Ouvrir le menu principal

Les Eumycètes, ou Eumycota, sont les champignons vrais ou Fungi.

Ce terme a été introduit dans la classification d'Ainsworth pour séparer les Myxomycètes des autres champignons. Par la suite, les Oomycètes et les Hyphochytridiomycètes ont également été exclus des vrais champignons et classés parmi les straménopiles. Aujourd'hui, le terme d'Eumycètes n'est plus vraiment utilisé car il recouvre l'ensemble du groupe des mycètes (y compris les microsporidies) ; on lui préfère le terme de Fungi.

Pendant bien longtemps, les Eumycètes ont été assimilés à des végétaux sur la base de leur immobilité, mais leur hétérotrophie et les études génétiques récentes confirment leur proximité avec les métazoaires (animaux), avec lesquels ils constituent les deux sous-groupes les plus importants, en nombre d'espèces, des opisthocontes.

On dénombre environ 100 000 espèces connues, mais on estime qu'il en existe jusqu'à environ 1,5 million.

Sommaire

Liste des divisionsModifier

Caractéristiques propres aux eumycètesModifier

La monophylie du groupe est essentiellement basée sur l'étude de l'ARNr 18S et des gènes de protéines de type hsp (heat shock protein). La voie métabolique de biosynthèse de la lysine (un acide aminé) est totalement originale et spécifique des eumycètes[1].

ÉcologieModifier

Ce sont principalement des organismes terrestres parasites, symbiotiques, ou saprophytes, mais toujours hétérotrophes. Ils sont fondamentalement absorbotrophes et ne se nourrissent donc que de nutriments présents dans leur environnement, soit fournis par un hôte symbiotique, soit obtenus par digestion extracellulaire par des enzymes lytiques. 25 000 espèces (principalement des ascomycètes) vivent en association avec un organisme photosynthétique pour constituer un lichen.

PaléontologieModifier

Les plus anciens fossiles avérés d'eumycètes datent du Dévonien (-380 Ma), mais des traces de glomales ont été décrites dans l'Ordovicien (-460 Ma).

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Classification phylogénétique du vivant par Guillaume Lecointre et Hervé Le Guyader aux éditions Belin

Références taxinomiquesModifier