Dystocie

difficulté, essentiellement mécanique, qui peut survenir lors d'un accouchement

La dystocie désigne la difficulté, essentiellement mécanique, qui peut survenir lors d'un accouchement.

La dystocie peut être d'origine maternelle, c'est-à-dire due à une anomalie chez la parturiente. Elle peut également être liée au fœtus.

Dystocies d'origine maternelleModifier

Les principales dystocies d'origine maternelle sont les suivantes :

  • la dystocie dynamique due à une anomalie de la contraction de l'utérus ; elle représente plus de 50 % des causes d’accouchement dystocique[1].
  • la dystocie cervicale qui se situe au niveau du col de l'utérus et provient le plus souvent d'une rigidité secondaire à une anomalie de la contraction de l'utérus lui-même, ou d'une agglutination du col qui refuse de s'ouvrir ;
  • la dystocie par obstacle qui est due à la présence d'une tumeur s'opposant à la descente du fœtus, empêchant ainsi sa progression ;
  • le placenta praevia qui est l'insertion basse du placenta, constituant une forme de dystocie gênant l'expulsion du fœtus et nécessitant une césarienne ;
  • la dystocie osseuse, qui est due à un bassin déformé ou trop petit.

Dystocies du fœtusModifier

Les principales dystocies du fœtus sont :

BibliographieModifier

Patrick Rozenberg, Manœuvres obstétricales, Paris 1993, ed. Masson, 94 p.

Désiré-Josdeph Joulin Des Cas de dystocie appartenant au fœtus, Paris, 1863, 127 p. lire en ligne sur Gallica

Notes et référencesModifier

  1. D. Gallot, « Dystocie dynamique : où en sommes-nous ? », sur gynecologie-pratique.com,