Ferdinand Bardamu

Ferdinand Bardamu est un personnage imaginé par Louis-Ferdinand Céline, héros de ses deux livres les plus connus, Voyage au bout de la nuit et Mort à crédit, ainsi que de Guignol's Band, Le Pont de Londres, L'Église et du roman posthume Guerre[1].

Bardamu, dont le nom signifie littéralement « qui se meut avec son barda, son fardeau » est le double littéraire de Céline, dont il reprend un des prénoms.

Dans le calendrier pataphysique de Jarry, la Saint-Bardamu est le cinquième jour du mois d'Absolu.

Le personnage a été si fortement associé à l'auteur que les critiques utilisaient régulièrement le nom "Bardamu" pour désigner Céline même[2].

En 1933, Louis-Ferdinand Céline sous le pseudonyme de « Ferdinand Bardamu » donne ses Points de vue d'un solitaire dans La Revue anarchiste (1929-1936)[3]. En octobre, y paraît sous le pseudonyme simplifié de « Bardamu » son réquisitoire sur l'Infortunée Violette Nozière[4].

Bardamu est cité dans la chanson Errer humanum est d'Hubert-Félix Thiéfaine : «Gauguin sans toile et sans pinceau / Revisité en Bardamu».

Notes et référencesModifier

  1. « Guerre - Blanche - GALLIMARD - Site Gallimard », sur www.gallimard.fr (consulté le )
  2. GIBAULT (François), Céline. Deuxième partie: 1932-1944: Délires et persécutions, Paris, Mercure de France, 1985, notamment pp. 47 et 61.
  3. Antoine Oury, “Infortunée Violette Nozières !” : relire le plaidoyer de Céline dans La revue anarchiste, ActuaLitté, 11 janvier 2017, lire en ligne.
  4. La Revue anarchiste, no 18, octobre 1933, lire en ligne.

Liens externesModifier