Hypothèse du compromis cognitif

L'hypothèse du compromis cognitif est une théorie issue de la primatologie qui considère que l'évolution du cerveau humain, qui lui a notamment permis de développer des capacités d'abstraction ainsi que le langage, n'a été rendue possible que par le sacrifice d'autres fonctions cognitives telles que la mémoire à court terme, plus performante chez d'autres hominidés comme le chimpanzé.

HistoriqueModifier

Cette hypothèse a été notamment formulée par le primatologue japonais Tetsurō Matsuzawa[1].

RéférencesModifier

  1. (en) Tetsurō Matsuzawa, « Cognitive development in chimpanzees: A trade-off between memory and abstraction », dans Denis Mareschal, Paul C. Quinn, Stephen E. G. Lea, The making of human concepts, New York, Oxford University Press, , p. Chap. 11, p.227-244

BibliographieModifier

  • (en) Tetsurō Matsuzawa, « Cognitive development in chimpanzees: A trade-off between memory and abstraction », dans Denis Mareschal, Paul C. Quinn, Stephen E. G. Lea, The making of human concepts, New York, Oxford University Press, , p. Chap. 11, p.227-244

Articles connexesModifier