Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Daewoo et K11.

K11
Image illustrative de l'article Daewoo K11
Présentation
Pays Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Type arme polyprojectiles
semi-automatique
automatique
rafale de 3 coups
lance-grenades airburst 20 mm intégré
Munitions 5,56 × 45 mm Otan
Fabricant S&T Daewoo
Période d'utilisation 2009
Poids et dimensions
Masse (non chargé) 6.1kg (sans chargeur, ni batterie)
Longueur(s) 860 mm
Caractéristiques techniques
Mode d'action emprunt de gaz
culasse rotative
Portée pratique 300 m (5.56 mm NATO)
500 m (20 mm HEAB)
Vitesse initiale 200 m/s (20 mm HEAB)
Capacité 20 à 30 cartouches et 5 grenades

Le K11 est un fusil d'assaut sud-coréen avec lance-grenades bullpup intégré, équivalent des projets français PAPOP (PolyArme POlyProjectiles) et américain Objective Individual Combat Weapon, en particulier du projet abandonné de développement du XM29 OICW.

HistoriqueModifier

Le K11 est en production depuis 2009, et équipe progressivement l'armée de la Corée du Sud depuis 2010. Sa conception a duré de 2000 à 2008. Il remplacera partiellement lele Daewoo K2. Son coût est de 14 000 $. En 2014, 4 000 exemplaires ont été construits.

DescriptionModifier

 
Un K11 en 2009.

Conçu par S&T Daewoo, ADD, il est équipé d'un lance-grenades bullpup intégré à culasse à verrou qui se recharge manuellement à partir d'un chargeur pouvant contenir 5 coups, comme un chargeur à cartouches classique.

L'arme est équipée d'une lunette de visée jour (c'est-à-dire sans intensificateur de lumière) mais avec une caméra thermique pour le tir de nuit sur cible d'où émane une chaleur, un télémètre laser ainsi qu'un calculateur de tir permettant de programmer les grenades pour qu'elles explosent au-dessus des cibles afin de créer une gerbe d'éclats la plus létale possible (effet airburst)[1].

SourcesModifier

Liens internesModifier

Liens et références externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Raids (magazine), N°273, février 2009, Le fusil d'assaut sud-coréen K11, par Antoine Alcaraz, p.63