Histoire des conflits latino-américains

Cet article établit une liste chronologique des conflits survenus depuis les guerres d'indépendance des pays latino-américains et ayant opposé ou impliqué ces États[1].

Évolution de la carte de l'Amérique du Sud depuis 1700 au fil des conflits

Guerres d'indépendance de l'Amérique espagnoleModifier

Amérique du NordModifier

Amérique centraleModifier

À l'époque coloniale, l'Amérique centrale était partiellement contrôlée par la Capitainerie générale du Guatemala, qui recouvrait les régions devenues aujourd'hui le Guatemala, la Belize, le Honduras, le Salvador, le Nicaragua et le Costa Rica. À l'indépendance (1821-1822), la Capitainerie devient les Provinces unies d'Amérique centrale (1823-1824), puis la République fédérale d'Amérique centrale (1824-1839). Les États que l'on connaît aujourd'hui sont issus de l'éclatement de cette fédération.

Amérique du SudModifier

Soulèvements, sécessions, guerres civiles et guérillasModifier

 
Carte du Chili en 1891 (Guerre civile)
 
Che Guévara, figure emblématique de la Guérilla en Amérique Latine

Dans les années 1820, la fin de la domination espagnole en Amérique provoque de graves fractures sociales dans les sociétés des nouvelles républiques indépendantes. Combinées à la pression croissante d'intérêts financiers étrangers et au caractère autocratique - sinon dictatorial - des gouvernements nationaux, elles provoquent l'apparition de troubles civils intérieurs et l'émergence de guérillas. Les premières insurrections et guérillas, lors de la phase de « colonisation interne » du continent, sont l'œuvre des tribus indiennes, qui, au sein de ces nouveaux États, se sentent spoliées par les citoyens « blancs » comme elles l'étaient par l'ancien occupant espagnol.

Lors du développement économique qui s'ensuit, c'est au tour des pauvres - laissés-pour-compte, paysans, esclaves - de se révolter contre un ordre social qui ne fait que reproduire les outrances de castes de celui de l'empire espagnol. Le marxisme fait sa réelle apparition tardivement au sein des mouvements insurrectionnels locaux, c'est-à-dire après 1945. Ainsi, au Mexique, Emiliano Zapata, Pancho Villa ou les Cristeros ne se donnaient pas comme « marxistes ».

Dans les années 1930, les mouvements insurrectionnels tournent de plus en plus ouvertement à la subversion révolutionnaire. Les forces armées locales essaient de contrer toute forme de solution démocratique aux problèmes sociaux par des coups d’État et des pronunciamientos suivis d'instauration de régimes dictatoriaux soutenus par des sociétés étrangères - essentiellement américaines. Ceci a pour conséquence une aggravation croissante de la situation, l'augmentation de l'agitation, et le regain du ressentiment antiaméricain.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale et au début de la guerre froide, les États-Unis - qui nourrissent d'importants et croissants intérêts stratégiques et économiques au sein de ces régions - optent pour un soutien militaire inconditionnel aux gouvernements pro-américains, dictatoriaux ou non. Ce choix politique est renforcé en par la victoire de Fidel Castro à Cuba, malgré l'appui américain massif à la junte de Batista.

Conflits entre les pays latino-américainsModifier

 
Officier de cavalerie brésilien (à gauche) et son prisonnier paraguayen (à droite) circa 1865-1868.

La plupart des conflits latino-américains des XIXe siècle et XXe siècle trouvent leurs origines profondes dans l'incertitude quant aux frontières et aux compétences des institutions coloniales espagnoles et dans l'absence d'occupation effective sur de vastes portions de territoires (problème juridique de l'« Uti possidetis juris » (litt. « comme vous possédez ») qui peut-être « de jure » ou non (litt. «  en droit ou de fait »)) de l'autorité espagnole. Dans un premier temps, les patriotes sud-américains (c'est moins vrai en ce qui concerne l'Amérique centrale), venus de différents « horizons » régionaux, s'étaient coalisés contre le colonisateur espagnol. Après son départ, ces coalitions ont éclaté pour faire place aux nationalismes régionaux, les alliés d'hier devenant parfois les adversaires du jour. On notera régulièrement l'intervention des Chemises rouges garibaldiennes, les Brigades internationales de l'époque - que l'on retrouvera aussi en France en 1871 -, dans ces conflits.

Amérique centraleModifier

Amérique du SudModifier

Conflits avec des pays extérieursModifier

 
La Légion belge au Mexique 1861-1867
 
Prisonniers de guerre argentins à l'issue de la guerre des Falklands

Amérique du NordModifier

Amérique centraleModifier

 
P-47 mexicain ( Escuadron 201 ) lors de la Guerre du Pacifique. Notez le mélange de marquages US et mexicains

Amérique du SudModifier

Les guerres brésiliennesModifier

Participation d'États latino-américains à d'autres conflitsModifier

 
P47D Thunderbolt de la Force expéditionnaire brésilienne, Italie, avril 1945

« Casques Bleus » latino-américains : les mandats de l'ONUModifier

Guerre contre les « narco-trafiquants »Modifier

 
Miguel Rodriguez Orejuela, parrain du Cartel de Cali lors de son extradition de la Colombie vers les États-Unis

Depuis les années 1980, cet état de guerre larvée oppose, à l'échelle du continent, les États nationaux (polices et forces armées), en grande partie soutenus par l'assistance technique et militaire de la communauté internationale, à la « nébuleuse » internationale mafieuse des trafiquants de drogues, en particulier de cocaïne, sud-américains. Il implique bien souvent, à leur corps défendant, les populations les plus démunies (notamment les Amérindiens) et provoque la mort de très nombreux civils.

Les Indiens dans les conflits latino-américainsModifier

 
Des Alcaldes (chefs de villages) guatémaltèques en 1891

Parties prenantes, le plus souvent à leur corps défendant, des nombreux conflits latino-américains, le sort des Amérindiens d'Amérique centrale et australe au cours et à l'issue de ceux-ci n'a à ce jour encore fait l'objet que de rares études spécifiquement consacrées au sujet - le sort des Indiens du Chiapas, en raison de la couverture médiatique de leur révolte, faisant à peu près seule exception à la règle.

BibliographieModifier

En anglaisModifier

En françaisModifier

AutresModifier

Articles connexesModifier

Histoire de l'Amérique latine
Généralités

Liens externesModifier

Il existe malheureusement peu de sites en langue française traitant de l'histoire militaire et diplomatique de l'Amérique latine.

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

NotesModifier

RéférencesModifier