Colette Brogniart

écrivaine française

Colette Brogniart, née le à Paris XXe, est une écrivaine française. Ses écrits couvrent tous les champs littéraires : romans, nouvelles, poèmes, livres d’artistes en collaboration avec des plasticiens, essais sur l'œuvre de Léo Ferré - travaux qui furent prolongés par des conférences et des émissions de radio. Depuis 2016, elle anime un blogue littéraire.

Colette Brogniart
Image dans Infobox.
Colette Brogniart - Salon du livre de Balma avril 2006
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (71 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web

FormationModifier

Des études techniques lui permettent de travailler dès l’âge de vingt ans comme maître auxiliaire dans l’éducation nationale tout en menant des études littéraires à l'Université Sorbonne-Nouvelle (Paris 3), options théâtre et cinéma. Elle obtient une licence de Lettres modernes. Major au Capet, elle est nommée professeur dans l’Enseignement technique, section techniciens supérieurs.

Après sa licence, elle réalise en 1972 une maîtrise sur l’œuvre de Léo Ferré, première étude universitaire sur ce poète qu'elle a choisi « pour sa révolte et son style qui mêle tous les registres du langage ». Deux aspects qui l’aident à faire le lien entre ses origines modestes et son présent. Mouvement, espace, temps interroge autant les poèmes-chansons que la prose : roman et textes. Après la soutenance, elle le rencontre à l’Olympia pour lui remettre son travail. Quelques mois plus tard, projetant de réaliser une thèse, Léo Ferré lui propose d’assister à l’enregistrement de son nouveau disque : L’Espoir (1973). Elle est présente lors de l'intervention improvisée du violoniste Ivry Gitlis. Léo Ferré l'invite également à suivre répétitions et concerts à l’Opéra comique de Paris (1974).

Dès cette époque, elle écrit des poèmes et quelques nouvelles que le poète apprécie : « Tu écris comme une alouette pleine de tête et de sourire[1] ». Une amitié va se nouer entre eux. Elle le suivra lors de tournées en Europe et au Maghreb, parfois au pupitre des lumières. Pendant dix ans, elle ira régulièrement en Toscane où il réside. À sa demande, elle rédige un texte pour le coffret Léo Ferré chante les poètes Apollinaire, Aragon, Baudelaire, Rimbaud, Verlaine [2].

Sa maîtrise et ce texte seront rassemblés et publiés sous le titre Vienne le temps…[3]. « Cette approche choisit l'étude thématique pour cerner au mieux les mouvements de la création. Et si thématiser c'est isoler et dissocier, c'est aussi inviter au rapprochement et à la fusion[4] ». Colette Brogniart fera à partir de 2010 de nombreuses conférences à travers la France parfois dans les lieux même où le poète-musicien avait chanté. Ainsi en 2013 pour commémorer les 20 ans de sa disparition, elle présentera L'amour révolté à l'Alcazar de Marseille et au Théâtre du Chêne noir d'Avignon[5]. Cette même année, elle écrira Léo Ferré, poète de la chanson pour le Musée des lettres et manuscrits de Paris[6].

Ses premiers manuscrits de romans retiennent l’attention de Paul Guimard qui projetait de créer une maison d’édition avec des amis, ainsi que de Jean-Jacques Pauvert dont les éditions subirent alors une refonte et de Christian Bourgois qui l'encourage et l'oriente vers de jeunes éditeurs. Ses livres seront publiés chez Textimus, Arbouge et La mémoire et la mer.

Depuis l'année 2000, lectures et performances réalisées en divers lieux : Maison de la culture de Cahors, Musée de Cuzal, Abbaye de Marcilhac-sur-Célé, Vieux Collège de Montauban, La guinguette du monde d'Ivry sur Seine, la Chapelle de Fitou, Médiathèques de Biarritz, Gourdon, Lauzès, Labastide-Murat, Saint-Antonin noble val, Salon du livre et de l'image d'Arcambal, Lectures sur mesures...

OuvragesModifier

RomansModifier

  • La Faille (1998) Arbouge Éditions[7].
  • Au lieu-dit (2000) Arbouge Éditions[8].
  • L’Autre Côté (2002) Arbouge Éditions[9].
  • Le livre à l’envers (2005) Arbouge Éditions[10].
  • Pas de Deux (2012) Arbouge Éditions[11].
  • La déshistoire (2016) Arbouge Éditions [12].
  • La solitude des mots (2019) Arbouge Éditions[13].

NouvellesModifier

  • Ombres, Silhouettes et Parenthèses (1991) TexTIMus
  • Aléas (2003) Arbouge Éditions
  • Ricochets (2008) Arbouge Éditions[14]
  • Kaléidoscope (2018) - Arbouge Éditions[15].

EssaisModifier

  • Vienne le temps... (2010) [3].
  • Compositions - Textes sur 16 tableaux de Roseline Chartrain (1996) - Traduit en Anglais et en Allemand.
  • à suivre... (2019) Textes/photos - Arbouge Éditions

Poésie & livres d'artisteModifier

  • Ydice et Phéor La légende de Pech-Merle (2000) - 6 Monotypes de Roseline Chartrain - Arbouge Éditions
  • Si... (2005) - Ouvrage imprimé en sérigraphie sur Velin d'Arches à 125 exemplaires numérotés Éditions Del Arco - Paris
  • Livre au noir - 14 encres de Jean-Luc Nieto - Poème Colette Brogniart (2012) Arbouge Éditions
  • Les Saisons - 4 sérigraphies d'Hélène Périer - Poème Colette Brogniart - Œuvres présentées depuis 2009 sur le dernier totem du parcours Art et Patrimoine  : "Chemain" faisant - Cabrerets (46) .

Autres articles ou événements en lien avec Léo FerréModifier

  • Léo Ferré l'enragé - Le Monde Hors série - Photo Patrick Ullmann - Léo Ferré, Colette Brogniart... à Montreux en 1975 [16]
  • Il est six heure ici… 37 Photos sur Léo Ferré à Castellina in Chianti de Marc Tourland - Préface Ivry Gitlis – Postface Colette Brogniart [17]
  • Les coulisses n° 18 p. 20 à 23 Les copains d'la neuille - Témoignage concert du 25 juin 1976 n° 28 p 11
  • Léo Ferré Les illustres 2020

Conférences animées : chanteurs, musiciens dont Arnaud Méthivier, compositeur et créateur d’événements.

Réalisation et animation d'émissions de radio à Antenne d’Oc Cahors de juin 2017 à décembre 2017 en liaison avec le Festival Léo Ferré[18]

Notes et référencesModifier

  1. Léo Ferré, Les Chants de la fureur, Paris, Gallimard, , 1577 p. (ISBN 978-2-07-014240-8), p. 1366.
  2. Coffret Barclay 92084/89 - 6 vinyles - 1 livret
  3. a et b Colette Brogniart, Vienne le temps..., Monaco, La mémoire et la mer, , 135 p. (ISBN 9-782951-939677).
  4. François André, « Vienne le temps... », Les Copains d'la neuille,‎ automne 2010/hiver 2011 n° 19, p. 18.
  5. Gérard Gelas, « L'amour révolté », Théâtre du chêne noir,‎ , p. 5.
  6. Colette Brogniart, « Léo Ferré, poète de la chanson », Plume,‎ juillet/août/sept. 2013 n° 65.
  7. Michel Camiade, « La grande illusion », Dire Lot,‎ octobre 1999 n° 78
  8. J-L Péribois, « Sur les chemins perdus... », La semaine du Lot,‎ 27 juillet au 2 août 2000 n° 208
  9. L'obsédé textuel, « Les éternels oubliés du Salon », Les clés,‎ 20 au 26 mars 2003 n° 523
  10. Thierry Bouchard, « Entretien - Salon Balma 2006 », Le journal toulousain,‎
  11. G. Venries, « Pas de deux », Le petit journal,‎ 20 juin 2012 n° 361
  12. S. Gratias La Vie Quercynoise n° 3759 - 30 nov. 2017
  13. « Colette Brogniart, toujours attachée à sa plume », sur La Dépêche du Midi, (consulté le )
  14. Ria Calonius, « Ricochets en littérature », La dépêche du midi,‎
  15. Isabelle Esteban, « Fête du livre de Gramat », Le petit journal,‎
  16. Le monde - Hors série - Responsable éditorial Yann Plougastel -, Léo Ferré L'enragé, Paris, Société éditrice du Monde, , 122 p.
  17. Marc Tourland, Il est six heures ici..., Monaco, La mémoire et la mer, , 96 p.
  18. Colette Brogniart, « Radio Léo Ferré du je au nous », sur Colette Brogniart, (consulté le )

Liens externesModifier