Ouvrir le menu principal

Eikonoklastes

livre de John Milton

Eikonoklastes
Image illustrative de l’article Eikonoklastes
Page de titre de l'édition originale.

Auteur John Milton
Pays Grande-Bretagne
Genre Pamphlet
Version originale
Langue Anglais
Titre Eikonoklastes: in answer to a book intitled, Eikōn basilikē, the portraiture of his sacred Majesty in his solitudes and sufferings
Lieu de parution Londres
Date de parution octobre 1649

Eikonoklastes (en grec ancien : εἰκονοκλάστης, soit « iconoclaste »), sous-titré in answer to a book intitled, Eikōn basilikē, the portraiture of his sacred Majesty in his solitudes and sufferings (« en réponse au Portrait de Sa Sacrée Majesté dans Ses Solitudes et Souffrances »), est un essai de John Milton publié en octobre 1649.

Commandé par le Parlement d'Angleterre, il constitue une justification de l'exécution roi d'Angleterre Charles Ier en janvier 1649, en réponse à l’Eikon Basilike, un ouvrage autobiographique posthume attribué au roi (et plus tard également à ses conseillers), où se dernier défend sa politique et la royauté, et qui lui fait acquérir un statut de martyr. Milton choisit le titre d'iconoclaste en référence à ce statut, et cherche dans ce livre à contrer les arguments royalistes.

Sommaire

ContexteModifier

Le Parlement d'Angleterre fait la commande à Milton d'une réponse au Eikon Basilike publié à la mort du roi Charles Ier en 1649, à qui est attribué l'ouvrage. Le tract se veut une argumentation officielle du gouvernement du Commonwealth d'Angleterre.

L’Eikon Basilike est publié juste après l'exécution du souverain et fait de lui le portrait d'un roi martyr. L'ouvrage a d'abord été écrit par le roi puis retravaillé par ses conseillers à des fins politiques : on voulait réveiller le sentiment royaliste du peuple, en opposition au gouvernement du Commonwealth. L'œuvre étant devenue très populaire, trente-cinq éditions en ont été publiées la première année, d'où la réaction du Parlement.

L'approche de Milton est différente de celle de l’Eikon Basilike : au lieu de faire appel au sentiment populaire, l'œuvre de Milton est minutieusement argumentée et essaie de répondre à chacun des points de l’Eikon[1],[2].

Milton pensait certainement que Eikon Basilike avait créé une fausse idole et il a cherché à la détruire avec la vérité[3]. Eikonoklastes, dont le titre complet est Eikonolastes in Answer to a Book Intitl'd Eikon Basilike, The Portrature of his Sacred Majesty in his Solitudes and Sufferings est publié puis réédité une fois en octobre 1649, et enfin une autre version d'un plus grand format en 1650. L'ouvrage a été traduit en latin et en français.

En 1651, une réponse au Eikonoklastes est publiée sous le titre Eikon Aklastos (« L'icône intact »)[4]. Elle a été écrite par Joseph Jane (en), partisan royaliste[5].

ContenuModifier

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en anglais intitulée « Eikonoklastes » (voir la liste des auteurs).

  1. Dobranski 1999, p. 15.
  2. (en) Holly Faith Nelson et Jim Daems, Eikon Basilike: The Portraiture of His Sacred Majesty in His Solitudes and Sufferings: with Selections from Eikonoklastes, (lire en ligne), p. 19–20.
  3. Raymond 2003, p. 206.
  4. Zwicker 1993, p. 37.
  5. Peacey 2004, p. 107.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (en) Dennis Danielson, The Cambridge Companion to Milton, Cambridge, Cambridge University Press, (lire en ligne).
    • (en) Thomas Corns, « Milton's prose », dans Dennis Danielson, The Cambridge Companion to Milton, Cambridge, Cambridge University Press, .
    • (en) Stephen Dobranski, « Milton's Social Life », dans Dennis Danielson, The Cambridge Companion to Milton, Cambridge, Cambridge University Press, .
    • (en) Dennis Danielson, « The Fall and Milton's Theodicy », dans Dennis Danielson, The Cambridge Companion to Milton, Cambridge, Cambridge University Press, .
    • (en) Nicholas Von Maltzahn, « Milton's Readers », dans Dennis Danielson, The Cambridge Companion to Milton, Cambridge, Cambridge University Press, .
  • (en) Thomas Corns, A Companion to Milton, Oxford, Blackwell Publishing, (lire en ligne).
    • (en) Martin Dzelzainis, « Republicanism », dans Thomas Corns, A Companion to Milton, Oxford, Blackwell Publishing, .
    • (en) David Loewenstein, « The Radical Religious Politics of Paradise Lost », dans Thomas Corns, A Companion to Milton, Oxford, Blackwell Publishing, .
    • (en) Joad Raymond, « The Literature of Controversy », dans Thomas Corns, A Companion to Milton, Oxford, Blackwell Publishing, .
  • (en) Joseph McDill, Milton and the Pattern of Calvinism, Nashville, The Joint University Libraries, .
  • (en) John Milton, Complete Prose Works of John Milton, vol. III, New Haven, Yale University Press, .
    • (en) John Milton, « Eikonoklastes », dans Prose Works, Westley and Davis, (lire en ligne), p. 273–337.
  • (en) John Milton, Eikon Basilike with selections from Eikonklastes, Peterborough, Broadview Press, (ISBN 978-1-55111-594-8).
  • (en) Richard Helgerson, « Milton Reads the King’s Book: Print, Performance, and the Making of a Bourgeois Idol », Criticism, vol. 29, no 1,‎ , p. 7-9.
  • (en) Jason Peacey, Politicians and Pamphleteers : Propaganda During the English Civil Wars and Interregnum, Burlington, Ashgate, (lire en ligne).
  • (en) Manfred Pfister, A History of English Laughter: Laughter from Beowulf to Beckett and Beyond, Amsterdam, Rodopi, .
  • (en) John Shawcross, John Milton: The Self and the World, Lexington, University Press of Kentucky, .
  • (en) Steven Zwicker, Lines of Authority : Politics and English Literary Culture, 1649–1689, Ithaca, Cornell University Press, (lire en ligne).

Liens externesModifier