Gérard Sandoz

journaliste français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sandoz (homonymie).
Gérard Sandoz
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Gérard Sandoz né en Pologne le , sous le nom de Gustave Stern, et mort le , est un journaliste français.

BiographieModifier

Il est élevé dans une famille de juifs ashkénazes immigrée à Berlin juste après sa naissance. Dès 1933, il entre en clandestinité et, sous le nom de « Edu », il lutte contre le régime dans rangs trotskystes[1].

Arrêté et condamné pour haute trahison à deux ans de prison et de camp, il obtient en 1937 un visa de sortie pour la Palestine grâce à ses origines juives polonaises. Mais il préfère rejoindre la France via le Danemark et s’engager comme volontaire dans la Légion étrangère. Fait prisonnier, il s’évade et rentre à la Libération à Paris. Après y avoir tenu une librairie, il entre à l’AFP en 1950 avec en charge la couverture de l’actualité allemande. Parallèlement, il travaille pour France Observateur et collabore au Spiegel et à de nombreux journaux syndicaux ouest-allemands.

Ami de Willy Brandt, ses contacts avec les dirigeants du SPD, notamment avec Esselbarth (président de la banque des syndicats allemands, la Bank für Gemeinwirtschaft) permettent à France Observateur d’obtenir en 1961 un prêt[2]à des conditions très avantageuses[3]. Mais le prêt s’avère insuffisant et le journal doit faire peau neuve sous l’impulsion de nouveaux venus. Membre de la nouvelle équipe, il a alors la charge de couvrir l’actualité allemande et les relations franco-allemandes, voire plus largement les relations Est-Ouest.

Mais la politique intérieure reste son principal centre d’intérêt et il s’intéresse beaucoup à la gauche allemande au point d’en tirer un livre : La gauche allemande (Julliard, 1970). Il tire plusieurs fois son portrait de son ami Willy Brandt, et il l’interviewe en . Couvrant surtout l’Allemagne de Paris, notamment après avoir cessé de le faire pour l’AFP (1979), il fait preuve « d’une immense culture européenne ». En 1980, il la fait partager dans deux livres, l’un sur la résistance allemande[4], et l’autre sur la société allemande. Il meurt le à l’âge de 73 ans.

Notes et référencesModifier

  1. Cette appartenance trotskiste est rapportée par Gilles Martinet à Philippe Tétart dans son entretien du 16 février 1994 in Philippe Tétart, op.cit., t. 4, p. 789.
  2. 50 000 francs d’après Philippe Tétart, op.cit., t. 4, p. 789, 300 000 francs d’après Cathy Pas, de France Observateur au Nouvel Observateur : changement de formule ou véritable naissance ?, Lille III, mémoire de maîtrise, 1990, p. 49.
  3. Avec un taux d’intérêt de 7 %, ce prêt voit son remboursement poursuivi par Le Nouvel Obs après 1964.
  4. Gérard Sandoz Ces Allemands qui ont défié Hitler 1933-1945 - avec le témoignage de Willy Brandt Editions Pygmalion / Gérard Watelet 1980.

Liens externesModifier