Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Europa.
Europa Report
Titre original Europa Report
Réalisation Sebastián Cordero
Scénario Philip Gelatt
Acteurs principaux
Sociétés de production Wayfare Entertainment
Misher Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Science-fiction
Durée 90 minutes
Sortie 2013

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Europa Report est un film de science-fiction américain de Sebastián Cordero sorti en 2013.

SynopsisModifier

Six astronautes internationaux sont envoyés sur Europe, l'une des quatre très grosses lunes de Jupiter, afin de forer la surface de glace qui les sépare d'un océan profond de 90 km d'eau et chercher s'il y a une présence de vie extraterrestre… Malgré une panne technique catastrophique où toutes les communications avec le contrôle de mission sur Terre sont perdues[1] et une série de crises meurtrières, l'équipage continue sa mission. N'ayant aucun moyen de décoller de la lune, et alors que le module d'atterrissage menace de sombrer dans l'océan à tout instant, les astronautes sacrifient leurs dernières réserves pour envoyer vers la Terre l'intégralité des données et vidéos de la mission. Finalement le vaisseau sombre : une astronaute ouvre alors le sas du module, laissant entrer l'eau et avec elle une créature luminescente dotée de tentacules. C'est la dernière image filmée par une des caméras. Ces informations prouvent ainsi la présence d'une vie complexe ailleurs que sur Terre.

RésuméModifier

La doctoresse Unger, directrice d'Europa Ventures, narre l'histoire de la mission. Six astronautes embarquent pour une mission financée par le secteur privé sur une des lunes de Jupiter afin de trouver des sources potentielles de vie[2]. Les membres de l'équipage sont le capitaine Willam Xu, le pilote Rosa Dasque, le scientifique en chef agent Daniel Luxembourg, la biologiste marine et officier scientifique Katya Petrovna, le jeune ingénieur James Corrigan et l'ingénieur en chef Andrei Blok.

Après six mois de mission, une tempête solaire frappe l'astronef coupant la communication avec le contrôle de la mission sur Terre. Blok et Corrigan effectuent une sortie extravéhiculaire afin de réparer le système de l'extérieur, mais un accident contamine la combinaison spatiale de Corrigan avec de l'hydrazine. Il est coincé à l'extérieur et meurt dans le vide spatial, alors que le voyage se poursuit vers Europe.

Après vingt-deux mois, l'astronef atterrit en toute sécurité, mais rate le lieu d'atterrissage prévu d'une centaine de mètres. L'équipage commence son travail en perçant la glace en surface et en libérant une sonde téléguidée dans l'eau. Blok suscite l'inquiétude du reste de l'équipage, qui manque de sommeil, en déclarant avoir vu une lumière scintiller à l'extérieur du véhicule spatial. Il lui est impossible de convaincre l'équipage. Puis un objet lumineux et mystérieux vient frapper la sonde, rompant ainsi le contact avec elle.

Petrovna insiste sur la collecte d'échantillons sur la surface d'Europe. Après un vote de l'équipage, elle se lance dans une marche à l'extérieur. Lors des analyses des échantillons, Luxembourg découvre des traces d'un organisme unicellulaire extraterrestre. Comme la communication est de plus en plus perturbée par la radioactivité de Jupiter, Petrovna voit une lumière bleue au loin et décide d'aller y voir de plus près. Elle se rapproche de la lumière, dont la source se trouve sous la glace. Cette dernière cède et la scientifique s'enfonce dans l'eau. Tout en descendant dans les profondeurs, la caméra de son casque continue de montrer des images de son visage terrifié et fasciné par la bioluminescence qui se reflète dans ses yeux, avant de s'arrêter de fonctionner.

L'équipage accepte de partir afin de rapporter leur découverte sur Terre. Mais, juste après le décollage, à près de deux kilomètres de distance d'Europe, les moteurs s'arrêtent. Alors que le véhicule spatial se précipite vers Europe, Xu se déboucle de son siège pour enlever le blindage d'eau afin de réduire leur vitesse jusqu'à l'impact. Le véhicule spatial se brise sur le site d'atterrissage initialement prévu. Lors de l'impact, Xu est tué et l'astronef endommagé, provoquant une fuite d'oxygène et une baisse de température. Le crash a aussi brisé la glace et ils commencent à s'enfoncer au travers.

Blok et Luxembourg conviennent de faire des réparations à l'extérieur de l'astronef. Luxembourg tente de descendre, mais tombe à travers la glace. Blok sait qu'il n'a aucune chance de réparer à lui seul le véhicule spatial avant qu'il ne coule. Au lieu de cela, il parvient à remettre en marche le système de communication, au détriment des systèmes vitaux. Puis il semble tomber à travers la glace, entrainé par cette même lumière bleue que celle qu'avait aperçue Petrovna.

Dasque rétablit la communication avec la Terre. Toutes les images et les données recueillies qui ont été enregistrées au cours des mois de black-out sont envoyées. À ce moment, des fissures apparaissent sur la glace et le véhicule spatial commence à couler. Seule et sachant qu'elle va mourir, Dasque ouvre le sas pour laisser entrer l'eau, dans l'espoir de découvrir la source de la lumière. Comme l'eau monte dans le cockpit, elle voit une créature bioluminescente à l'apparence prédatrice[3]. Avant que les images et la transmission vers la Terre s'arrêtent, la créature ressemblant à un calmar géant se précipite vers elle.

Dans l'épilogue, Unger confirme que l'équipage d'Europe avait découvert de la vie sous une forme complexe sur cette lune et a dépassé toutes les attentes de la mission. Bien qu'ils soient tous mort, les membres de l'équipage ont réussi leur mission : apporter la preuve de l'existence d'une vie extra-terrestre.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Les 6 astronautes :

et aussi :

RéceptionModifier

  • Justin Chang, de Variety Magazine, a écrit à propos du film "Une réalisation raisonnablement plausible et impressionnante" tandis que Space.com indiquait que le film était "une des représentations les plus palpitantes et réalistes de l'exploration spatiale depuis Moon ou 2001, l'Odyssée de l'espace". Pour le magazine Time "Contrairement à 2001, l'Odyssée de l'espace, Europa Report est rapide, excitant et terrifiant".

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en)« Europa Report – Movie Trailers – iTunes », Apple Inc. (consulté le 10 janvier 2014)
  2. (en)« First look at Sharlto Copley in sci-fi film The Europa Report », Commingsoon.net, (consulté le 10 janvier 2014)
  3. (en)« The Making of Europa Report », fxguide.com (consulté le 10 janvier 2014)

Liens externesModifier