Ouvrir le menu principal

Le Gold Exchange Standard, étalon de change-or en français, est une organisation du système international des changes qui limite la conversion en or des monnaies pour la compensation des soldes de balances de paiement. Il tente d'instaurer un nouveau système monétaire international à la suite de l'arrêt en 1914 du Gold Standard ou étalon-or, avec lequel il ne faut pas le confondre.

Il s'oppose au gold standard, où toutes les monnaies sont convertibles en or et au système des changes flottants où le prix des devises se détermine au jour le jour sur le marché des changes (le système qui prévaut de facto depuis 1971 et de jure depuis la conférence de Kingston et les accords de la Jamaïque de 1976).

Sommaire

Le Gold Exchange Standard de 1922Modifier

En 1914, le Gold Standard devient désuet en tant que les plus grandes puissances économiques et monétaires ( à l'exception des Etats-Unis ) ne peuvent plus supporter les Golden Fitters ( les règles qui assurent le bon fonctionnement de ce système économique ). En effet les belligérants majeurs doivent recourir à une forte augmentation de leur masse monétaire afin de supporter l'effort de guerre sans pour autant augmenter de manière proportionnelle leur stock d'or. Le système monétaire mondial en place depuis la fin du XIXème siècle s'écroule donc. À la fin de la guerre, les pays n'ont qu'une obsession: rétablir un système monétaire stable qui garantisse la bonne santé économique des Etats. Notons que nous somme avant l'invention des outils de mesure économique tel que le produit intérieur brut (PIB) qui ne sera inventé que 12 ans plus tard par Kuznets et que les pouvoirs publics ne gèrent alors que la stabilité monétaire du pays en vertu des dogmes néo-classiques. Néanmoins, les Etats ne peuvent pas revenir au système monétaire d'avant-guerre car les coûts générés par les conflits ont inversés les flux économiques et marchands dans le monde. En effet, avant la guerre, les pays du vieux continent possédaient une balance commerciale positive qui leur permettait de générer un stock d'or constant; tandis que les pays tels que les Etats-Unis ou le Japon possédaient une balance commerciale structurellement négative du fait de leur dépendance économique et marchande avec le Royaume-Uni particulièrement. Durant la guerre cependant, les belligérants majeurs ont besoins de matières premières (surtout la Triple Entente) et de capitaux afin de pouvoir continuer à produire en tant que "cette guerre est une guerre industrielle, la production est tout dans ce combat, combat qui ne sera pas gagner sur les champs de bataille mais dans les usines de France et de Grande Bretagne" Lloyd Georges. Les Etats européens s'endettent donc massivement, leur stock d'or diminue donc et la valeur des monnaies européennes aussi afin de faire tourner les usines à plein régime. Ainsi, à la fin de la Grande Guerre, les Etats-Unis possèdent 50% du stock d'or mondial.

Les Etats de l'Alliance, qui contrôlent grâce au musellement de l'Allemagne l'économie mondiale décident donc d'un nouveau système monétaire mondial qui ne reposerait pas uniquement sur le rapport entre le stock d'or et la masse monétaire à l'échelle nationale en tant que cela serait trop désavantageux pour la France et la Couronne. Notons que malgré la croissance fulgurante qu'ont connu les États-Unis durant la Grande Guerre celui-ci ne possède pas encore la puissance et la volonté de jouer un rôle véritablement déterminant sur le plan diplomatique comme le montre l’isolationnisme dont elle fait preuve à partir de 1922 et l'échec cuisant de Wilson et de ses 12 points ( démagogues ) lors du Traité de Versailles. Les Etats vainqueurs s'entendent donc sur la mise en place d'un nouveau système monétaire mondial: Le Gold Exchange Standard.

Le Gold Exchange Standard repose sur la création de 2 types de monnaies. Les monnaies de premier rang ( seulement le dollar au départ ) ont une parité fixée sur l'or afin de garantir la valeur de la monnaie ( les agents économiques contemporains nécessitant une contrepartie à la monnaie possédant une soit-disant valeur intrinsèque réelle ). Les monnaies de seconds rangs dont la parité est fixée par rapport aux monnaies de seconds rangs. De ce fait, la valeur des monnaies de seconds rangs est garantie par la stabilité et la pérennité présupposée des monnaies de premier rang. De plus les pays peuvent plus facilement faire varier la valeur de leur monnaie et les politiques monétaires sont facilitées par une plus grande mobilité des capitaux ( la monnaie circule plus vite l'or car les pays possédant une monnaie de premier rang sont plus enclins à prêter de la monnaie que de l'or ).

La mise en place du Gold Exchange Standard se décide lors des Accords de Gênes de Mai 1922. Tous les pays à économie de marché y participent à l'exception des Etats-Unis qui retourne à son isolationnisme et qui affiche sa volonté de ne pas prendre part à ce nouvel ordre monétaire mondial. A l'époque seul le Royaume-Uni apparaît comme un pays suffisamment puissant pour devenir une banque centrale de premier rang. La Couronne va donc faire la politique de déflation la plus violente de l'histoire ce qui va lui permettre de retrouver héroïquement sa parité or d'avant guerre en à peine 2 ans. (Le pays contracte sa masse monétaire afin que le rapport de proportionnalité entre le stock d'or et la masse monétaire soit le même qu'en 1913 car son stock d'or à considérablement diminué). En Mai 1924, la Livre Sterling devient donc une monnaie de premier rang. Le pays a néanmoins fait nombre de sacrifices pour arriver à ce résultat et cela handicapera considérablement le pays dans l'entre-deux guerre tant et si bien qu'en 1929, le Royaume-Uni est le seul pays à ne pas avoir retrouver son PIB d'avant-guerre (selon des estimations faites à posteriori).

Le Franc deviendra plus tard également une monnaie de premier rang mais le système est fragilisé par l'isolationnisme en vigueur, l'instabilité du système monétaire et économique anglais (et donc de tous les pays utilisant la livre comme monnaie de premier rang). Ce que révélera la Grande Dépression de 1929.

Le 21 septembre 1931, le gouvernement britannique décide d'abandonner la convertibilité de la livre en or, ce qui permet de dévaluer la livre (baisser sa valeur). La spéculation sur la livre n'est plus possible donc les spéculateurs spéculent sur le dollar, qui lui est convertible en or.

En 1933, Roosevelt décide à son tour de suspendre la convertibilité du dollar en or pour le dévaluer (il le dévalue à nouveau en 1934).

Le système monétaire international, institué à Gênes en 1922, le Gold Exchange Standard, ne peut plus fonctionner.

Création de zones monétaires dans les années 1930Modifier

Il faut préciser que la création de zones monétaires intervient à la suite de la crise de 1929 dont les conséquences ont été une baisse de la production, du taux de croissance et surtout des mesures protectionnistes ayant contribué par exemple du bloc sterling.

Chaque pays essaie de développer ses exportations en dévaluant sa monnaie. Cela crée les zones monétaires, annonce la fin du Gold Exchange Standard qui s'inscrit alors dans le repli sur soi.

Zone Livre Sterling ou Bloc SterlingModifier

Il y a alors création de zones monétaires. La zone Livre Sterling ou Bloc-Sterling est créée en 1931 au moment où le Royaume-Uni décide de mettre fin à la convertibilité de la livre en or, pour dévaluer la livre de 30 %.

Le Brésil, les pays scandinaves, le Portugal, l'Égypte ainsi que tous les pays du Commonwealth excepté le Canada en font partie. Il s'agit de pays qui entretenaient des relations commerciales avec la Grande-Bretagne et qui avaient alors avantage à rattacher leur monnaie à la livre sterling plutôt que de maintenir la parité à l'égard de l'or.

Ce bloc s'opposait à celui du Bloc-or.

Zone DollarModifier

La zone Dollar est créée en 1933 quand la convertibilité du dollar en or est suspendue et que le dollar est dévalué. Le dollar est à nouveau dévalué en 1934 de 40 %. Une équivalence en or est fixée mais il reste inconvertible. 1 once d'or = 35 $. Les Philippines et les pays d'Amérique sans le Brésil en font partie.

Zone Bloc OrModifier

En 1933 est créé le bloc or autour du franc. La monnaie de ces pays reste convertible en or jusqu'en 1936 lorsque le franc est dévalué (Belgique, France ainsi que toutes ses colonies, Italie, Pays-Bas, Pologne et Suisse).

Les pays du Bloc-or connurent tout d'abord une intensification de la déflation, en raison de la pression à la baisse qu'exerçait sur les prix-or la dépréciation des monnaies du Bloc-sterling.

Lorsque les seuils socialement insupportables de la déflation furent atteints, les pays-or se détachèrent successivement du Bloc-or, soit en dévaluant leur monnaie, comme la Belgique en 1935, soit en la laissant flotter avant de choisir une nouvelle parité, comme aux États-Unis en 1933-34. En France, le gouvernement du Front populaire choisit la dévaluation du franc Poincaré en 1936, conséquence logique des politiques de déflation menées par Laval. Le flottement du franc fut d'abord permis à l'intérieur d'un large intervalle, après quoi il fut finalement rattaché à livre sterling, en 1937 après la dévaluation du gouvernement Chautemps. Sous le gouvernement Daladier, le franc est dévalué une troisième fois.

Gold Exchange Standard de 1944Modifier

Le Gold Exchange Standard mis en place dans le cadre des accords de Bretton Woods après que la guerre de quarante réduisit la convertibilité au seul dollar américain.

Dans un tel système, les États « défendent » leur parité, aidés éventuellement par des prêts mutualisés (c'était le rôle du FMI) ; cependant, avec l'accord général, des ajustements restent possibles, si les dévaluations restent raisonnables.

Voir aussiModifier