Grete Mostny

anthropologue et archéologue autrichienne et chilienne

Grete Mostny (née le à Linz – morte le à Santiago) est une archéologue et anthropologue autrichienne et chilienne.

Née en Autriche, elle quitte son pays en raison de la montée du Nazisme en Europe. Elle termine ses études en Belgique avant de partir au Chili. À la fin de la guerre, elle est invitée à revenir dans son pays natal, mais préfère être naturalisée Chilienne.

Au cours de sa carrière, elle dirige de nombreuses recherches archéologiques, et est directrice du Musée national d'histoire naturelle de Santiago.

BiographieModifier

Grete Mostny est née à Linz en 1914. Elle s'inscrit à l'Université de Vienne, mais elle quitte l'Autriche en 1937 en raison de la montée du nazisme en Europe, étant d'origine juive. Elle a déjà terminé son étude doctorale sur les vêtements de l'ancienne Égypte, de même qu'une partie de ses examens, mais a complété son doctorat à Bruxelles, en 1939. Elle avait déjà participé à des fouilles archéologiques à Louxor et au Caire, en Égypte. Elle part avec  sa mère et son frère, Kurt, pour le Chili. De nombreux réfugiés allemands sont déjà présents au Chili lors de leur arrivée, ce qui est une source d'antisémitisme[1].

À la fin de la guerre, l'Autriche lui propose de revenir dans son pays natal, mais elle préfère être naturalisée Chilienne en 1946.

Elle dirige un nombre important de recherches archéologiques en Amérique du Sud. En 1954, elle est impliquée dans la récupération, avec le Musée national d'histoire naturelle de Santiago, de la momie Plomo, restes d'un enfant sacrifié en haut d'une montagne par les Incas, dont l'état de conservation est très bon.

Mostny prend la relève de Humberto Fuenzalida Villegas (es) et dirige le Musée national d'histoire naturelle de Santiago de 1964 à 1982[2].

Elle meurt d'un cancer à Santiago en 1991.

HommageModifier

L'Université de Vienne a produit une biographie de Grete Mostny. Cette même structure universitaire remet depuis 2013 un prix pour une thèse en sciences historiques et culturelles en l'honneur de l'archéologue[3]. La thèse de l'archéologue est stockée dans une mine de sel du village de Hallstatt, en Autriche[4].

RéférencesModifier

  1. (de) Frank, Ben G., A Travel Guide to the Jewish Caribbean and Latin America, Pelican Publishing, , 407– p. (ISBN 978-1-4556-1330-4, lire en ligne)
  2. Grete Mostny, Memorial for the victims of National Socialism, University of Vienna, Retrieved 9 November 2015
  3. « Grete-Mostny-Dissertationspreis for Barbara Hausmair »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le ), 2014, uni-konstanz.de, Retrieved 9 November 2015
  4. Grete-Mostny-Dissertationspreis, University of Vienna, Retrieved 9 November 2015

Liens externesModifier