Gladys Ngetich

ingénieure aéronautique kényane
Gladys Chepkirui Ngetich
Description de l'image Gladys Ngetich at Rare Rising Award Ceremony2 (cropped).jpg.
Naissance
Amalo Village, comté de Nakuru (Kenya)
Domicile Oxford, Royaume-Uni
Nationalité Drapeau du Kenya Kényane
Domaines Ingénierie et technologie spatiale
Institutions Université d'Oxford
Diplôme Baccalauréat universitaire en sciences en génie mécanique
PhD en ingénierie et technologie spatiale (en cours)
Formation Université d'agriculture et de technologie Jomo Kenyatta
Université d'Oxford
Distinctions Bourse Tanenbaum et prix d'excellence Babaroa
Site Gladys Chepkirui Ngetich

Gladys Chepkirui Ngetich (née vers 1991) est une ingénieure kényane, titulaire d'une bourse Rhodes[1] poursuivant un doctorat en ingénierie et technologie spatiale à l'université d'Oxford au Royaume-Uni[2],[3]. Elle est récipiendaire de la bourse Tanenbaum et du prix d'excellence Babaroa[4],[5].

Milieu et éducationModifier

Gladys Chepkirui Ngetich est née à Amalo Village, dans le comté de Nakuru vers 1991. Elle fréquente l'école primaire Lelaibei à Olenguruone. Elle étudie à l'école secondaire des Filles de la Miséricorde à Kericho[2]. Elle est admise à l'université d'agriculture et de technologie Jomo Kenyatta et obtient un baccalauréat universitaire en sciences en génie mécanique en 2013[2].

En 2015, elle rejoint l'université d'Oxford grâce à une bourse Rhodes afin de poursuivre un doctorat en ingénierie et technologie spatiale. En 2016, elle reçoit une bourse Tanenbaum, une bourse annuelle attribuée à des universitaires de Rhodes, pour un programme multidisciplinaire en Israël. En 2018, elle est nommée boursière du Skoll World Forum pour son travail au Kenya visant à autonomiser les filles et les femmes[2].

Gladys Chepkirui Ngetich est assistante pour les étudiants en ingénierie à l'Oriel College à Oxford[2],[6].

RéalisationsModifier

En 2018, elle est créditée d'un brevet en collaboration avec Rolls-Royce[2]. Ses travaux de recherche ont été publiés dans BBC Science et Oxford Science Blog and Medium[2]. En 2018, elle reçoit le prix ASME IGTI Young Engineer Turbo Expo Participation pour sa contribution à la conférence annuelle de l'American Society of Mechanical Engineers (ASME)[2].

Gladys est la cofondatrice de l'ILUU, une association à but non lucratif basée à Nairobi qui a pour objectif d'habiliter, d'inspirer et de guider les filles et les femmes[2],[7].

En , le quotidien kényan de langue anglaise Business Daily Africa, nomme Gladys Chepkirui Ngetich parmi le Top 40 des femmes de moins de 40 ans au Kenya[8]. En 2019, elle commence à étudier les sciences spatiales durables grâce à une bourse Schmidt Science[9].

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. « Rhodes Scholars », sur Rhodes Scholarship, Rhodes Trust (consulté le 29 juillet 2018)
  2. a b c d e f g h et i Stella Cherono, « Student rejected for 298 KCPE marks shines in the UK », Nairobi, (consulté le 26 juillet 2018)
  3. (en) « Kenyan Girl With 298 KCPE Marks Shines In UK », Kenyans.co.ke,‎ (lire en ligne, consulté le 2 août 2018)
  4. (en-GB) Helen Briggs, « Why are there so few female engineers? », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 2 août 2018)
  5. (en-US) Andreas Kamasah, « ‘Lazy’ student rejected by African schools wins UK’s top 10 best students award » (consulté le 2 août 2018)
  6. Oriel College, « Oriel's People: Miss Gladys Chepkirui Ngetich BSc », Oxford, Oriel College, (consulté le 26 juillet 2014)
  7. Skoll, « Gladys Ngetich: Student, Skoll Centre For Social Entrepreneurship », Skoll Foundation, (consulté le 26 juillet 2018)
  8. Business Daily Staff, « Top 40 Under 40 Women In Kenya, 2018 » [PDF], Nairobi, (consulté le 16 octobre 2018)
  9. (en-GB) Helen Briggs, « Five women shaking up the science world », (consulté le 21 juillet 2019)

Liens externesModifier