Demon Fuzz est un groupe de rock psychédélique britannique, originaire d'Angleterre. Il est formé en 1968 et séparé en 1972. Le nom du groupe signifie « enfants du diable ou mauvais policiers »[1].

Demon Fuzz
Autre nom Blue Rivers and the Maroons
Pays d'origine Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Funk, rock psychédélique
Années actives 19681972
Labels Dawn Records
Composition du groupe
Anciens membres Paddy Corea
Ray Rhoden
Sleepy Jack Joseph
Smokey Adams
Steven John
Winston Raphael Joseph
Clarence Crosdale
Ayinde Folarin

Ils jouent d'abord de la musique soul, mais changent de style à la suite d'un voyage au Maroc[2] décrit comme un mélange de funk, rock psychédélique, de jazz et de musique africaine.

Biographie

modifier

Le groupe signe avec Dawn Records, label de Pye Records, avec lequel sort un premier album studio, Afreaka!. La reprise de la chanson I Put a Spell on You est incluse en 1971 dans le sampler The Dawn Take-Away Concert (numéro de catalogue DNLB 3024). Commercialisé au prix de 99 pence, l'album comprend également des chansons de Mungo Jerry, Comus, The Trio, Heron, Paul Brett's Sage, Mike Cooper, Atlantic Bridge, Jackie McAuley, Bronx Cheer, John Surman, John McLaughlin, Dave Holland, Stu Martin, Karl Berger et le Be-Bop Preservation Society. Un maxi-single de Demon Fuzz est publié par Nippon Columbia autour de 1971[3], qui est plus tard mis à disposition sous forme de CD.

Afreaka! est distribué aux États-Unis par Janus[4]. Il atteint la quatrième place du classement Billboard en [5]. Toujours en 1971, le morceau Hymn to Mother Earth est inclus dans la compilation WDAS-FM[6].

En 1976, après que la séparation du groupe, leur deuxième album, Roots and Offshoots, est auto-édité sous le label Paco Media Inc. aux États-Unis[7].

La compilation From Calypso to Disco: The Roots of Black Britain, publiée en 1999, inclut leur morceau Message to Mankind[8]. Aussi, leur performance de Misery est inclus dans la compilation Paint It Black: Kaleidoscopic Funk Collision, publiée en 2002 par Harmless Records (également publié comme un ensemble à double LP)[9]. En 2003, le label Get Away réédite le sampler de Dawn Records en version vinyle en Italie. Au XXIe siècle, une autre en s'appuyant sur le vinyle est faite par Janus sous le même numéro de catalogue que l'édition 1971.

Trois rééditions CD de Afreaka sont produites, et incluent les trois morceaux issus du maxi-single de 1970 en bonus ; au Japon, un double CD (12-cm et de 8 cm) dans un gatefold douille de papier a été faite par Arcangelo en 2004[10], sur le Castle Music label en 2005[1], et au Royaume-Uni par le Esoteric Recordings label en 2009. Roots and Offshoots est réédité en CD en 2006, toujours sous le Paco Inc médias. / Canouan Music Inc.

Performances

modifier

Le groupe est favorisé par une agence à Londres appelée The Red Bus Company, qui a également signé avec Mungo Jerry, Mike Cooper, Titus Groan, et Wildmouth[11], qui a organisé pour eux de se présenter à un concert du Hollywood Music Festival en , organisé près de Newcastle-under-Lyme, en Angleterre[12].

Ils jouent au Phun City Festival à Worthing[13]. En novembre 1970, le groupe joue une série de concerts intitulée A Penny Concert avec Titus Groan, Heron et Comus[14]. À cette période, ils jouent notamment au Marquee Club.

Ils sont annoncés au programme de télévision Disco 2 sur la BBC, produit par Stephen Clive Turner[15], apparition pour laquelle le présentateur se verra proposé 25 pounds pour qu'ils y jouent. Il refusera et sera renvoyé. Par la suite, le tabloïd News of the World publie un article sur l'événement[16].

Membres

modifier
  • Paddy Corea - arrangement, coordination, flûte, saxophone, congas
  • Ray Rhodes - piano, orgue
  • Sleepy Jack Joseph - basse
  • Smokey Adams - chant
  • Steven John - batterie
  • W. (Winston) Raphael Joseph - guitare
  • Clarence Crosdale - trombone
  • Ayinde Folarin - congas sur Afreaka!

Discographie

modifier

Bibliographie

modifier
  • (en) Corbett, John. Afreaka!: Demon Fuzz DownBeat 71. 1 (): 18.
  • (en) Thompson, Ben. Pop: Demon Fuzz: Afreaka!, The Sunday Telegraph : p. 36.

Notes et références

modifier
  1. a et b (en) « Demon Fuzz », Wax Poetics, (consulté le )
  2. (en) « DemonFuzz », Beat Instrumental & International Recording Studio, no 93,‎ , p. 18 (lire en ligne, consulté le )
  3. (en) « International News Reports from the Music Capitals of the World », Billboard,‎ , p. 51 (lire en ligne, consulté le )
  4. (en) « New LP/Tape Releases », Billboard,‎ , p. 52 (lire en ligne, consulté le )
  5. (en) « 4-STAR », Billboard,‎ , p. 51 (lire en ligne, consulté le )
  6. (en) Kim Simpson, « EARLY '70S RADIO: The WDAS-FM Black Rock LP », Early70sradio.com, (consulté le )
  7. (en) « Demon Fuzz », sputnikmusic (consulté le ).
  8. (en) Dave Thompson, « From Calypso to Disco: The Roots of Black Britain - Various Artists : Songs, Reviews, Credits, Awards », AllMusic, (consulté le )
  9. (en) « Paint It Black - Kaleidoscopic Funk Collision Dble LP. Buy Cheap from the Freak Emporium », the Freak Emporium. (consulté le )
  10. (en) « DEMON FUZZ / デモン・ファズ + シングル », diskunion (consulté le )
  11. (en) Amusement Business, vol. 82, Billboard Publications, (ISSN 0003-2344, LCCN 63057670, lire en ligne)
  12. (en) « Hollywood Music Festival 1970 », Ukrockfestivals.com (consulté le ).
  13. (en) David A. Carson, Grit, Noise, & Revolution : The Birth of Detroit Rock 'n' Roll, Ann Arbor, Mich., University of Michigan press, , 376 p. (ISBN 0-472-03190-2, lire en ligne), p. 251
  14. (en) « Heron - Music Biography, Credits and Discography », AllMusic (consulté le )
  15. (en) « Three in England Fined $250 Each in Payola Case », Billboard, no Vol. 86, No. 22,‎ , p. 42 (ISSN 0006-2510, lire en ligne, consulté le )
  16. (en) Michael Cable, The pop industry inside out, Allen, , 228 p. (ISBN 978-0-491-02381-8, LCCN 78304025, lire en ligne), p. 108

    « [...]to accept money—albeit only a miserable £25—for featuring a group called Demon Fuzz on his BBC 2 show Disco 2. Turner—who had already confessed this to the BBC and been fired before the News of the World exposé was published—never actually took the money although the group did indeed appear on[...] But it nevertheless remained a fact that Demon Fuzz had been carefully selected by the News of the World specifically because[...] Even more important in minimising the impact of the News of the World's payola revelations was the inevitable[...] »

Liens externes

modifier