Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Meddeb.
Hamdi Meddeb
Hamdi Meddeb.jpg
Hamdi Meddeb lors d'un match entre l'Espérance sportive de Tunis et Saint-Raphaël Var Handball
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (67 ans)
TunisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Hamdi Meddeb (arabe : حمدي المؤدب), de son vrai nom Mohamed Meddeb[1], né le 8 avril 1952 à Tunis, est un homme d'affaires tunisien, à la tête du groupe Délice, et une personnalité du football national.

BiographieModifier

FootballeurModifier

Il débute très tôt une carrière footballistique en suivant l'exemple de son oncle Dadi qui évolue au club de La Mouldia de Den Den, avec des joueurs de renommée comme Ahmed Sghaier « Sinibaldi », Allala Khiari ou Hammadi Souissi. Dès son plus jeune âge, il suit les entraînements de son oncle à une époque où La Mouldia de Den Den (D2) et le Stade tunisien (D1) utilisent le même terrain pour leurs entraînements et leurs matchs respectifs[1].

De ces entraînements naît une passion pour le football et un penchant pour le Stade tunisien. Malgré celui-ci, il rejoint l'Espérance sportive de Tunis en 1967 et y évolue avec les cadets puis les juniors. Il se distingue par ses tirs puissants et précis ainsi que par un bon jeu de jambes. Président de ce club à partir de la saison 2007-2008[2], il remporte avec lui la coupe de Tunisie 2007-2008 et 2011-2012, les championnats 2008-2009, 2009-2010, 2010-2011 et 2011-2012, la Ligue des champions arabes 2009, la coupe nord-africaine des vainqueurs de coupe 2009 et la Ligue des champions de la CAF 2011-2012[3]. Il se qualifie avec lui à la coupe du monde des clubs de la FIFA 2011-2012 mais termine sixième après deux défaites en quarts de finale contre Al Sadd SC (2-1) et contre le CF Monterrey (3-2). Le 26 septembre 2017, il annonce sa démission de la présidence du club[4] avant de se rétracter trois jours plus tard[5].

Homme d'affairesModifier

Par ailleurs, il arrête sa carrière de footballeur assez tôt pour se consacrer à la création, en 1978, de sa première entreprise : la Société tunisienne des industries alimentaires (STIAL), spécialisée dans le yaourt et les dérivés laitiers, qui devient peu à peu un leader de l'industrie laitière en Tunisie, avec 30 % des parts de marché[1]. Avec la fondation de la Centrale laitière du Cap-Bon et de la Société de commerce et de gestion (Socoges), il fonde le groupe Délice[1], suscitant l'intérêt de la part d'une multinationale comme Danone. Meddeb conclut un partenariat en 1998 par lequel Danone rachète 50 % de la STIAL[6] et de la Socoges[1].

Hamdi Meddeb a par ailleurs racheté des parts dans le conglomérat sud-coréen LG Group[1]. Il est aussi propriétaire d'une écurie de chevaux de course[1].

En juin 2009, Meddeb publie dans le journal Assabah un encart publicitaire d'une demi-page dans lequel il garantit son soutien au président Zine el-Abidine Ben Ali, en son nom et au nom de son club, en vue de sa candidature à l'élection présidentielle de 2009, un acte jugé choquant et moralement inacceptable par Attariq Al Jadid[7]. À l'automne, il devient actionnaire de la Banque Zitouna[8].

Un an plus tard, le 25 novembre 2010, il rachète également 25 % des actions de Tunisiana avec Mohamed Sakhr El Materi[9]. Les deux associés financent 75 % de la transaction au moyen de crédits bancaires, qui s'élèvent à 640 millions de dinars, tandis que leur société Zitouna Télécom doit prendre en charge le reste, soit 200 millions de dinars[9]. Officiellement créée le 14 décembre, la nouvelle entreprise disposant d'un capital initial de 10 000 dinars[10] compte cependant sur les banques pour régler ce solde. Les observateurs se posent donc la question de savoir qui a réglé finalement la transaction ; Radio Kalima considère ses crédits bancaires comme des créances douteuses[9].

Le 28 août 2012, Mehdi Ben Gharbia, patron du Club athlétique bizertin, et Meddeb se disputent violemment lors d'une cérémonie au palais présidentiel de Carthage, le premier parlant de favoritisme en faveur de l'Espérance sportive de Tunis et accusant le second de connivence avec le régime déchu de Ben Ali[11].

