Rue Molière (Paris)

rue de Paris, France

1er arrt
Rue Molière
Voir la plaque.
Voir la photo.
La rue en juin 2021.
Situation
Arrondissement 1er
Quartier Palais-Royal
Début 6, avenue de l’Opéra
Fin 1, rue Thérèse, 1 et 37, rue de Richelieu
Morphologie
Longueur 161 m
Largeur 10 m
Historique
Dénomination Décret du 27 février 1867
Ancien nom Rue de la Brasserie
rue du Bâton-Royal
rue Traversière
rue Traversine
rue Traversante
rue Traversière-Saint-Honoré
rue de la Fontaine-Molière
Géocodification
Ville de Paris 6334
DGI 6407
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Molière
Géolocalisation sur la carte : 1er arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 1er arrondissement de Paris)
Rue Molière
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Molière est une rue du centre de Paris, dans le 1er arrondissement.

Situation et accèsModifier

 
Plaque de la rue.

Elle part de l'avenue de l'Opéra, près de la Comédie-Française, et se termine à la rue de Richelieu, carrefour où trône une fontaine avec une statue de Molière.

Le quartier est desservi par les lignes     à la station Pyramides et par les lignes de bus RATP 273995.

Origine du nomModifier

 
Molière, portrait attribué à Nicolas Mignard (1658).

La dénomination de la voie est un hommage à Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (1622-1673)[1], dramaturge, comédien et chef de troupe de théâtre français, le plus joué et le plus lu des auteurs de comédies de la littérature française.

HistoriqueModifier

Elle a porté plusieurs noms, dont « rue de la Fontaine-Molière » en 1843, « rue Traversière-Saint-Honoré », plus anciennement « rue Traversière », « rue Traversine » ou « rue Traversante », et en 1625, « rue de la Brasserie », en raison que la maison dite « de la Brasserie » était située dans le cul-de-sac de la Brasserie tout proche, puis « rue du Bâton-Royal », avant de prendre son nom actuel, en 1867[2],[1].

La rue a été amputée par les percements de l'avenue de l'Opéra et de la rue de l'Échelle opérés sous le Second Empire. Jusqu'au milieu du XIXe siècle, elle s'étendait jusqu'à la rue Saint-Honoré. Typique du vieux Paris, la rue était alors sale et habitée par des gens peu recommandables ; Balzac en fait cette description :

« La rue Traversière-Saint-Honoré n'est-elle pas une rue infâme ? Il y a là de méchantes petites maisons à deux croisées, où, d'étage en étage, se trouvent des vices, des crimes, de la misère. »

— Honoré de Balzac, Ferragus, Revue de Paris, 1833.

Durant les Trois Glorieuses (1830), la voie fut le théâtre d'affrontement entre les insurgés et la troupe.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  • Fontaine Molière.
  • À un numéro inconnu se trouvait en 1835 la Société académique des enfants d'Apollon qui s'occupait principalement de musique[3].
  • No 5 : Emplacement du abaret « Chez Agnès Capri » ou se sont produit à leur début Les Quatre Barbus.
  • No 6 : collège Jean-Baptiste-Poquelin (Jean-Baptiste Poquelin est le véritable nom de Molière). Ce collège ne doit pas être confondu avec le collège-lycée Molière du 16e arrondissement.
  • No 10 : façade arrière de l'hôtel Dodun.
  • No 14 : le Takara, le plus ancien restaurant japonais de Paris, fondé par Takumi Ashibe en 1958[4].
  • No 37 : immeuble dans lequel est né l'écrivain Paul Léautaud en 1872 (partie de la rue démolie quelques années plus tard pour les travaux de l'avenue de l'Opéra).

Notes et référencesModifier

  1. a et b Bernard Stéphane, Dictionnaire des noms de rues, Paris, Mengès, , nouvelle éd. (ISBN 978-2-8562-04-832), p. 488-489
  2. « Rue Molière », Nomenclature des rues de Paris, www.v2asp.paris.fr
  3. Statistique des beaux-arts en France, annuaires des artistes français, Paris, 1835, p. 7.
  4. Frédéric Lacroix pour Guide Restaurants et voyages du monde, 3 mars 2016.

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier