Fusillade du Luby's

Fusillade du Luby's
Image illustrative de l’article Fusillade du Luby's
Mémorial aux victimes de la fusillade.

Localisation Killeen, Texas, Drapeau des États-Unis États-Unis
Coordonnées 31° 07′ 02″ nord, 97° 43′ 40″ ouest
Date
12 h 39-12 h 51 (UTC-6)
Type Tuerie de masse
Armes Pistolet semi-automatique (Glock 17 et Ruger P89)
Morts 24 (incluant le tireur)
Blessés 27
Auteurs présumés George Hennard
Géolocalisation sur la carte : Texas
(Voir situation sur carte : Texas)
Fusillade du Luby's
Géolocalisation sur la carte : États-Unis
(Voir situation sur carte : États-Unis)
Fusillade du Luby's

La fusillade du Luby's est une tuerie de masse qui a eu lieu le 16 octobre 1991 dans une cafétéria Luby's (en) (chaine de restauration américaine originaire du Texas) à Killeen, au Texas. Le tireur, George Hennard, est rentré avec sa camionnette Ford Ranger dans la fenêtre du restaurant. Il a rapidement tiré et tué 23 personnes et en a blessé 27 autres. Il a eu une brève fusillade avec la police, a refusé leurs ordres de se rendre et s'est suicidé par balle.

Classée à l'époque comme la fusillade de masse la plus meurtrière dans l'histoire des États-Unis, son nombre de morts a été dépassé par la fusillade de Virginia Tech en avril 2007. En mai 2018, cet incident était la sixième fusillade la plus meurtrière des États-Unis[1].

FusilladeModifier

Le 16 octobre 1991, George Hennard, un chômeur de 35 ans qui travaillait précédemment dans la marine marchande[2], a conduit une camionnette Ford Ranger à travers la vitre de la devanture d'un restaurant Luby's à Killeen, au Texas[3]. Hennard a crié: « Toutes les femmes de Killeen et Belton sont des vipères! C'est ce que vous avez fait pour moi et ma famille ! C'est ce que le comté de Bell m'a fait ... c'est le jour du remboursement ! » Il a ensuite ouvert le feu sur les gens à l'intérieur avec un pistolet Glock 17 de 9 mm et un pistolet Ruger P89 de 9 mm[4],[5]. Hennard a traqué, tiré, et tué 23 personnes, 10 d'entre eux avec des coups simples à la tête, et blessé 27 autres personnes.

Le 16 octobre était le National Boss's Day (aux États-Unis, c'est traditionnellement une journée où les employés remercient leur patron pour être gentil et juste tout au long de l'année), et le restaurant était inhabituellement bondée avec environ 150 personnes[6],[7]. Au début, les gens pensaient que la camionette encastrée dans la fenêtre était un accident, mais Hennard a commencé à tirer sur les clients presque immédiatement après. La première victime a été le vétérinaire Michael Griffith[8]. Un autre client, Tommy Vaughn, s'est jeté par la fenêtre arrière, subissant des blessures, mais il a créé une voie d'évasion pour lui et les autres. Hennard a rechargé au moins trois fois avant que la police n'arrive et il s'est livré à une brève fusillade avec eux. Blessé, il se retira dans la salle de bain. La police a dit à plusieurs reprises à Hennard de se rendre, mais il a refusé, disant qu'il allait tuer plus de gens. Quelques minutes plus tard, il s'est suicidé en se tirant une balle dans la tête.

MotifModifier

Hennard a été décrit comme reclus et violent, avec un tempérament explosif. Il avait été expulsé de la marine marchande pour cause de possession de marijuana. Hennard aurait déjà auparavant exprimé de la haine envers les femmes. Un ex-compagnon de chambre a déclaré: «Il détestait les noirs, les hispaniques et les homosexuels, il disait que les femmes étaient des serpents et qu'elles avaient toujours des remarques désobligeantes à leur sujet (à propos des hommes), surtout après des disputes avec sa mère. Sur les 23 personnes tuées, 14 étaient des femmes, tout comme de nombreux blessés. Il a appelé deux d'entre elles "chienne" avant de les abattre.

PerpétrateurModifier

Georges Pierre Hennard est né le 15 octobre 1956 à Sayre en Pennsylvanie, le fils d'un chirurgien né en Suisse et d'une femme au foyer[5]. Il avait deux frères et sœurs plus jeunes, Alan et Desiree[3]. La famille de Hennard déménage plus tard au Nouveau-Mexique, où son père travaillé au centre de lancement de White Sands près de Las Cruces. Après avoir été diplômé de Mayfield High School en 1974, il s'est enrôlé dans la marine américaine et a servi pendant trois ans, jusqu'à ce qu'il soit libéré honorablement[9]. Hennard a travaillé plus tard comme un marin marchand, mais a été licencié pour posséssion de drogue.

Au début de l'enquête sur le massacre, le chef de la police de Killeen a déclaré que Hennard "avait un problème évident avec les femmes". Après que ses parents eu divorcé en 1983, son père a déménagé à Houston, et sa mère a déménagé à Henderson, au Nevada. Les pistolets Glock 17 et Ruger P89 9mm utilisés par Hennard ont été achetés entre février et mars 1991 dans une armurerie de Henderson.

RéférencesModifier

  1. (en) « Las Vegas shooting now tops list of worst mass shootings in U.S. history », sur usatoday.com, (consulté le 2 août 2018)
  2. (en-US) J. MICHAEL KENNEDY et RICHARD A. SERRANO, « Police May Never Learn What Motivated Gunman : Massacre: Hennard was seen as reclusive, belligerent. Officials are looking into possibility he hated women. », Los Angeles Times,‎ (ISSN 0458-3035, lire en ligne, consulté le 2 août 2018)
  3. a et b (en) « A Texas Massacre », sur people.com, (consulté le 2 août 2018)
  4. (en-US) Richard Woodbury, « Crime: Ten Minutes in Hell », Time,‎ (ISSN 0040-781X, lire en ligne, consulté le 2 août 2018)
  5. a et b (en) Carol Dawson et Carol Johnston, House of Plenty: The Rise, Fall, and Revival of Luby's Cafeterias, University of Texas Press, (ISBN 9780292782341, lire en ligne)
  6. (en-US) LIANNE HART et TRACY WOOD, « 23 Shot Dead at Texas Cafeteria : Massacre: A gunman drives his pickup through a window and opens fire with a semiautomatic handgun, in nation's worst mass shooting. He is among the dead. », Los Angeles Times,‎ (ISSN 0458-3035, lire en ligne, consulté le 2 août 2018)
  7. (en) « Gunman Kills 22 and Himself in Texas Cafeteria », sur nytimes.com, (consulté le 2 août 2018)
  8. (en) « Fort Hood attack stirs painful memories for '91 massacre survivor », sur edition.cnn.com, (consulté le 2 août 2018)
  9. (en) « Luby's massacre in Texas has eerie link to Robin Williams' movie 'The Fisher King' », sur nydailynews,com, (consulté le 2 août 2018)