Fujin Gahō

Fujin Gahō
婦人画報
Couverture couleur d'un magazine japonais. Sur un fond rouge (bas) et gris (haut), un médaillon central (bordure verte) figure un visage de femme de profil. Les quatre idéogrammes du titre de la publication sont inscrit en haut.
Couverture du premier numéro de Fujin Gahō (juillet 1905)

Pays Drapeau du Japon Japon
Zone de diffusion Japon
Langue japonais
Périodicité mensuel
Genre presse féminine généraliste
Diffusion 95000 ex. (2017)
Date de fondation 1905
Éditeur Kinjigahō-sha
Ville d’édition Tokyo

Propriétaire Kinjigahō-sha
OCLC 502461314
Site web Fujin Gahō

Fujin Gahō (婦人画報, revue féminine illustrée?) est un magazine féminin mensuel fondé par la maison d'édition japonaise Kinjigahō-sha. Son premier numéro est publié en juillet 1905. L'année 1999, il est racheté par la société française Hachette Filipacchi, puis, en 2011, cédé au groupe de médias américain Hearst Corporation.

Destiné à un public de femmes aisées, Fujin Gahō se veut prescripteur des tendances de la mode et de l'art de vivre japonais.

PrésentationModifier

En juillet 1905, la maison d'édition japonaise Kinjigahō-sha[l 1] publie le premier numéro d'un nouveau magazine féminin : Fujin Gahō. Le premier directeur de publication de celui-ci est l'écrivain Kunikida Doppo[1],[2]. Destiné à un public de femmes au foyer (40 ans et plus), le mensuel se distingue par une abondance d'illustrations[3],[2],[1]. Dès ses premiers numéros, s'affirmant un magazine représentatif du Japon moderne, il introduit, auprès des Japonaises aisées, des tendances de modes importées d'Occident[4].

Après la mort de Doppo, la publication passe sous le contrôle de l'éditeur Tōkyō-sha[l 2] et est renommée successivement Tōkyō Fujin Gahō (« revue féminine illustrée de Tōkyō »), Tōyō Fujin Gahō[l 3] (« revue féminine illustrée d'Orient »), puis, en mai 1944, Senjijosei[l 4] (« Femmes en temps de guerre »). Sa difussion est interrompue pendant la guerre du Pacifique (1941-1945). Elle reprend, après-guerre, en octobre 1945, sous son nom d'origine[1].

En 1999, la filiale japonaise du groupe français Hachette Filipacchi acquiert le titre de presse et fonde l'entreprise Hachette Fujingahō-sha[l 5],[1]. En juiller 2011, la société Hearst Fujingahō[l 6] est fondée, après la cession du magazine de mode au groupe de médias américain Hearst Corporation[5],[6],[1].

Dans les années 2010, Fujin Gahō poursuit sa diffusion de conseils pratiques et la promotion d'un mode de vie propre à la population féminine japonaise[3],[1]. Son tirage mensuel est de 95 000 exemplaires et le prix du numéro est d'environ mille yens (7,70 euros)[3].

Depuis sa création à la fin de l'ère Meiji (1868-1912), Fujin Gahō est une caisse de résonance des transformations sociales en cours au Pays du Soleil levant. Comme magazine de mode destiné aux femmes aisées et modernes, le mensuel se fait, selon les périodes, prescripteur des valeurs esthétiques traditionnelles japonaises (iki) ou promoteur de goûts et de tendances importés d'Occident, l'élégance à la française (shikku), en particulier[4].

Notes et référencesModifier

Notes lexicales bilinguesModifier

  1. La société Kinjigahō (近時画報社, Kinjigahō-sha?, litt. « société de magazines d'actualité illustrés »).
  2. La société Tōkyō (東京社, Tōkyō-sha?), rebaptisée plus tard société Fujingahō (婦人画報社, Fujingahō-sha?)[1].
  3. 東洋婦人画報 (Tōyō Fujin Gahō?, litt. « revue féminine illustrée d'Orient »).
  4. 戦時女性 (Senjijosei?, litt. « femmes en temps de guerre »).
  5. La société Hachette Fujingahō (アシェット・婦人画報社, Ashetto Fujingahō-sha?). Elle succède à la Fujingahō-sha.
  6. La société Hearst Fujingahō (ハースト婦人画報社, Hāsuto Fujingahō-sha?).

RéférencesModifier

  1. a b c d e f et g (ja) Asahi Shinbun, « 婦人画報は » [« Fujin Gahō »], sur Kotobank,‎ (consulté le ).
  2. a et b (ja) Asahi Shinbun, « 近事画報社は » [« Société Kinjigahō »], sur Kotobank,‎ (consulté le ).
  3. a b et c (en) « Fujin Gahō », The Asian Reading Room, sur www.loc.gov, Bibliothèque du Congrès, (consulté le ).
  4. a et b (en) Junko Aoki, Wayne Finke (dir.) et Hikaru Kitabayashi (dir.), « Iki and Chic : Understanding two aesthetic ideals of Modern Japan through Magazine Articles », dans Geolinguistic Studies in Language Contact, Conflict, and Development, vol. 1, New York, The American Society of Geolinguistics, , 372 p. (ISBN 9781387589715 et 1387589717, OCLC 1081038538).
  5. (en) « アシェット婦人画報社が「ハースト婦人画報社」に 買収に伴い » [« Hearst Fujingahō acquiert Hachette Fujingahō »], ITmedia News,‎ (consulté le ).
  6. AFP, « Un nouveau patron venu du Japon pour Condé Nast France », L'Express, (consulté le ).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier