été éditée en 1911 par Honoré Champion à la librairie Ancienne.
    • Joseph de Kerckhove, Mémoires sur les campagnes de Russie et d'Allemagne (1812-1813), édités en 2011.
    • Capitaine Vincent Bertrand, Mémoires Grande -Armée, 1805-1815, recueillis et publiés en 1909 par le colonel Chaland de la Guillanche, son petit-fils. Réédition en 1998 à la librairie des Deux empires, établie et complétée par Christophe Bourachot.
  • Yevgeny Tarle, "L'invasion de la Russie par Napoléon", dans Тарле, Е. В., "Нашествие Наполеона на Россию", гл. VI "Пожар Москвы".
  • V. Fillipov, , На пути к переписи / Под редакцией Валерия Тишкова - М .: "Авиаиздат", 2003 с. 277–313 [6]
  • IM Katayeva, "L'incendie de Moscou", citant l' édition russe de "Отечественная война и русское общество", в 7тт, т.4, М, издание т-ва И.Д.Сытина, 1911 [7]
  • PV Sytine, "Histoire des rues de Moscou" (Сытин, П.В., "Из истории московских улиц"), Moscou, 1948.

Notes et référencesModifier

  1. Fillipov
  2. Aujourd'hui hôpital Yauzskaya.
  3. Sytin, p. 105.
  4. Leo Tolstoy, War and Peace, Garden City, International Collectors Library,
  5. Taylor, « War and Peace: Saint Petersburg Fiddles, Moscow Burns », The Criterion Collection (consulté le 10 novembre 2019)
  6. « Как менялся этнический состав москвичей », Demoscope.ru (consulté le 28 septembre 2013)
  7. « ╚Нревеярбеммюъ Бнимю Х Псяяйне Наыеярбн╩. Рнл Iv. Лняйбю Опх Тпюмжсгюу. Онфюп Лняйбш », Museum.ru (consulté le 28 septembre 2013)