Ouvrir le menu principal

Harald Jäger
Harald Jäger
Harald Jäger en octobre 2014 parlant de son rôle au temps du mur de Berlin

Naissance
Origine Drapeau d'Allemagne de l'Est Allemagne de l'Est
Allégeance République démocratique allemande
Grade Lieutenant-colonel
Conflits Guerre froide

Harald Jäger, né le est un ancien lieutenant-colonel de la Stasi au temps de la République démocratique allemande (RDA) et de la Guerre froide. Il fut chargé de contrôler la frontière intérieure allemande. Il est connu pour avoir désobéi aux ordres et ouvert le point de passage de la Bornholmer Strasse le 9 novembre 1989 lors de la chute du mur de Berlin.

Sommaire

BiographieModifier

Jeunesse et éducationModifier

Harald Jäger grandit à Bautzen. Il apprend à fabriquer des fours. En 1961, il est volontaire pour intégrer la police aux frontières est-allemande qui sera connue plus tard comme Nationale Volksarmee (NVA), l'armée populaire nationale est-allemande. Trois années plus tard, en 1964, il intègre la Stasi, la police politique est-allemande.

Entre 1976 et 1979, il suit des cours à l'université du Ministère de la Sécurité d'État à Potsdam[1].

Avant d'atteindre le grade de major en 1981, sa thèse traite du sujet Die Bildung der Spezialistentruppen „Sicherheit und Terrorabwehr“ in den Grenzzollämtern der Zollverwaltung der DDR als Voraussetzung zur zielgerichteten und differenzierten Einbeziehung der Angehörigen der Zollverwaltung der DDR in das System der Terrorabwehr an den Grenzübergangsstellen der DDR[2].

Il finit par atteindre le grade de lieutenant-colonel.[Quand ?]

Ouverture du mur de BerlinModifier

Quelques jours avant le 9 novembre 1989, il reçoit une note spécifiant que la force ne devait désormais plus être utilisée sur le mur. Le 9 novembre 1989, alors qu'il mange un sandwich dans la salle de pause du poste-frontière de la Bornholmer Strasse, Günter Schabowski, membre du Politburo du Comité central du Parti socialiste unifié d'Allemagne (SED), annonce à la télévision, que désormais les citoyens de RDA auraient la possibilité de se rendre à l'Ouest. Devant une foule de plus en plus présente devant le poste-frontière, il appelle ses supérieurs ainsi que d'autres collègues surveillant d'autres postes-frontière. Il est censé repousser la foule et ne faire passer seulement les gens qui sont vraiment en train de crier très fort. Après avoir réalisé que sa vie et celles de ses subalternes sont en danger, il décide de donner l'ordre d'ouvrir le passage à 23:30[3],[4],[5],[6].

Vie après le mur de BerlinModifier

Après la chute du mur de Berlin, il est chômeur. En 1997, il a assez d'économies pour ouvrir un kiosque à journaux à Berlin avec sa femme. Il publie un livre intitulé The Man Who Opened the Berlin Wall (littéralement L'homme qui a ouvert le mur de Berlin).

Notes et référencesModifier

  1. (de) « GÜSt meldet dem OLZ », Frankfurter Allgemeine Zeitung,‎ (lire en ligne)
  2. La formation des troupes spécialisées "Sécurité et Lutte contre le terrorisme" dans les bureaux de douane frontaliers de l'administration douanière de la RDA comme condition préalable pour intégrer de façon ciblée et différenciée les membres de l'administration douanière de la RDA dans le système de lutte contre le terrorisme aux points de passage frontaliers de la RDA.
  3. David Wroe, « 'It was the best and worst night' », Al Jazeera America,‎ (lire en ligne)
  4. Roger Cohen, « Haphazardly, Berlin Wall Fell a Decade Ago », New York Times,‎ (lire en ligne)
  5. Christel Kucharz, « The Man Who Opened the Berlin Wall », ABC News, Passau,‎ (lire en ligne)
  6. « The Guard Who Opened the Berlin Wall: 'I Gave my People the Order – Raise the Barrier' », Spiegel Online,‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier