Ouvrir le menu principal
Image thermique d'un missile RIM-161 Standard Missile 3 prise par un FLIR.

En optronique militaire, l’« imagerie infrarouge frontale » (en anglais forward looking infrared, FLIR) est une technique permettant de visualiser son environnement sans utiliser la lumière visible mais les rayons infrarouges. On peut ainsi détecter les sources de chaleur, et « voir » même la nuit.

HistoriqueModifier

Par rapport au radar, la technologie FLIR est relativement récente.

Le premier prototype de Texas Instruments date de 1964. La première utilisation en situation fut pendant la guerre du Viêt Nam, pour donner aux soldats une vision de nuit[1].

Principe techniqueModifier

L’intérêt de l’infrarouge est de pouvoir détecter les sources de chaleur, de jour comme de nuit. Les systèmes FLIR utilisent la bande 8 - 14 µm ce qui permet de détecter des sources d’une centaine de kelvins.

Le système commence par filtrer la lumière visible et l’infrarouge non désiré. L’image est ensuite focalisée sur un capteur à semi-conducteur refroidi à l'azote liquide (- 200 °C)[1], généralement de type photodiode et plus récemment de type QWIP.

Le FLIR ne doit pas être confondu avec la veille infrarouge (IRST) qui est un système d’imagerie infrarouge dont le champ est plus important mais la fréquence moins élevée[2].

Quelques systèmesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Remarque : certains systèmes ont également des fonctions IRST ou désignateur laser.

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) Carlo Kopp, « Electro-optical systems », sur www.ausairpower.net,
  2. « Fusion multi-capteur : Un point de vue applicatif », sur www.inist.fr,

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier