Fred Spencer (cyclisme)

coureur cycliste américain

Fred « Freddie » Spencer, né le [1],[2] ou le [3], à Plainfield (New Jersey), États-Unis, et mort le [2] ou le [1] à Rahway, est un coureur cycliste américain. Spécialiste de la piste, il commence sa carrière comme sprinteur, puis devient un coureur de six jours. Il est intronisé au Temple de la renommée du cyclisme américain en 1990.

Fred Spencer
Image dans Infobox.
Freddie Spencer et Bobby Walthour, 1926
Informations
Naissance
Décès
Nationalité
Spécialité

BiographieModifier

Freddie Spencer est originaire de Plainfield (New Jersey), où il travaille comme mécanicien dans un magasin de vélos. Il n'est pas apparenté au cycliste William Spencer.

Un jour, il fait la rencontre des coureurs Jack Clark et Walter Rütt. Les deux champions sont frappés par son enthousiasme et son grand intérêt pour le cyclisme et lui propose de s'entraîner avec eux. En 1923, Spencer se lance dans les courses amateurs et remporte 47 des 48 courses de deux milles auxquelles il participe. En 1924, il devient professionnel[4].

En 1925, il est sacré champion des États-Unis de vitesse sur le vélodrome de Newark devant 16 000 spectateurs. Au cours des années suivantes, il s'illustre principalement sur les six jours, où il s'impose à 5 reprises en 72 participations. Après sa première victoire en 1925 à New-York, il est invité à la Maison-Blanche par le président Calvin Coolidge avec son partenaire Bob Walthour Jr[5].

En 1928 et 1929, il remporte de nouveau le titre national de la vitesse. En 1928, il établit un nouveau record du monde du demi-mille à Newark avec 52,3 secondes. Le 9 août 1929, il établit quatre nouveaux records du monde sur le vélodrome de New York, sur 10 miles (en 10 minutes et 14,2 secondes), 15 miles (en 29 minutes et 41 secondes), 20 miles (en 39 minutes et 23 secondes) et 25 miles (en 49 minutes et 28,3 secondes)[1]. Le manager de Spencer est alors John Chapman. Ce dernier a découvert des timbres et des lettres de promoteurs en Europe qui souhaitent obtenir un contrat avec son coureur sans passé par lui. Après avoir caché les lettres, Chapman conclut un nouveau contrat avec Spencer lui interdisant de courir en Europe. Il a également signé le champion du monde néerlandais Piet Moeskops pour quatre courses contre Spencer sur le vélodrome de Newark, qu'il a remporté devant environ 18 000 spectateurs. Entre autres choses, Spencer a reçu un club de golf comme récompense. Cependant, n'étant pas intéressé par le golf, il l'intègre à son vélo comme support de selle[6].

En 1927, il est invité par le promoteur Tex Richert à un banquet « Kings of Sport » (Les Rois du Sport en français) à New York. En plus de Spencer, les invités sont Babe Ruth (baseball), Johnny Weissmüller (natation), Bobby Jones (golf), Bill Tilden (tennis), Gene Tunney (boxe), Bill Cook (hockey) et Charles Winter (cyclisme)[4]. Au sommet de sa gloire, il est l'athlète le mieux payé du pays, gagnant plus de 100 000 $ par an (plus que Babe Ruth)[7]. Il est particulièrement populaire auprès des « dames », qui le comble littéralement de cadeaux, y compris un luxueuse berline. Lors des courses, il court avec son propre style, qu'il a lui-même surnommé le « galop »[8].

En 1934, il est l'un des coureurs présent dans le film La Fine Équipe, en tant que double de l'acteur Joe E. Brown[9].

Après la fin de sa carrière cycliste, il déménage à Rahway[7]. Il devient ingénieur et investi son argent de manière rentable. En 1977, il esthonoré par la New Jersey Sports Writer Association[9]. En 1990, il est intronisé au Temple de la renommée du cyclisme américain. Dans les années 1960 et 1970, une course, la Freddie Spencer Holiday at Home a lieu chaque année le 4 juillet à Rahway à son initiative[4].

PalmarèsModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c (en) Freddie Spencer. dans le Bill Shannon Biographical Dictionary of New York Sports
  2. a et b United States Social Security Death Index
  3. a et b (en) Michaele C. Gabriele, The Golden Age of Bicycle Racing in New Jersey, Londres, History Press, 2011, 126 p. (ISBN 9781614235064)
  4. a b et c [PDF] Al Shipley : Freddie Spencer – « The Fastest Man in the World ». Our Town Rahway. Août 2018, page 6
  5. Nye, Hearts of Lions, page 22
  6. Lou Dzierzak/Caroline Hardman : The Evolution of American Bicycle Racing. Falcon Guides, 2007
  7. a et b (en) Bicycling in Plainfield
  8. Roger de Maertelaere : Mannen van de nacht. 100 jaar zesdaagsen. De Eecloonaar, Eeklo 2000, (ISBN 90-74128-67-X), page 248.
  9. a et b Nye, Hearts of Lions, page 297.
  10. Il s'impose devant George Dempsey

BibliographieModifier

  • (en) Michaele C. Gabriele, The Golden Age of Bicycle Racing in New Jersey, Londres, History Press, 2011, 126 p. (ISBN 9781614235064)
  • Le Diable rouge, Alfred Letourneur dans l'enfer des Six Jours, Françoise Vincent, éditions AkR, collection Témoignages en regard, 2005, 204 pages

Lien externeModifier

Images externesModifier

(en) Chicago Tribune, « Chicago's cycling craze » (consulté le )

  Image externe
  Freddie Spencer et Bobby Walthour Jr, Chicago Coliseum, Jan 1928

Chicago Tribune