Gangubai Hangal

chanteuse indienne

Gangubai Hangal ( -) est une chanteuse indienne du genre khyal de musique classique hindoustane, connue pour sa voix grave et puissante[1]. Hangal appartenait à la Kirana gharana[2].

Gangubai Hangal
Gangubai Hangal.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Hangal (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 96 ans)
Hubli-Dharwad (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Autres informations
Maître
Sawai Gandharva (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Genre artistique
Distinctions
Liste détaillée
Sangeet Natak Akademi Award (en)
Padma Vibhushan
Padma Bhushan
Fellow of the Sangeet Natak Akademi (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Famille et jeunesseModifier

Gangubai Hangal est née à Dharwad ; elle est la fille de Chikkurao Nadiger, un agriculteur[3] et d’Ambabai, une chanteuse de musique carnatique[4]. Hangal ne reçut qu'une éducation élémentaires avant que sa famille s'installe à Hubli en 1928 afin que Gangubai puisse étudier la musique hindoustane[3],[5],[6]. Elle a commencé à s'entraîner officiellement à l'âge de 13 ans avec Krishnacharya Hulgur, un joueur de kinnari (instrument à cordes ressemblant à une veena), avec qui elle étudie aussi la musique classique hindoustane[7]. De Hulgur, Gangubai a appris soixante compositions en un an avant qu'il arrête d’être son professeur après une dispute sur ses honoraires. Elle a également suivi l'enseignement de Dattopant Desai avant d’étudier avec Sawai Gandharva, un gourou respecté[1],[8]. Hangal ne pouvait étudier que sporadiquement sous Gandharva lorsqu'il rentrait chez lui, mais elle a suivi une formation intensive de trois ans après le déménagement définitif de celui-ci à Hubli[7].

Carrière musicaleModifier

Fichier audio
Raga Durga
Enregistrement de 1935 de Raga Durga, sur un gramophone 78 tours avant que Hangal ne devienne l’élève de Sawai Gandharva, quelques années avant qu'une opération à la gorge ne change complètement sa voix.
Des difficultés à utiliser ces médias ?

La famille de la mère de Hangal était considérée comme ayant un statut social bas et, pour les femmes de sa génération, chanter n'était pas considéré comme un travail approprié ; Hangal a lutté contre ce préjugé et a fait carrière[1]. Elle se produit dans toute l'Inde et sur les antennes de All India Radio jusqu'en 1945[7]. Hangal a d'abord été interprète de genres classiques légers, comme le bhajan et le thumri, mais elle s'est par la suite concentrée sur le khyal[7]. Plus tard, cependant, elle refusa de chanter du classique léger en disant qu'elle ne chantait que des ragas[9]. Hangal a été professeure honoraire de musique à l'université de Karnataka[10]. Elle a donné son dernier concert en mars 2006 pour marquer son 75e anniversaire de carrière[10]. Elle a vaincu un cancer de la moelle osseuse en 2003 et mourut d'un arrêt cardiaque à l'âge de 96 ans, le 21 juillet 2009 à Hubli, où elle résidait[10]. Elle a fait don de ses yeux pour accroître la sensibilisation au don d'organes[10].

Vie privéeModifier

Hangal s'est mariée à l'âge de 16 ans avec Gururao Kaulgi, un avocat brahmane[11]. Ils ont deux fils, Narayan Rao et Babu Rao[12], et une fille, Krishna, décédée d'un cancer en 2004, à l'âge de 75 ans[13].

Récompenses et honneursModifier

 
Hangal sur une feuille de timbres de l'Inde (2014).

Gangubai Hangal a reçu de nombreuses récompenses, notamment :

Le gouvernement de l'État du Karnataka a déclaré deux jours de deuil public après son décès[17]. Elle a reçu des funérailles d’État le 22 juillet à Hubli[10].

En 2008, le gouvernement de l'État de Karnataka a décidé de nommer la future université de la musique de l'État du Karnataka, Mysore, en l'honneur de Gangubhai Hangal[18].

BibliographieModifier

  • Nanna Badukina Haadu (The Song of My Life), as told to Mr. N.K.Kulkarni, traduit en anglais par G. N. Hangal, publié par Sahitya Prakashan, Hubli.

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c Associated Press, « Veteran Indian singer Gangubai Hangal dies », Google News,‎ (lire en ligne, consulté le 21 juillet 2009)
  2. « Grand legend », The Hindu,‎ (lire en ligne, consulté le 16 mai 2009)
  3. a b et c (en) « Classic revisited », sur Indian Express, (consulté le 1er mars 2019)
  4. « A life in three octaves », sur Hindu, (consulté le 1er mars 2019)
  5. (kn) Gangubai Hangal, Nanna Badukina Haadu, Hubli, Sahitya Prakashana,
  6. Gangubai Hangal, Song of my Life, Hubli, Sahitya Prakashana,
  7. a b c et d (en) Sadie, Stanley, The New Grove dictionary of music and musicians, Londres, Macmillan Publishers, , 2e éd., « Hangal, Gangubai », p. 820
  8. (en) « When north meets south », sur Hinduonnet (consulté le 1er mars 2019)
  9. « जैक्सन के चिकित्सक पर गैरइरादतन हत्या का आ&#2 »
  10. a b c d et e (en) « Gangubai's concert of life ends », The Hindu, (consulté le 1er mars 2019)
  11. « Gangubai's journey to become doyen of Hindustani music », Press Trust of India,‎ (lire en ligne, consulté le 21 juillet 2009)
  12. « Hindustani music exponent Gangubai Hangal passes away », The Times of India,‎ (lire en ligne, consulté le 21 juillet 2009)
  13. « Krishna Hangal dead », The Hindu,‎ (lire en ligne, consulté le 21 juillet 2009)
  14. a et b « Padma Awards », Ministry of Communications and Information Technology (India) (consulté le 16 mai 2009)
  15. « SNA: List of Akademi Awardees — Music — Vocal », Sangeet Natak Akademi (consulté le 21 juillet 2009)
  16. (en) « SNA: List of Akademi Fellows », Sangeet Natak Akademi (consulté le 21 juillet 2009)
  17. « Two-day state mourning as mark of respect to Gangubai », Press Trust of India,‎ (lire en ligne, consulté le 21 juillet 2009)
  18. « Three years after formation, music varsity hits the right note », The Hindu, Chennai, India,‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier