Emma (auteure)

auteure et dessinatrice française

Emma est une dessinatrice féministe[1],[2], auteure de bande dessinée et ingénieure informatique française. Elle a contribué à populariser le concept de charge mentale en France.

Emma
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
AubeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Domaine
Mouvement
Blog officiel

BiographieModifier

Jeunesse et débutsModifier

Emma est élevée par deux parents professeurs de mathématiques dans un village de 400 habitants près de Troyes. Après un baccalauréat ES[évasif] et un diplôme d'études universitaires générales de langues, elle passe un brevet de technicien supérieur en informatique puis rejoint une école d'ingénieurs[Laquelle ?][réf. nécessaire] ; après ses études, elle travaille en tant qu'ingénieure informatique. En mars 2016, elle ouvre son blog dessiné Emmaclit où elle publie des planches pour aborder des sujets tels que les violences policières, le racisme et les rapports de domination[3]. Elle souhaite ne pas divulguer son nom de famille afin de plus facilement retrouver du travail mais se laisse photographier à visage découvert.

Notoriété auprès du grand publicModifier

En juillet 2017, son article « Fallait demander » devient viral sur les réseaux sociaux[réf. nécessaire] et met en lumière le concept de charge mentale en France. À la suite de la publication de sa bande dessinée, la question de l'organisation du travail domestique dans les couples hétérosexuels est abordée dans de nombreux journaux généralistes[4]. Sa bande dessinée est ensuite traduite en anglais, allemand, italien et japonais et publiée avec d'autres articles dans le recueil Un autre regard.

Emma ne se revendique pas comme illustratrice et assume la dimension peu esthétique de ses dessins : « On n'achète pas mes livres parce qu'ils sont beaux mais parce qu'ils sont parlants[5]. »

Emma continue de poster sur son blog des planches sur des sujets de politique ou de société. En 2018, elle publie un troisième tome de bandes dessinée sur la charge émotionnelle[6] qui consiste à anticiper et couvrir les besoins émotionnels de son entourage, concept théorisé par la sociologue américaine Arlie Russell Hochschild dans les années 1980[7].

ŒuvresModifier

  • 2017 : Un autre regard. Trucs en vrac pour voir les choses autrement, Paris, Massot éditions, 110 pp. (ISBN 979-1097160036).
  • 2017 : Un autre regard 2, Paris, Massot éditions, 112 pp. (ISBN 979-1097160241).
  • 2018 : La Charge émotionnelle et autres trucs invisibles, Paris, Massot éditions, 112 pp. (ISBN 979-1097160357).
  • 2019 : Un autre regard sur le climat, Paris, Massot éditions, 94 pp. (ISBN 979-10-97160-82-1).
  • 2019 : Des princes pas si charmants. Et autres illusions à dissiper ensemble, Paris, Massot éditions, 111 pp. (ISBN 9791097160982).

RéférencesModifier

  1. https://www.francetvinfo.fr/culture/bd/emma-la-blogueuse-feministe-dessine-pour-que-ca-change_3301331.html
  2. Emeline Cazi, « Le succès d’Emma, la dessinatrice qui défend un féminisme du quotidien », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  3. « Après la charge mentale, Emma s'attaque à la répartition travail/famille dans les couples », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le 16 octobre 2018)
  4. « Charge mentale : « Emma rend compte avec humour de la profondeur du vécu des femmes » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 octobre 2018).
  5. « Emma, la dessinatrice qui a révélé la charge mentale », La Tribune de Genève,‎ (lire en ligne, consulté le 20 octobre 2018)
  6. « Qu'est-ce que la « charge émotionnelle » ? », RTL.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 octobre 2018).
  7. « Charge mentale, l'inattendu retour », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 octobre 2018).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • L.Br., « Féminisme : La « charge mentale » expliquée en BD cartonne sur les réseaux sociaux », 20 Minutes,‎ (lire en ligne)
  • Emma (interviewée) et Fabrice Pouliquen, « Un autre regard sur le climat : « En faisant cette BD, j’ai dû faire une pause tant ce que j’apprenais me déprimait », raconte Emma », 20 Minutes,‎ (lire en ligne).

Liens externesModifier