Presque épargné de tout jugement ou critique, l'ancien partenaire d'El Materi[12] traverse sans beaucoup de difficultés les agitations post-révolutionnaires[12] ; Meddeb se maintient non seulement à la tête de l'Espérance sportive de Tunis[12] mais parvient aussi à remettre la main sur certaines entreprises d'El Materi[12].

Sans propriétaire depuis l'évasion de son bâtisseur, El Materi, le groupe Princesse Holding est visé par Meddeb[13] qui dirige déjà l'une des sociétés du groupe spécialisée dans l'exploitation de jets privés, Princess Private Aviation[14] et procède à sa liquidation[15]. Il vend un avion Falcon 900 à Mohamed Frikha[16], appareil cédé par la Suisse à la suite d'une décision prise en septembre 2011 grâce aux efforts de l'administrateur judiciaire Nizar Alouini[15]. Cependant, l'avion n'est ni confisqué ni saisi par l'État tunisien[16] comme prévu[15] ; la transaction se déroule dans le silence et en l'absence d'un appel d'offres, la valeur de l'engin étant estimé à près de 8,5 millions de dollars[16].

En juillet 2012, Princess Private Aviation change d'adresse[13]. Cet évènement s'accompagne du départ de l'administrateur judiciaire Alouini et de l'arrivée du nouveau directeur général Sami Hamdi[13]. Meddeb et certains de ses proches en sont actionnaires[13].

Le 15 septembre 2014, il introduit le groupe Délice à la Bourse de Tunis, l'une des opérations les plus importantes à y avoir été réalisé[1]. Selon le site Webdo, Hamdi Meddeb est l'un des patrons tunisiens les mieux payés en 2016, avec une rémunération brute de plus de quatre millions de dinars[17].

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g et h Frida Dahmani, « Agroalimentaire : Hamdi Meddeb, du football à la Bourse », sur jeuneafrique.com, (consulté le 22 août 2017)
  2. « Hamdi Meddeb, candidat à la présidence de l'Espérance », sur turess.com, (consulté le 19 février 2019)
  3. « L'apport de Hamdi Meddeb dans le rayonnement de l'Espérance », sur turess.com, (consulté le 19 février 2019)
  4. « Hamdi Meddeb démissionne de la présidence de l'Espérance », sur kapitalis.com, (consulté le 19 février 2019)
  5. « Hamdi Meddeb décide de poursuivre sa mission à la tête de l'EST », sur businessnews.com.tn, (consulté le 19 février 2019)
  6. Laurence Tovi, « Tunisie : l'ouverture contrôlée », sur lesechos.fr, (consulté le 19 février 2019)
  7. « Non, M. Meddeb, vous n'avez pas le droit ! », sur attariq.org, (consulté le 19 février 2019)
  8. « Naissance de la Banque Zitouna, première banque en Tunisie spécialisée dans la finance islamique », sur africapresse.paris, (consulté le 19 février 2019)
  9. a b et c « Qtel avec Sakher El Materi et Hamdi Meddeb rachètent les actions d'Orascom dans Tunisiana », sur espacemanager.com, (consulté le 19 février 2019)
  10. « Tunisie - Constitution officielle de Zitouna Télécom », sur businessnews.com.tn, (consulté le 19 février 2019)
  11. « Tarak Dhiab réconcilie Hamdi Meddeb et Mehdi Ben Gharbia », sur gnet.tn, (consulté le 19 février 2019)
  12. a b c et d « Hamdi Meddeb prêt à passer le relais », sur africaintelligence.fr, (consulté le 19 février 2019)
  13. a b c et d « Meddeb, nouveau fiancé de Princesse ! », sur africaintelligence.fr, (consulté le 19 février 2019)
  14. « Focus économique : démarrage de la liquidation de la société Princess private aviation », sur tunisia-today.com (consulté le 19 février 2019)
  15. a b et c « Tunisie : l'avion de Sakher El Materi atterrira jeudi prochain à Tunis-Carthage », sur africanmanager.com, (consulté le 19 février 2019)
  16. a b et c « Le Falcon 900 de Sakhr Matri, le nouveau bijou acheté par Mohamed Frikha », sur webdo.tn, (consulté le 19 février 2019)
  17. « Les salaires des grands patrons tunisiens : Hamdi Meddeb dépasse les 4 MD », sur webdo.tn, (consulté le 19 février 2019)
  18. « Hamdi Meddeb décoré par le président de la République », sur businessnews.com.tn, (consulté le 19 février 2019)