Ghjuventù Paolina

Ghjuventù Paolina est un syndicat étudiant nationaliste corse.

HistoriqueModifier

Il est le syndicat historique de l'Université de Corse. Fondé en 1992[1] par des étudiants issus de la Cunsulta di i Studienti Corsi qui, à la suite d'un désaccord décident de monter une nouvelle structure syndicale[2].

Sa création résulte d'une ingérence du mouvement nationaliste dans les choix universitaires[Laquelle ?] et, en particulier, dans le cadre de l'élection du président de l'université, Antoine-François Bernardini[Quand ?].

L'engagement de Ghjuventù Paolina sur les campus Cortenais a pour but de développer l’Université de Corse. Ghjuventù Paolina est à l'origine de nombreux projets comme notamment la nouvelle Bibliothèque Universitaire; le WIFI dans les chambres étudiantes et au sein de la faculté; la carte de train à 20€ l'année pour les étudiants, etc[réf. nécessaire].

Ghjuventù Paolina se réclame de la mouvance nationaliste corse, plus particulièrement de la lutte de libération nationale.

Depuis 2013 environ, le syndicat étudiant est devenu un groupe de jeunes nationalistes indépendantistes, les étudiants n'étant même plus majoritaires dans ses rangs[3].

Actions militantesModifier

Le syndicat a bloqué l'université de Corse pour protester contre la présence de Marylise Lebranchu sur l'île.

Des membres du syndicat sont aussi entrés, en 2016, dans les préfectures de Haute-Corse et de Corse-du-sud, où ils ont été reçus par le préfet. Ils souhaitaient le rapprochement des prisonniers politiques corses[4].

En 2014, des étudiants du syndicat ont manifesté contre l'abrogation des arrêtés Miot, une série de dispositions administratives datant du Consulat et portant notamment sur la reconnaissance de la langue corse[5].

Notes et référencesModifier

  1. Nicole Mari, « A Ghjuventu Paolina : « C’est une vraie fierté de défendre les intérêts des étudiants depuis 25 ans » », sur Corse Net Infos - Pure player corse (consulté le )
  2. « La candidature assumée et tranchée de la Ghjuventù Paolina », sur Corse Matin, (consulté le )
  3. Elise Bretaud, « La jeunesse nationaliste corse se radicalise », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  4. « Actions simultanées de la Ghjuventù Indipendentista dans les préfectures de Corse », sur France 3 Corse ViaStella (consulté le )
  5. Romain David, « En Corse, une vingtaine de gendarmes et CRS blessés après une manifestation », sur Le Figaro.fr, (consulté le )

Voir aussiModifier

Lien externeModifier