Ouvrir le menu principal

Christian Gailly

écrivain français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gailly.
Christian Gailly
Naissance
Paris
Décès (à 70 ans)
Paris
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture français
Mouvement minimaliste
Genres

Œuvres principales

Christian Gailly, né à Paris le et mort dans la même ville le , est un écrivain français.

Sommaire

BiographieModifier

Christian Gailly tente de faire carrière en tant que saxophoniste de jazz, puis d'ouvrir un cabinet de psychanalyste. Il commence à publier au cours des années 1980, grâce notamment à Jérôme Lindon[1],[2],[3].

Son roman L'Incident a été adapté au cinéma par Alain Resnais sous le titre Les Herbes folles en 2009. Un soir au club, lauréat du prix du Livre Inter en 2002, vendu à 170 000 exemplaires, est adapté par Jean Achache[4],[5]. Nuage rouge, paru en 2000, remporte le prix France Culture[5]. Son dernier ouvrage est un recueil de nouvelles, La Roue, et autres nouvelles, publié en janvier 2012.

Christian Gailly a toujours reconnu l'influence de Samuel Beckett sur son œuvre, la lecture de L'Innommable l'ayant définitivement convaincu de s'atteler à l'écriture.

ThèmesModifier

Proche du courant minimaliste[3], il fait partie du groupe des éditions de Minuit, mais dans la génération des Jean Echenoz, Jean-Philippe Toussaint et Christian Oster, qui a à cœur de reconstruire le genre après l'époque de contestation du "Nouveau roman". Style rythmé et imbroglios absurdes sont la marque de fabrique de ses romans. Ceux-ci traitent principalement des amours impossibles, de la solitude, de la maladie et de la mort, mais aussi d'autres tragédies quotidiennes qu'il aborde sur un ton léger, parfois proche de la gaieté[6].

Ses écrits conservent toutefois un lien avec son amour de la musique, notamment le jazz, dans des romans comme Be-Bop, Un soir au club[7] ou encore Lily et Braine. L'influence de la culture américaine, en particulier du cinéma, est très présente dans Les Evadés ou Lily et Braine.

ŒuvresModifier

Tous les ouvrages de Christian Gailly sont publiés aux éditions de Minuit[8].

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur l'auteurModifier

  • Elisa Bricco, Christine Jérusalem, Collectif, Christian Gailly, l'écriture qui sauve, Saint-Étienne, PU Saint-Etienne, coll. « Lire au présent », , 184 p. (ISBN 978-2-86272-468-3)
  • Elin Beate Tobiassen, La relation écriture-lecture : Cheminements contemporains, Paris, L'Harmattan, coll. « Critiques Littéraires », , 179 p. (ISBN 978-2-296-10714-4)
  • Décapage, n° 49, Paris, Flammarion, , 157 p. (ISBN 978-2-081-33090-0)
  • Jia Zhao, Ironie dans le roman français depuis 1980 : Echenoz, Chevillard, Toussaint Gailly, Paris, L'Harmattan, coll. « Critiques Littéraires », , 306 p. (ISBN 978-2-336-00838-7)

Le livre suivant donne la parole à quatre traducteurs de l'œuvre de Gailly :

  • Vingt-troisièmes assises de la traduction littéraire (Arles 2006) : Paroles en musique, Arles, Actes Sud, coll. « Essais Littéraires », , 244 p. (ISBN 978-2-7427-7201-8)
    Collectif, avec Christian Doumet, Patrick Quillier, Jean-Yves Masson, Robert Davreu, Heinz Schwarzinger, Mike Sens, Claire Jatosti ; voir sur actes-sud.fr.

Liens externesModifier