Edward Long ( - ) est un administrateur colonial britannique d'origine anglaise et historien, et auteur d'un ouvrage controversé, The History of Jamaica (1774). Il est un défenseur polémique de l'esclavage[1].

Edward Long
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
Nationalité
Activités
Administrateur colonial, juge, propriétaire de plantationVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Samuel Long (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Mary Tate (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Mary Ballard Beckford (d) (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Edward Beeston Long (d)
Jane Catherine Long (d)
Charlotte Mary Long (d)
Elizabeth Long (d)
Robert Ballard Long
Charles Beckford Long (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Biographie modifier

Long est le quatrième fils de Samuel Long (1700-1757) de Longville, Jamaïque, fils de Charles Long et de son épouse Mary Tate, née le 23 août 1734 à St Blazey, en Cornouailles [1],[2]. Son arrière-grand-père, Samuel Long, est arrivé sur l'île en 1655 en tant que lieutenant dans l'armée de conquête anglaise, et la famille s'est imposée comme faisant partie de l'élite des planteurs gouvernants de l'île [3]. Sa sœur, Catherine Maria Long, épouse Sir Henry Moore, 1er baronnet (gouverneur de la Jamaïque), et Long, en Jamaïque à partir de 1757, devient son secrétaire particulier [1],[4].

En 1752, Long devient étudiant en droit à Gray's Inn et, de 1757 à 1769, il réside en Jamaïque. Au cours de cette période, il explore l'intérieur de la grotte de Riverhead, des grottes de Runaway Bay et de la grotte verte [5]. Il est juge à la cour de vice-amirauté locale et brièvement président de l'Assemblée, élu le 13 septembre 1768 [1].

Long est un membre influent et riche de la société britannique, ainsi qu'un planteur et propriétaire d'esclaves jamaïcain établi. Il s'installe définitivement en Angleterre, en 1769, pour des raisons de santé [1].

Il meurt en 1813. C'est un polygéniste qui prétendait que la race blanche est une espèce différente de la race noire [6].

Histoire de la Jamaïque modifier

L' Histoire de la Jamaïque de Long, publiée pour la première fois en 1774 en trois volumes mais de nouveau dans les années 1970[7], est son œuvre la plus connue. Ce livre donne un compte rendu politique, social et économique avec un aperçu de l'île, paroisse par paroisse de 1665 à 1774 [8]. C'est un livre complet, mais il contient certaines des descriptions les plus virulentes des Jamaïcains et des Africains en général. Le livre contient une description raciste des esclaves noirs américains au siècle des Lumières. De la même manière que ses contemporains, la description de la race par Long en parle comme d'un "état naturel" par rapport à la période romantique [9].

Famille modifier

En 1758, Long épouse Mary, fille de Thomas Beckford qui est le frère de Peter Beckford le jeune et veuve de John Palmer de 'Springvale' en Jamaïque. Ils ont trois fils et trois filles[10],[11] :

  • Edward Beeston, qui épouse Mary, fille du député John Thomlinson [12]
  • Catherine, qui épouse Richard Dawkins, fils de Henry Dawkins, député de Standlynch [13]
  • Charlotte, qui épouse en 1791 Sir George Pocock, 1er baronnet, député [14]
  • Elizabeth, qui épouse en 1801 le député Henry Howard-Molyneux-Howard [15]

Après la naissance de leur quatrième enfant en 1769, la famille retourne en Angleterre[8]. Des jumeaux sont nés en 1771 à Chichester[10] :

Edward Long est décédé à Arundel Park, dans le Sussex, siège de son gendre Henry.

Références modifier

  1. a b c d et e (en) « Long », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press (lire en ligne  )
  2. John Burke, A Genealogical and Heraldic History of the Commoners of Great Britain and Ireland Enjoying Territorial Possessions or High Official Rank: But Uninvested with Heritable Honours, Colburn, , 166–7 (lire en ligne)
  3. leMercier duQuesnay, Frederick. The Longs of "Longville". 1964. 25 August 2006. <« Archived copy » [archive du ] (consulté le )>.
  4. Vincent Brown, Tacky's Revolt: The Story of an Atlantic Slave War(Cambridge, Massachusetts: Harvard University Press, 2020), p. 13.
  5. Jamaican Caves. The Underground World of Jamaican Caves - Part II (Guidance Part VI) 2003. 25 August 2006. <http://www.jamaicancaves.org/article_2.htm>.
  6. Eviatar Zerubavel, Time Maps: Collective Memory and the Social Shape of the Past, 2003 p. 70
  7. Open2.net. History. 2006. 25 August 2006. <http://www.open2.net/historyandthearts/history/books_weblinks.html>.
  8. a et b The History of Jamaica, McGill Queen's University Press, 2003.
  9. Kitson, P. J., and D. Lee, Institute of Historical Research. Slavery, Abolition and Emancipation: Writings in the British Romantic Period (eight vols). 1999. 25 August 2006. <http://www.history.ac.uk/reviews/paper/johnmar.html>.
  10. a et b John Burke, A Genealogical and Heraldic History of the Commoners of Great Britain and Ireland Enjoying Territorial Possessions Or High Official Rank: But Uninvested with Heritable Honours, Colburn, (lire en ligne), 167
  11. John Burke, A Genealogical and Heraldic History of the Commoners of Great Britain and Ireland Enjoying Territorial Possessions Or High Official Rank: But Uninvested with Heritable Honours, Colburn, (lire en ligne), 679
  12. Debrett's Peerage of the United Kingdom of Great Britain and Ireland, G. Woodfall, (lire en ligne), p. 423
  13. « Dawkins, Henry (1728–1814), of Over Norton, Oxon. and Standlynch, Wilts., History of Parliament Online » (consulté le )
  14. « Pocock, George (1765–1840), of Twickenham, Mdx. and Hart, co. Dur., History of Parliament Online » (consulté le )
  15. « Howard Molyneux Howard, Lord Henry Thomas (1766–1824), of Thornbury Castle, Glos., History of Parliament Online » (consulté le )

Liens externes modifier