Florent de Berlaymont

personnalité politique néerlandais

Florent de Berlaymont [en néerl. Floris[1],[2] van Berlaymont) était un homme d'État néerlandais, né vers 1550 et mort le [3]. Il était comte de Lalaing[1],[4] et de Berlaymont[3],[4], et stathouder de Namur[2], d'Artois[4], de Gueldre-Zutphen et Luxembourg[3], pendant la guerre de Quatre-Vingts Ans. Il était chevalier de l'Ordre de la Toison d'Or.

Florent de Berlaymont
Fonction
Stathouder
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Famille
Famille de Berlaymont (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Adriana de Ligne-Barbançon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoint
Enfants
Maria Margaretha, Comtesse de Berlaymont (d)
Isabelle Claire de Berlaymont (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

BiographieModifier

Il est le fils de Charles de Berlaymont et d'Adriana de Ligne Barbançon, et le frère de Gilles et Claude de Berlaymont. En 1576, Florent prend brièvement parti pour l'État dans l'Union de Bruxelles, mais il revient rapidement dans le camp du roi d'Espagne et, en 1579, il est nommé stathouder de Namur et d'Artois, succédant à son frère Gilles, décédé devant Maastricht, le 18 juin.

Florent hérite du titre de comte de Berlaymont de son père en 1578. Par son mariage avec Marguerite de Lalaing, fille unique de Philippe de Lalaing et de Marguerite de Ligne, il hérite également du titre de comte de Lalaing en 1582. Florent et Marguerite ont eu une fille, Marguerite de Berlaymont, qui a épousé plus tard Louis d'Egmont (nl), prince de Gavere (†1654)[3]. Cependant, sa femme n'a pas caché le fait qu'elle préférait d'autres hommes, ce qui a aggravé leur relation[4].

Florent devient chevalier de l'Ordre de la Toison d'Or en 1586.

Lorsque son autre frère Claude mourut en 1587, il lui succéda comme stathouder de Gueldre-Zutphen[5]. En 1604, Florent succède au défunt Pierre-Ernest Ier de Mansfeld comme stathouder du Luxembourg[4].

En 1625, vers la fin de sa vie, il accepta que sa femme Marguerite crée une fondation religieuse dédiée à l'éducation des filles[6]. Ce couvent des dames de Berlaymont était initialement situé à proximité immédiate de la cathédrale de Bruxelles, mais a été déplacé plusieurs fois. Le nom perdure dans le Bâtiment Berlaymont de la Commission européenne, construit sur le site de l'école du couvent entre 1864 et 1962.

AscendanceModifier

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
8. Jean de Berlaymont, Seigneur de Floyon et Hautepenne (d)
 
 
 
 
 
 
 
4. Michel de Berlaymont, Seigneur de Floyon (d)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
9. Jeanne d'Orley (d)
 
 
 
 
 
 
 
2. Charles de Berlaymont
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
10.
 
 
 
 
 
 
 
5. Marie de Barault (d)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
11.
 
 
 
 
 
 
 
1. Florent de Berlaymont
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
12. Guillaume de Ligne, Seigneur de Barbancon (d)
 
 
 
 
 
 
 
6. Louis de Ligne, Seigneur de Barbançon (d)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
13. Adriane|Anne de Halewyn (d)
 
 
 
 
 
 
 
3. Adriana de Ligne-Barbançon (d)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
14. Cornelis van Bergen (en)
 
 
 
 
 
 
 
7. Marie de Glymes, Vrouwe van Zevenbergen (d)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
15. Maria Magdalena van Strijen, Vrouwe van Sevenbergen (d)
 
 
 
 
 
 

Notes et référencesModifier

  1. a et b A. van der Lem, Berlaymont, Charles, graaf van. De Tachtigjarige Oorlog (Universiteit Leiden).
  2. a et b U. Emmius, Willem Lodewijk, graaf van Nassau (1560-1620): stadhouder van Friesland, Groningen en Drenthe (1994) 153.
  3. a b c et d P. Jodogne, Entre Italie et Pays-Bas méridionaux: le "Libro de memoria" de la famille Cassina (1576-1650) (2002) 215.
  4. a b c d et e J. Israel, Conflicts of empires: Spain, the low countries and the struggle for world supremacy, 1585-1713 (1997) 12-13.
  5. J.F.J. van den Broek, Voor god en mijn koning: het verslag van kolonel Francisco Verdugo over zijn jaren als legerleider en gouverneur namens Filips II in Stad en Lande van Groningen, Drenthe, Friesland, Overijssel en Lingen (1581-1595) (2009) 180.
  6. Th. Demey (2007), Bruxelles, capitale de l'Europe, Brussel, Badeaux, p. 226-233

SourcesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier