Guillaume de Courtenay (1475-1511)

noble anglais, comte du Devon et époux de Catherine d'York

Guillaume de Courtenay
Titre Comte de Devon
(1511-1511)
Prédécesseur Édouard de Courtenay
Successeur Henri Courtenay
Allégeance Henri VII et VIII
Grade militaire Capitaine
Années de service 1497 - 1511
Conflits siège d'Exeter
Biographie
Dynastie Maison de Courtenay
Nom de naissance William (de) Courtenay
Naissance
Décès
Père Édouard de Courtenay
Mère Élisabeth de Courtenay
Conjoint Catherine d'York
Enfants Henri de Courtenay

Guillaume de Courtenay[1] (1475 - ) fut le premier comte de Devon lors de la quatrième création du titre en 1511, par Henri VIII.

BiographieModifier

Guillaume de Courtenay appartenait à branche anglaise de la maison de Courtenay, descendant de Pierre Ier de Courtenay, fils du roi Louis VI de France et d'Élisabeth de Courtenay, dont l'un des fils, Robert Ier de Courtenay-Champignelles vint s'établir en Angleterre. L'un de ses descendants, Hugues de Courtenay, épouse une petite-fille du roi Édouard Ier et est créé comte de Devon en 1355. Guillaume était le fils unique d'Édouard de Courtenay du mariage avec sa cousine, Élisabeth de Courtenay.

Henri VII Tudor fit de lui un Knight Bachelor le , au couronnement de la reine Élisabeth d'York, fille du défunt Édouard IV. Il a servi en tant que capitaine dans l'armée, aidant son père au siège d'Exeter à combattre Perkin Warbeck, qui prétendait être l'un des princes de la Tour (en l'occurrence Richard de Shrewsbury) en 1497. Guillaume, cependant, a perdu les faveurs du roi Henri quand ce dernier le soupçonna d'avoir rejoint le complot qui prévoyait de couronner à sa place Edmond de la Pole, le dernier prétendant yorkiste resté libre, petit-fils de Richard d'York, et cousin de l'épouse d'Henri VII.

En , Courtenay fut arrêté et privé du droit d'hériter des possessions et des titres patrimoniaux ; à partir de ce moment, il fut emprisonné dans la tour de Londres. Guillaume fut pardonné quand, en 1509, Henri VIII monta sur le trône : il y portait l'épée du monarque. S'il vécut assez longtemps pour retrouver ses privilèges reste débattu[N 1]. Certaines sources soutiennent cependant qu'il a retrouvé son titre de comte le , après avoir jouté dans un tournoi avec le roi et ses cousins Thomas Knyvett et le comte de Kent.

Il meurt de pleurésie le et est enterré dans le quartier de Blackfriars, à Londres

DescendanceModifier

Guillaume et Catherine ont eu trois enfants[2] :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le Debrett's Peerage de 1968, il n'a pas vécu assez longtemps pour retrouver son titre, mais son fils Henri fut tout de même comte de Devon.

RéférencesModifier

  1. a et b E.-G. Rey, Collection de documents inédits sur l'histoire de France, vol. 1, , chap. 3.
  2. a b et c (en) Vivian, Lt. Col. J.L., The Visitations of the County of Devon: Comprising the Heralds' Visitations of 1531, 1564 & 1620, Exeter, , p. 245.