Ouvrir le menu principal
Fabio Mauri
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Italien ( - ), Italien ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Écrivain, scénariste, installationVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Représenté par
Hauser & Wirth (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Fabio Mauri (1926-2009) est un écrivain, dramaturge et plasticien italien.

Sommaire

BiographieModifier

 
Muro d'Europa/La barca (1979).

Fabio Mauri est le fils d'Umberto Mauri, directeur des éditions Arnoldo Mondadori et de Maria Luisa Bompiani, sœur de l'éditeur Valentino Bompiani. Très lié au milieu de l'édition italienne, il fut un temps président du conseil d'administration des Messaggerie Italiane, dont son père était le propriétaire depuis 1937, et des éditions Garzanti. Aujourd'hui la famille Mauri possède toujours de nombreux intérêts dans l'édition et divers groupes italiens.

En novembre 1942, Fabio Mauri fonde à Bologne, avec Pier Paolo Pasolini et Giovanni Zalcone, une revue intitulée Il Setaccio[1] (« le tamis »), qui prend fin en mai 1943.

En 1954, il débute comme plasticien et expose pour la première fois à Rome en 1955 ; son premier monochrome, Schermi (1957), le range parmi les artistes de l'avant-garde italienne.

En 1962, il commence à publier des pièces de théâtres, dont Il benessere avec Franco Brusati, adaptée la même année à Paris au Théâtre des variétés par Jules Dassin sous le titre Flora[2].

En 1968, il fonde avec, entre autres, Nanni Balestrini, Edoardo Sanguineti, et Umberto Eco, la revue Quindici.

Dans les années 1970, il développe des installations et des performances ayant une forte connotation politique, avec des œuvres comme Che cosa è il fascismo (1971), Ebrea, Natura e Cultura (1973).

En 1976 il fonde, avec entre autres, Jannis Kounellis, la revue d'art et de critique La Città di Riga.

En 1978, il présente à la Biennale de Venise I numeri malefici.

En 1994, a lieu une première rétrospective sur son travail à la Galerie nationale d'art moderne et contemporain de Rome, suivie par une autre à la Kunstalle de Klagenfurt en 1997, puis une troisième, en 2003, au studio national Le Fresnoy.

Rétrospectives posthumesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Tous les numéros numérisés sur le site de la Biblioteca dell'Archiginnasio, Bologne — consulté en décembre 2016.
  2. Biographie de Jules Dassin, sur Eurêka, ressources numériques Mac Val / Val de Marne.

AnnexesModifier

Bibliographie critiqueModifier

  • Fabio Mauri : l'écran mental, catalogue de l'exposition au Fresnoy, Studio national des arts contemporains du 28 février au 27 avril 2003, Le Fresnoy, Tourcoing, 2003.
  • (en) Fabio Mauri : ideology and memory, édité par le Studio Fabio Mauri ; préface d'Umberto Eco, Turin, Bollati Boringhieri, 2012.
  • Valérie Da Costa, Fabio Mauri : Le passé en actes, Dijon, Les presses du réel, , 384 p. (ISBN 978-2-84066-980-7, présentation en ligne).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :