Horus Ba
Image illustrative de l’article Horus Ba
Sérekh de l'Horus Ba
Nom en hiéroglyphe
bE11
Transcription Ḥr-bȝ
Période Époque thinite
Dynastie IIe dynastie
Fonction roi
Prédécesseur Péribsen
Dates de fonction v. -2764 - v. -2761
Successeur Khâsekhemoui

Horus Ba est un roi de la IIe dynastie pendant la Période thinite. L'appartenance de ce roi à cette dynastie n'est pas complètement assurée, il a également pu régner à la fin de la Ire dynastie.

AttestationsModifier

Les seules sources sûres du nom d'un roi Hor Ba sont un fragment de schiste vert, trouvé dans les galeries souterraines sous la pyramide à degrés du roi Djéser à Saqqarah, et le mastaba du haut fonctionnaire Ny-Ânkh-Ba (VIe dynastie)[1],[2].

IdentitéModifier

On sait très peu de choses sur le roi Horus Ba. Les quelques vestiges archéologiques ne font qu'assurer l'existence d'un tel souverain, mais ils ne donnent pas d'autres informations.

En 1899, le scientifique Alessandro Ricci a publié le dessin d'un serekh avec une seule jambe (signe Gardiner D58) comme hiéroglyphe à l'intérieur. L'image a été vue dans le volume no 35 de la série Zeitschrift für Ägyptische Sprache und Altertumskunde. Selon Ricci, le serekh a été trouvé dans une inscription rupestre à Ouadi Maghara dans le Sinaï. Les égyptologues Jaroslav Černý et Michel Baud ont découvert que Ricci faisait référence à l'inscription rupestre du roi Sanakht (IIIe dynastie). Ricci avait simplement mal interprété les signes utilisés pour le nom de Sanakht - un signe vertical d'une boucle de corde, le signe en zigzag pour l'eau et un signe de branche en bas - comme un seul symbole de jambe[3].

Des égyptologues tels que Černý et Peter Kaplony pensent que le roi Ba pourrait être identique au roi Horus Oiseau, lui aussi peu attesté. Ce souverain a écrit son nom avec le signe d'un oiseau ressemblant à une oie, mais comme la représentation du signe de l'oiseau en question manque de détails artistiques permettant de l'identifier, les égyptologues contestent la lecture correcte et la signification du nom de cet Horus Oiseau. Černý et Kaplony pensent que les noms des deux rois ont la même transcription : Ba. Dans ce cas, Horus Ba et Horus Oiseau seraient la même figure historique. La théorie de Černý et Kaplony n'est pas communément acceptée[4].

En revanche, des égyptologues tels que Nabil Swelim pensent qu'Horus Ba fut le successeur immédiat du roi Ninetjer de la IIe dynastie. Il indique que la forme de nom de Ninetjer dans la liste d'Abydos commence par le même signe hiéroglyphique (un bélier ; signe Gardiner E11) comme le nom serekh d'Horus Ba. Swelim croit donc que le nom Horus Ba a été mélangé par erreur avec le nom de naissance de Ninetjer[5].

Le lieu de sépulture de Ba est inconnu.

TitulatureModifier

Notes et référencesModifier

  1. Nabil Swelim, Some Problems on the History of the Third Dynasty - Archaeological and Historical Studies; Volume 7, The Archaeological Society of Alexandria, Alexandria 1983, p. 27–32, 180 et 219.
  2. Karl Richard Lepsius, Koenigsbuch der Alten Aegypter, Besser, Mainz 1858, p. 18 & Obj. no. 906.
  3. Michel Baud, Djéser et la IIIe dynastie : Les Grands pharaons, Pygmalion, Paris 2007, (ISBN 2-7564-0147-1), p. 20.
  4. Peter Kaplony, « Horus Ba? ». dans : Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Institut Kairo, Volume 20, von Zabern, Mainz 1965, p. 3 & 4.
  5. Nabil Swelim, Some Problems on the History of the Third Dynasty - Archaeological and Historical Studies Band 7, The Archaeological Society of Alexandria, Alexandria 1983, p. 27–32, 180 & 219.