Décompacteur

Un décompacteur est un outil agricole tracté utilisé pour le travail profond du sol. Il est destiné à décompacter (aérer les sols trop compactés) et à casser les semelles de labour quand elles existent. Il passe avant les opérations d'ameublissement et l'implantation de la culture si la terre est tassée en profondeur[1]. Il est généralement équipé de dents rigides, le plus souvent droites appelées dents « chisel »[2] d'où son appellation occasionnelle de chisel.

Décompacteur

UtilisationModifier

Un décompacteur est un outil tracté composé de dents en acier écartées de 60 à 80 centimètres et reliées à un bâti en acier. La profondeur de travail varie de 30 à 40 centimètres en fonction de la zone à décompacter.

Les dents s'enfoncent profondément dans la terre pour aérer le sol en le soulevant, mais sans retourner les horizons pédologiques.

Il peut être muni d'un soc spécial dit « dent Jallu » ayant une triple fonction :

  • fendre la terre (sans la retourner) ;
  • casser la semelle de labour avec une pointe triangulaire perpendiculaire à la lame qui fend le sol ;
  • disloquer pour l'ameublir le haut de la semelle de labour et le bas de la couche antérieurement labourée, grâce à partie arrière de la pointe élargie en forme d'aileron.

Le décompacteur en fragmentant le sol tassé ou asphyxié en profondeur permet aux racines d'y pénétrer à nouveau et de mieux s'y développer, échappant ainsi aux effets de sécheresse de surface, et restaurant l'humus et la matière organique perdue avec le labour.

L'abandon du système de culture traditionnel (labour) impose de travailler le sol en profondeur le temps qu'il se reconstitue.

Le décompacteur peut être utilisé combiné à une herse rotative pour ne faire qu'un passage au lieu de deux et ainsi économiser du fioul et diminuer l'impact du tassement par le tracteur.

Des outils spéciaux[3] ont été adaptés aux zones plus humides ou plus sèches (Sahel par exemple, où le labour est impossible et où la traction animale ne permet pas de disposer de la puissance d'un tracteur dont le poids pourrait par ailleurs dégrader les sols superficiels fragiles et pauvres).

PréventionModifier

L'origine du compactage peut être la trop forte pression exercée par les engins agricoles lors du passage sur les terres. Pour éviter une compression du sol à plus de 30 cm de profondeur, il est nécessaire de ne pas dépasser les 6 tonnes par essieu sur sol humide, ou 10 tonnes sur sol sec. Le compactage est beaucoup plus important au premier passage d'un engin (70%), les passages suivants au même endroit causent aussi des dégâts mais moins conséquents.

Le compactage des sols a pour conséquence de réduire le volume des racines. Cela a un impact important sur les rendements agricoles qui peuvent décroître de près de 30% dans le blé[4].

EntretienModifier

Le décompacteur demande très peu d'entretien. Si un rouleau est présent à l'arrière, il suffit de graisser les axes. Pour l'hivernage, il est conseillé de le nettoyer et d'enduire de graisse les dents avant de le mettre à l'abri pour éviter qu'il rouille.

PrixModifier

Selon la marque et la taille, un décompacteur coûte de 8 000 à 15 000 euros.

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Décompacteur », sur AgroParisTech, (consulté le )
  2. Ciseau en ancien français et anglais (wiktionnaire)
  3. Exemple illustré par la FAO, pour les zones arides
  4. En grandes cultures, ils luttent contre la compaction du sol, paysan-breton.fr