Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Deuxième éclipse mérinide

(Redirigé depuis Deuxième éclipse Mérinide)

Cette période a été marquée par l'instabilité de la dynastie mérinide. Les vizirs tentèrent à plusieurs reprises d'imposer un souverain fantoche. Dans le même temps l'empire est scindé entre deux capitales Marrakech et Fès.

  • Muhammad as-Sa`îd[1] est présenté comme héritier de son père Abû Fâris `Abd al-`Azîz à l'âge de 5 ans, en 1372. Il ne régna pas. Il est mort en 1373.
  • Abû al-`Abbâs[2] soutenu par Mohammed V al-Ghanî sultan nasride de Grenade prit la succession en 1374. Mais après dix ans, ce même Nasride qui l'avait soutenu le contraignit à l'exil tandis que son vizir était assassiné. En 1384, il mit sur le trône Mûsâ, un infirme incapable fils de Abû `Inân Fâris.
  • Abû Fâris Mûsâ ben Fâris[3] est né à une date inconnue. Il assura une sorte d'intérim pendant le règne de Abû al-`Abbâs de 1384 à 1386. Mûsâ est mort en 1387.
  • Al-Wathiq[4] est né à une date inconnue. Assura la deuxième partie de l'intérim dans le règne de Abû al-`Abbâs de 1386 à 1387.
  • Abû Zayd `Abd ar-Rahman[5] est né à une date inconnue. Pendant le règne de Abû al-`Abbâsl à Fès il régna sur Marrakech de 1384 à 1387.
  • Abû al-`Abbâs parvint, en 1387, à reprendre le pouvoir aux vizirs. Le Maroc connut à nouveau six ans de tranquillité bien que Abû al-`Abbâs ait profité de cette période pour reconquérir Tlemcen et Alger. Les troubles qui suivirent sa mort soudaine à Taza (1393) permirent aux souverains chrétiens de porter la guerre au Maroc.

NotesModifier

  1. arabe : muḥammad as-sa`īd ben `alīy `al-`azīz, محمد السعيد بن عبد العزيز
  2. arabe : abū al-`abbās aḥmad ben aḥmad, أبو العباس أحمد بن أحمد
  3. arabe : abū fāris mūsā ben fāris, أبو فارس موسى بن فارس
  4. arabe : al-watīq, الوثيق en qui on peut avoir confiance
  5. arabe : abū zayd `abd ar-raḥman ben abī iflūsun, أبو زيد عبد الرحمن بن أبي إفلوسن

SourcesModifier

  • JULIEN, Charles-André, Histoire de l'Afrique du Nord, des origines à 1830, édition originale 1931, réédition Payot, Paris, 1994
  • Le site en arabe http://www.hukam.net/

Voir aussiModifier