Histoire des Mexicano-Américains

histoire examinant l'expérience mexicaine américaine ou mexicaine aux États-Unis

L'histoire des Mexicano-Américains, ou histoire des résidents américains d'origine mexicaine, commence après l'annexion du Nord du Mexique en 1848, lorsque près de 80 000 citoyens mexicains des actuels États de Californie, du Nevada, de l'Utah, de l'Arizona, du Colorado et du Nouveau-Mexique sont devenus citoyens américains[1],[2]. Les migrations à grande échelle ont augmenté la population mexicaine des États-Unis au cours des années 1910, les réfugiés ayant fui la dévastation économique et la violence de la révolution et de la guerre civile au Mexique[3],[4]. Jusqu'au milieu du XXe siècle, la plupart des Mexicano-Américains vivaient à quelques centaines de kilomètres de la frontière, bien que certains se soient réinstallés le long des voies ferrées du Sud-Ouest vers le Midwest[5].

Les garçons mexicains américains, Robston, Texas, 1942.

Dans la seconde moitié du XXe siècle, les Mexicano-Américains se sont répandus à travers les États-Unis, en particulier dans le Midwest et le Sud-Est[6],[7], bien que les plus grands centres de population des groupes restent en Californie et au Texas[8]. Pendant cette période, les Mexicano-Américains ont fait campagne pour le droit de vote, l'équité en matière d'éducation et d'emploi, l'égalité ethnique et l'avancement économique et social[9].

Dans les années 1960 et 1970, les organisations étudiantes chicano ont développé des idéologies du nationalisme chicano, mettant en évidence la discrimination américaine contre les Mexicano-Américains et soulignant les échecs globaux d'une société culturellement pluraliste[10]. S'appelant eux-mêmes La Raza, les militants chicano ont cherché à affirmer la spécificité raciale et le statut de classe ouvrière des Mexicano-Américains, à créer un mouvement pro-barrio et à affirmer que « le brun est beau ». Protestant à la fois contre l'assimilation ethnique et les mauvais traitement envers la classe prolétarienne, le mouvement Chicano a été la première mobilisation à grande échelle de l'activisme mexicano-américain dans l'histoire des États-Unis[11].

NotesModifier

  1. « Treaty of Guadalupe Hidalgo », University of Houston, Digital History, University of Houston (consulté le )
  2. Baca, « The little-known treaty of Guadalupe Hidalgo and 5 years of conquest . », The San Diego Union-Tribune, University of California, San Diego (consulté le )
  3. Steinhauer, « The History of Mexican Immigration to the U.S. in the Early 20th Century », Insights: Scholarly Works at the John W. Kluge Center, Library of Congress (consulté le )
  4. « The Mexican Revolution 1910-1917 », UT Liberal Arts Instruction Technology Services, University of Texas, Austin (consulté le )
  5. Jeffrey Marcos Garcilazo, Traqueros: Mexican Railroad Workers in the United States, 1870 to 1930, 2, (ISBN 978-1574416275, lire en ligne)
  6. Anderson, « Hispanics in the Midwest », Center for Family and Demographic Research, Bowling Green State University (consulté le )
  7. Kochhar, Suro et Tafoya, « The New Latino South: The Context and Consequences of Rapid Population Growth », Pew Reserch Center: Hispanic Trends, Pew Reserch Center (consulté le )
  8. Lopez, « Ranking the Latino population in the states », Pew Research Center (consulté le )
  9. « Chicano/Latino Movements History and Geography », Mapping American Social Movements, University of Washington (consulté le )
  10. Ignacio M. García, Chicanismo: The Forging of a Militant Ethos among Mexican Americans, Tuscon, 3, (ISBN 978-0816517886, lire en ligne)
  11. « Chicano Movement », Educating Change: Latina Activism and the Struggle for Educational Equality, Brown University (consulté le )