Ouvrir le menu principal

Euclidia glyphica, la Doublure jaune, est une espèce de lépidoptères de la famille des Noctuidae assez répandue en France.

Sommaire

DénominationModifier

La Doublure jaune prend les noms vernaculaires de Braune Tageule en Allemagne, de Burnet Companion au Royaume-Uni et en Irlande et de Bruine daguil aux Pays-Bas.

DescriptionModifier

  • Imago : les ailes antérieures de l’adulte sont de couleur brune et ornées de trois bandes transversales. Les ailes postérieures sont jaunes ou jaune orangé rehaussées de bandes brunes. Au verso, les ailes sont jaune orangé. Pas de dimorphisme entre mâles et femelles. Envergure: de 25 à 30 mm.
  • Nymphe : brune, elle est posée à même le sol.
  • Chenille : la chenille de couleur brune mesure jusqu’à 40 mm de long, elle est grêle et totalement glabre. Le tégument est crème avec des bandes longitudinales brunes. On peut la confondre avec celle du M noir (Euclidia mi).
  • Œufs : vert clair, ils sont pondus sur les plantes hôtes.
 
Doublure jaune : accouplement

BiologieModifier

Période de vol et hivernationModifier

La doublure jaune produit deux générations par an (vol de fin avril à juillet, puis de fin juillet à fin août). Les chenilles éclosent en juin, puis en septembre-octobre. La nymphe hiverne à même le sol. Quoique morphologiquement semblable à des papillons de nuit, cette noctuelle adulte est active durant la journée et cesse toute activité à la tombée de la nuit.

Plantes hôtes et biotopeModifier

La chenille est essentiellement présente sur les fabacées (lotiers, trèfles, luzernes…)[1],[2].

Écologie et distributionModifier

Ce papillon est présent en Afrique du Nord, en Europe et dans tout le nord de l'Asie, notamment en Sibérie[1]. Présent dans les prairies des zones tempérées européennes, il est également signalé dans le nord de l'Italie, en Scandinavie, en Suisse, en Belgique et en Europe de l'Est (Moldavie et Roumanie).

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Article connexeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  • Collectif d'entomologistes amateurs, Guide des papillons nocturnes de France, Paris, Delachaux et Niestlé, , 288 p. (ISBN 978-2-603-01429-5), p. 101 n° 902.
  • D.J. Carter et Brian Hargreaves, Guide des chenilles d'Europe, Paris, Delachaux et Niestlé, , 311 p. (ISBN 978-2-603-01444-8), p. 241