Ouvrir le menu principal

Gemini 8
Insigne de la mission Gemini 8.
Insigne de la mission Gemini 8.
Données de la mission
Vaisseau Titan II-GLV
Équipage 2 hommes
Date de lancement
16:41:02 TU
Site de lancement Centre spatial Kennedy, Floride
LC-19
Date d'atterrissage
03:22:28 TU
Site d'atterrissage Mer des Philippines
25° 14′ N, 136° 00′ E
Durée 10 h 41 min 26 s
Paramètres orbitaux
Nombre d'orbites 6,75
Apogée 271,9 km
Périgée 159,9 km
Période orbitale 88,83 min
Inclinaison 28,91°
Photo de l'équipage
David Scott, Neil Armstrong
David Scott, Neil Armstrong
Navigation

Gemini 8 (officiellement Gemini VIII) est la sixième mission habitée du programme Gemini et la douzième mission spatiale habitée américaine. Au cours de ce vol, et pour la première fois, les Américains réalisèrent une jonction en orbite entre deux engins.

Depuis 2010, la capsule est exposée au Neil Armstrong Air and Space Museum, Wapakoneta, Ohio, États-Unis.

ÉquipagesModifier

Équipage de réserve

Déroulement du volModifier

 
L'arrimage avec Agena 8.

Le lancement débuta sans problème : Armstrong réussissant les manœuvres d'approche et d'amarrage avec la fusée-cible Agena. Mais, peu de temps après, les deux hommes remarquèrent un comportement étrange de l'ensemble Gemini-Agena : une rotation sur l'axe de roulis.

Après avoir stoppé cette rotation, les astronautes remarquèrent qu'elle reprenait de plus belle. Armstrong décida alors de se séparer de l'Agena. Mais la rotation devint de plus en plus rapide et Scott remarqua une baisse anormale du niveau de carburant. Armstrong en déduisit rapidement qu'un propulseur d'attitude du Gemini devait être bloqué à la pleine puissance. La rotation était telle que les deux pilotes approchèrent la limite de la perte de connaissance. Finalement, Armstrong s'aida des moteurs de rentrée pour stopper la rotation, ce qui précipita le retour sur Terre.

La mission avait avorté mais le sang-froid avec lequel Armstrong s'est sorti de la situation (considérée comme la plus grave jusqu'au vol Apollo 13 en 1970, l'explosion des navettes Challenger en 1986, et Columbia en 2003) avait permis de sauver l'équipage et la capsule. Bien que déprimé et irrité que le vol ait été écourté, ceci contribua néanmoins probablement à son surnom de Mister Cool, comme le surnommaient ses collègues, étant « réputé pour son humour décalé mais surtout son sang-froid, son calme [et] sa capacité à prendre la bonne décision »[1]

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. a et b Le nombre entre parenthèses désigne le nombre de missions spatiales antérieures, celle décrite ici incluse.

RéférencesModifier

  1. Jean-Michel Comte, « Lune - Armstrong, Aldrin, Collins : l’étoffe des héros », sur francesoir.fr, France-Soir, (consulté le 21 juillet 2009).

BibliographieModifier

  • (en) Barton C. Hacker etJames M. Grimwood, On the Shoulders of Titans: A History of Project Gemini, (lire en ligne)
    Histoire du programme Gemini (document NASA n° Special Publication-4203)
  • (en) Ben Evans, Escaping the bonds of earth : the fifties and the sixties, Springer, (ISBN 978-0-387-79093-0)
    Les premières missions habitées jusqu'au programme Gemini inclus

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier