Ouvrir le menu principal

Graziella

roman d'Alphonse de Lamartine
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Graziella (homonymie).
Graziella
Graziella cover (1905).jpg
Langue
Auteur
Genre
Date de parution
Pays

Graziella est un roman d'Alphonse de Lamartine.

Sommaire

Présentation généraleModifier

D'abord intégré à l'ouvrage autobiographique Les Confidences (Livres VII à X) en 1849, ce roman fut publié seul en 1852 et fut dès lors le livre le plus lu de son auteur. Lamartine y évoque l'Italie et surtout la région napolitaine, où il séjourna à deux reprises, d'abord durant sa jeunesse, en 1811 et 1812, ensuite en 1844, en compagnie de sa femme et de ses nièces.

Reprenant certains thèmes chers au romantisme (l'ennui, le vague des passions, la fougue et les idéaux de jeunesse, le voyage, l'harmonie de l'homme et de la nature), il y romance son premier séjour, et dessine le portrait charmant d'une adolescente amoureuse, d'une "Ève naïve"[1], meurtrie par l'abandon. Ce roman vaut surtout pour la description de la jeunesse romantique et pour la poésie pittoresque de ses descriptions, notamment celles de l'île de Procida, de la Naples populaire (l'astrico) et du Vésuve. L'"Épisode" de la tempête en mer reprend enfin habilement un véritable topos épique. Lamartine y exprime également son amour de la littérature romantique (il mentionne Corinne de Madame de Staël, Les Années d’apprentissage de Wilhelm Meister ou Les Souffrances du jeune Werther de Goethe, Les Dernières Lettres de Jacopo Ortis d'Ugo Foscolo) et avoue son admiration pour le Paul et Virginie de Bernadin de Saint-Pierre, roman qui se trouve au centre du récit.

PoésieModifier

Le voyage en Italie et la jeune femme rebaptisée "Graziella" dans le roman, inspirèrent à Lamartine plusieurs poèmes, dont "Le Premier Regret", placé à la fin de l'ouvrage, "Le Golfe de Baya, près de Naples" écrit en 1813 et intégré aux Méditations poétiques, "Ischia" écrit en 1822 et intégré aux Nouvelles Méditations poétiques, "Le Lis du Golfe de Santa Restitua, dans l'île d'Ischia" (1842), "Salut à lile d'Ischia" (1842), "Adieu à Graziella", "La Fille du pêcheur, Graziella."

Autres versionsModifier

Si ce roman raconte les amours adolescentes de Lamartine, il n'évoque pas totalement la vérité. L'auteur s'en est expliqué dans ses Mémoires inédits, qui présentent une deuxième version du récit et relatent, selon l'auteur lui-même, le véritable "commencement de Graziella[2]."

SourcesModifier

  • Alphonse de Lamartine, Graziella, Paris, Hachette, 1862 disponible sur Gallica.
  • A. de Lamartine, Graziella, Paris, édition de Jean-Michel Gardair, Folio Classique, Gallimard, 1979.
  • A. de Lamartine, Confidences, Paris, Hachette, 1866.
  • A. de Lamartine, Œuvres poétiques, Paris, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1963.

NotesModifier

  1. Lamartine, Graziella, chap. 4e.
  2. Lamartine, Mémoires inédits, dans l'édition Hachette de 1909, Livre quatrième, chap. III, p. 149.