Ginès de Passamont

Ginès de Passamont
Personnage de fiction apparaissant dans
Don Quichotte.

Ginès de Passamont en tant que maître Pierre, le marionnettiste dans le deuxième tome du Quichotte.
Ginès de Passamont en tant que maître Pierre, le marionnettiste dans le deuxième tome du Quichotte.

Nom original Ginés de Pasamonte
Alias Maese Pedro (maître Pierre)

Pièces El retablo de Maese Pedro
Première apparition Don Quichotte, première partie, chapitre XXII
Dernière apparition Don Quichotte, deuxième partie, chapitre XXVII

Ginès de Passamont, en espagnol Ginés de Pasamonte, est un personnage de fiction du Don Quichotte de Miguel de Cervantes. Il apparaît sous le nom de maître Pierre (Maese Pedro) dans le deuxième tome du roman.

ApparitionsModifier

Le personnage apparaît dans le chapitre XXII du premier tome du Quichotte. Passamont fait partie d'un groupe de condamnés aux galères que Don Quichotte libère de leurs chaînes. Après cette évasion, Passamont s'enfuit en volant l'âne de Sancho Panza[1].

Dans le deuxième tome, Ginès de Passamont apparaît à nouveau sous le nom de maître Pierre, marionnettiste et dresseur de singe[2].

Le passage du second tome a inspiré à Manuel de Falla sa pièce El retablo de Maese Pedro (Les Tréteaux de maître Pierre).

InspirationModifier

Selon le philologue et médiéviste Martí de Riquer, Ginés de Pasamonte est inspiré du militaire espagnol Jerónimo de Pasamonte (es), qui a comme le personnage de fiction été condamné aux galères et écrit son autobiographie. D'après Riquer, c'est Jerónimo de Pasamonte qui a écrit le Quichotte apocryphe sous le pseudonyme de Alonso Fernández de Avellaneda pour se venger d'avoir été tourné en ridicule par Cervantes dans le premier tome[3],[4].

Notes et référencesModifier

  1. (es) Alfonso Martín Jiménez, « CERVANTES Y PASAMONTE: LA IMITACIÓN CERVANTINA », sur Universidad de Murcia (consulté le )
  2. (es) Stelio Cro, « La espiral barroca en el "Quijote" : de Ginés de Pasamonte a Maese Pedro », (consulté le )
  3. (es) Edward C. Riley, « ¿Cómo era Pasamonte? » (consulté le )
  4. (es) Martí de Riquer, « Cervantes, Passamonte y Avellaneda. » (consulté le )