Dans la mythologie nordique, Helgi est le nom d'un héros qui apparaît dans la Völsunga saga, et dans trois poèmes eddiques ; Helgakviða Hundingsbana I et Helgakviða Hundingsbana II où il se nomme Helgi Hundingsbani (« Helgi, meurtrier de Hundingr »), et Helgakviða Hjörvarðssonar où il se nomme Helgi Hjörvarðsson.

Helgi de retour au Valhalla, peinture d'Ernest Wallcousins, vers 1912.

Dans la Völsunga saga, il est le fils de Sigmundr et de Borghildr, ainsi le demi-frère du héros Sigurd. Cette mention de Helgi dans la saga était peut être une façon par l'auteur de lier le cycle de Sigurd aux poèmes eddiques qui mettent en scène un Helgi. De plus, Helgi des trois poèmes pourrait autant être une même personne que trois héros différents.

InterprétationsModifier

Dans une étude, Franz-Rolf Schröder a montré que le récit de la naissance de Helgi en fait un Feu qui nait d'un rocher comme le dieu védique Agni qui fend un rocher et comme Heimdal hallinskíði[1].

Comme pour le héros de la mythologie irlandaise Cúchulainn (celui qui a « tué le chien » de Culan), le qualificatif de Helgi Hundingsbani « meurtrier du descendant du chien » repose sur une formule traditionnelle « tuer le chien » : avoir de la chance, réussir. C'est ce que signifie le nom de Helgi issu de *hail-aga- « chanceux, fortuné ». La fortune est lié au feu. Plusieurs autres traits de son personnage appartiennent à la mythologie du feu[2].

Ne pas le confondre avec Helgi/Halga, un des fils de Halfdan Skjöldung : ce sont des rois légendaires de Danemark de la dynastie des Skjöldungs.

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. (de) Franz-Rolf Schröder, Helgi und Heimdall?, In: Germanisch-romanische Monatsschrift Ser. NF, vol. 19 (1969) p. 454-456
  2. Jean Haudry, Le feu dans la tradition indo-européenne, Archè, Milan, 2016 (ISBN 978-8872523438), p. 428