Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir El Glaoui.
Hassan El Glaoui
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
(à 93 ans)
Rabat
Nationalité
Activité
Formation
Père
Site web

Hassan El Glaoui (arabe : حسن الكلاوي[1]) est un peintre marocain né le à Marrakech[2] et mort le à Rabat[3].

Sommaire

BiographieModifier

Hassan El Glaoui est le fils du dernier[réf. à confirmer] pacha Thami El Glaoui[4] et de Lalla Zineb, fille du grand vizir[5] El Mokri[6].

Il ne s'intéresse pas à la politique, mais à la peinture, et c'est le général Anson Goodyear (en), fondateur du Musée d'art moderne de New York (MOMA), qui, découvrant ses travaux, encourage son père à le laisser se consacrer à sa passion[6]. Il suit une formation artistique à Paris sur les conseils de Winston Churchill[7], à l'École des beaux-arts au début des années 1950 sous la direction de Jean Souverbie et d'Émilie Charmy[8].

Il passe ensuite une quinzaine d'années en France. Il y épouse une française d'origine égyptienne, Évelyne Kahil[9],[10]. En 1954, il est blessé dans un accident automobile avec son épouse à Aix-les-Bains[11]. Lors d'un séjour à Marrakech, un an après la mort de son père et peu après l'indépendance, en 1957, il est enlevé avec trois de ses frères par des inconnus (a priori des éléments incontrôlés de l'Istiqlal), et reste détenu pendant plusieurs mois près de Casablanca, à Boucheron[9],[12].

Il divorce en 1962, puis se remarie avec Christine Legendre[10]. Après quinze années passées en France, il retourne au Maroc en 1965[8], exposant pour la première fois dans son pays natal, notamment à Rabat et à Casablanca[6].

En peinture, un de ses thèmes de prédilection est le cheval et la fantasia[6].

FamilleModifier

Hassan El Glaoui est l'oncle de l'acteur Mehdi El Glaoui. Touria El Glaoui, fondatrice de la manifestation d'art contemporain 1:54 à Londres, est sa fille.

Notes et référencesModifier

  1. (ar) Abdelkebir El Minaoui, « لقاء فني في مراكش بين حسن الكلاوي وونستون تشرشل », Asharq al-Awsat, no 12888,‎ (lire en ligne).
  2. Gérard Rondeau, Figures du Maroc, Casablanca, Eddif, (ISBN 9981-09-007-7), p. 177.
  3. « Décès de l'artiste peintre Hassan El Glaoui », sur le360.ma, (consulté le 21 juin 2018)
  4. Anaïs Lefébure, « Le peintre Hassan El Glaoui évoque ses souvenirs avec Winston Churchill », Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  5. « Quand l'histoire résonne dans le présent - Partie II : La première rencontre avec le grand vizir El Mokri », L'Économiste, no 1393,‎ (lire en ligne).
  6. a b c et d Nadia Belkhayat, « El Glaoui : Hommage à 60 ans de création », L'Économiste, no 3294,‎ (lire en ligne).
  7. Valérie Sasportas, « Hassan El Glaoui : Je suis devenu peintre grâce à Churchill », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  8. a et b (en) « El Glaoui, Hassan », sur le site Bénézit.
  9. a et b « Hassan El Glaoui expose ses œuvres à Paris », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  10. a et b Abdessadeq El Glaoui, Le ralliement : le Glaoui, mon père : récit et témoignage, Rabat, Marsam Éditions, (ISBN 9981-149-79-9), p. 384.
  11. « Le fils du Glaoui est blessé dans un accident d'auto », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  12. Adnan Sebti, « Le mystérieux enlèvement des fils d’El Glaoui », Zamane, no 41,‎ (lire en ligne).

Liens externesModifier