Ouvrir le menu principal

Fulwar Skipwith

personnalité politique américaine
Fulwar Skipwith
Fulwar Skipwith.jpg
Fulwar Skipwith
Fonction
Sénateur de la Louisiane
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
Baton RougeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités

Fulwar Skipwith ( dans le Comté de Dinwiddie (Virginie) - ) était un diplomate américain et politicien, qui fut consul des États-Unis en Martinique, puis plus tard consul-général en France. Il participa à la négociation de la vente de la Louisiane en 1803 et fut le premier et seul gouverneur de l'éphémère république de Floride-Occidentale en 1810.

Sommaire

JeunesseModifier

Skipwith fit des études au William and Mary College qu'il quitta à 16 ans pour rejoindre l'armée pendant la guerre d'indépendance des États-Unis. En 1781, il participa au Siège de Yorktown. Entre 1791 et 1795 il fit partie de la délégation américaine en France conduite par l'ambassadeur James Monroe. En 1795, Monroe nomma Skipwith consul-général à Paris. Il épousa Thereze Josephine van den Clooster, en 1802, une baronne flamande. Lors de son mandat de consul-général, il participa à la négociation de la vente de la Louisiane.

Carrière politiqueModifier

En 1809, Skipwith s'installe en Floride occidentale. Membre du premier tribunal de Floride occidentale, il s'impliqua dans la rébellion de 1810 contre le pouvoir espagnol et fut le premier et seul gouverneur de l'éphémère république de Floride-Occidentale. Le 27 octobre, 1810, les États-Unis annexèrent la jeune république par décret du président James Madison, qui revendiquait la région comme faisant partie de la vente de la Louisiane. Tout d'abord, Skipwith et le gouvernement de Floride-Occidental s'opposèrent à la proclamation, préférant négocier les termes de leur entrée dans l'Union. Cependant, William C. C. Claiborne, qui avait été envoyé pour prendre possession du territoire, refusa de reconnaître la légitimité du gouvernement de Floride-Occidental. Skipwith et le parlement firent volte-face et acceptèrent la proclamation de Madison.

Skipwith fut ensuite membre du Sénat de Louisiane. En décembre 1814 Magloire Guichard et Skipwith déposèrent une motion visant à obtenir l'amnistie pour "les Corsaires vivant à Barataria, qui pourraient être dissuadés d'offrir leur services par crainte de poursuites".

En 1827, Skipwith, Armand Duplantier, Antoine Blanc, Thomas B. Robertson et Sébastien Hiriart reçurent mandat du parlement de l'État de mettre sur pied la Société agricole de Bâton Rouge.

Skipwith mourut sur la plantation de Monte Sano près de Bâton-Rouge le 7 janvier 1839.

BibliographieModifier

  • David A. Bice. The Original Lone Star Republic: Scoundrels, Statesmen and Schemers of the 1810 West Florida Rebellion. Heritage Publishing Consultants, 2004. (ISBN 1-891647-81-4)
  • Roger G. Kennedy. M.. Jefferson's Lost Cause: Land, Farmers, Slavery, and the Louisiana Purchase. Oxford University Press, 2003. (ISBN 0-19-515347-2)

Liens externesModifier

SourceModifier