Eugenio Espejo

Francisco Javier Eugenio de Santa Cruz y Espejo[a] (Real Audiencia de Quito, 1747-1795) était un pionnier médical, écrivain et avocat d'origine métis dans l'Équateur colonial.

BiographieModifier

Scientifique notable, hygiéniste, journaliste et écrivain, il est surtout considéré rétrospectivement comme un polémiste qui a inspiré le mouvement indépendantiste à Quito, l'une des figures les plus importantes de l'Équateur colonial. Il a été le premier journaliste et hygiéniste de Quito. En tant que journaliste, il a diffusé les idées du Siècle des Lumières dans la Real Audiencia. Comme hygiéniste, il a composé un important traité sur les conditions sanitaires dans l'Équateur colonial qui comprenait intéressantes remarques sur les micro-organismes et la propagation de maladies.

Espejo est apprécié de son vivant comme satiriste : ses ouvrages satiriques, inspirés par la philosophie du Siècle des Lumières, critiquent le manque d'éducation de la Real Audiencia de Quito, de la façon dont l'économie était traitée dans l'Audiencia, la corruption de ses autorités, et les aspects de sa culture en général. En raison de ces œuvres, il a été persécuté et finalement emprisonné peu de temps avant sa mort.

ŒuvresModifier

  • Sermones para la profesión de dos religiosas (1778)
  • Sermón sobre los dolores de la Virgen (1779)
  • Nuevo Luciano de Quito (1779)
  • Marco Porcio Catón o Memorias para la impugnación del nuevo Luciano de Quito (1780)
  • Carta al Padre la Graña sobre indulgencias (1780)
  • Sermón de San Pedro (1780)
  • La Ciencia Blancardina (1781)
  • El Retrato de Golilla (Attributed, 1781)
  • Reflexiones acerca de un método para preservar a los pueblos de las viruelas (1785) Version en ligne (Espagnol)
  • Defensa de los curas de Riobamba (1787)
  • Cartas riobambenses (1787)
  • Representaciones al presidente Villalengua (1787)
  • Discurso sobre la necesidad de establecer una sociedad patriótica con el nombre de "Escuela de la Concordia" (1789)
  • Segunda carta teológica sobre la Inmaculada Concepción de María (1792)
  • Memorias sobre el corte de quinas (1792)
  • Voto de un ministro togado de la Audiencia de Quito (1792) Version en ligne (Espagnol)
  • Sermón de Santa Rosa (1793)

NotesModifier

a. ^  Il y a des divergences sur l'origine des noms de famille "Santa Cruz y Espejo; José del Rosario a déclaré que son père, Luis Espejo, a d'abord été nommé Benítez, a changé son nom de famille à Chusig et enfin à Espejo. Le chercheur équatorienne Alberto Muñoz Vernaza a affirmé que son vrai nom de famille était Espejo et que le nom Chusig (chouette) était un surnom qui Espejo avait à Cajamarca. Selon José del Rosario, le nom de famille "Santa Cruz" a été ajouté: "en raison de la dévotion" (Astuto, Philip L., Eugenio Espejo (1747 - 1795). Reformador ecuatoriano de la Ilustración, p. 73).

RéférencesModifier


SourcesModifier

Sources primairesModifier

  • (es) Philip L. Astuto, Eugenio Espejo (1747 - 1795). Reformador ecuatoriano de la Ilustración, Quito, Casa de la Cultura Ecuatoriana, , 224 p. (ISBN 978-9978-92-241-5)
  • (es) Carlos Freile, Eugenio Espejo y su tiempo, Quito, Abya-Yala, , 1re éd., 71 p. (ISBN 978-9978-04-266-3, lire en ligne)

Sources secondairesModifier

  • Édouard Clavery Trois précurseurs de l'indépendance des démocraties sudaméricaines : Miranda, 1756-1816, Nariño, 1765-1823, Espejo, 1747-1795, Paris, 1932, Imprimerie Fernand Michel, 1932, 192 p.